Re­dou­table Ka­pus­tin

Pianiste - - ACTUALITÉS PARTITIONS, LIVRES -

haque mois, ou presque, nous ré­vèle des nou­velles pro­duc­tions du com­po­si­teur russe Ni­ko­laÔ Ka­pus­tin. En voi­ci sept autres. La Suite dans le style an­cien opus 28 date de 1977. Elle four­mille de formes ba­roques (al­le­mande, ga­votte, sa­ra­bande, bour­rée et gigue) re­cou­vertes d’un jazz pul­sé ter­ri­ble­ment vir­tuose. En 2016, Ka­pus­tin a com­po­sé Moon Rain­bow opus 161, pièce au lan­gage dis­so­nant, très dif­fi­cile et mo­du­lant sans cesse. Seize ans au­pa­ra­vant, la So­na­tine opus 100 est faus­se­ment plus abor­dable. En­ser­rées dans les pro­por­tions de la so­nate clas­sique, les for­mules de jazz per­cu­tantes, les rup­tures de rythmes et, sur­tout, le tem­po sont au ser­vice d’un hu­mour ré­jouis­sant. La par­ti­tion est in­tel­li­gem­ment doig­tée.

CLa Toc­ca­ti­na opus 36 n’est pas très « com­pli­quée » tech­ni­que­ment, mais s’avère pour­tant d’une dif­fi­cul­té im­pres­sion­nante avec ses croches pi­quées no­tées 120 à la blanche. …crit en 2015, So­me­thing Else opus 160 joue d’har­mo­nies « su­cré­sa­lé », mo­du­lant en tous sens. C’est leur mé­mo­ri­sa­tion qui pose pro­blème. Sun­rise opus 26 est tout aus­si com­plexe, mais dans un tem­po de blues et l’es­prit d’un Bill Evans. L’An­dante opus 58 (en­fin, un mou­ve­ment lent!) nous laisse croire que… Mais, en réa­li­té, ce mor­ceau, com­po­sé en 1990, offre des guir­landes de traits re­dou­tables à la main droite sur une pul­sa­tion syn­co­pée à la main gauche. Cette bal­lade « blue­sée » est d’une ma­gni­fique ins­pi­ra­tion.

fr.schott-mu­sic.com

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.