« ASHKENAZY, THE COMPLETE PIA­NO CON­CER­TO RECORDINGS »

Pianiste - - HIFI LE CHOIX DE LA RÉDACTION -

OEuvres de Bach, Bartók, Bee­tho­ven, Brahms, Cho­pin, Franck, Gla­zou­nov, Mo­zart, Pre­vin, Pro­ko­fiev, Rach­ma­ni­nov, Schu­mann, Scria­bine et Tchaïkovski Or­chestres Phil­har­mo­nia, de Cle­ve­land, Vienne, Chi­ca­go, Am­ster­dam, Londres…, dir. Ana­tole Fis­tou­la­ri, Lo­rin Maa­zel, An­dré Pre­vin, Ber­nard Hai­tink, Ki­rill Kon­dra­chine, Da­vid Zin­man, István Ker­tész, Georg Sol­ti, Vla­di­mir Ashkenazy… Dec­ca 40 CD + 2 DVD. 483 1752. 1963 à 1997. 41 h en­vi­ron (CD) + 4 h 45’ (DVD)

Après un pre­mier cof­fret en forme de por­trait, « 50 Years on Dec­ca », réunis­sant les ré­per­toires les plus di­vers, Dec­ca pré­sente un deuxième vo­lume dé­dié aux concer­tos. Plu­sieurs oeuvres se re­coupent et c’est dom­mage. C’est en 1963 que dé­bu­ta la col­la­bo­ra­tion entre le pia­niste russe et le la­bel an­glais, l’an­née du dé­part dé­fi­ni­tif d’URSS et d’une car­rière dé­jà au­réo­lée du Se­cond Prix du Concours Cho­pin (1955) et des Pre­miers Prix des Concours Reine Eli­sa­beth (1956) et TchaÔ­kovs­ki (1962). Au fil de ces disques, c’est l’ex­tra­or­di­naire et constante qua­li­té des en­re­gis­tre­ments et du son qui frappent avant tout. Le son Dec­ca, as­su­ré­ment épais et cha­leu­reux, porte un tou­cher d’une ex­trême élé­gance. Qu’il s’agisse des concer­tos de Mo­zart, Bee­tho­ven, Cho­pin ou Pro­ko­fiev, d’uni­vers aux tou­chers par­fois très éloi­gnés les uns des autres, Ashkenazy sub­jugue. Le jeu fon­ciè­re­ment « ro­man­tique », y com­pris dans Mo­zart et Bee­tho­ven qu’il di­rige, tar­di­ve­ment, du pia­no peut être contes­table. Mais quel plai­sir du son, loin de toute miè­vre­rie, et quelles plé­ni­tude et puis­sance à la fois dans Rach­ma­ni­nov, Pro­ko­fiev et Brahms! Nous ad­mi­rons la constance d’un ar­tiste qui a pla­cé la nar­ra­tion au coeur de ses in­ter­pré­ta­tions dans les sé­ries des trois in­té­grales Bee­tho­ven (ver­sions DVD in­cluses) et les trois lec­tures, aus­si, des Concer­tos n°2 et n°3 de Rach­ma­ni­nov. Dif­fi­cile de choi­sir, dans ce der­nier exemple, entre les di­rec­tions d’Hai­tink et de Pre­vin. Nous re­trou­vons des té­moi­gnages plus rares du pia­niste dans le Con­cer­to n°1 de Bach et le Con­cer­to n°2 de Cho­pin, sous la ba­guette de Zin­man (1965), et le Con­cer­to pour pia­no de Pre­vin, avec le com­po­si­teur au pu­pitre. Un in­édit : Ashkenazy di­ri­geant du pia­no le LSO, en 1973 et 1974, dans les Concer­tos n°21 et n°23 de Mo­zart. Peu de ver­sions, en vé­ri­té, moins in­té­res­santes : le Con­cer­to n°1 de TchaÔ­kovs­ki (dont Ashkenazy nous avoua n’avoir ja­mais ai­mé l’oeuvre, ce­ci ex­pli­quant peut-être ce­la). Par ailleurs, l’édi­teur a lais­sé les cou­plages ori­gi­naux. Nous re­trou­vons ain­si plu­sieurs par­ti­tions sym­pho­niques qui s’ajoutent à notre plai­sir. Un grand cof­fret.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.