Ni­co­lai von Wilm

Pianiste - - PÉDAGOGIE -

Cette jo­lie pièce est évo­ca­trice des vastes es­paces de l’im­mense Rus­sie. Elle parle de cette nos­tal­gie si ty­pique de la sen­si­bi­li­té slave que l’on re­trouve chez des ci­néastes comme Ni­ki­ta Mi­khal­kov ou des écri­vains tels Tol­stoÔ, Dos­toÔevs­ki ou Tche­khov. Les oeuvres russes évoquent sou­vent les loin­tains de l’âme, comme ces contrées in­ac­ces­sibles qui s’étendent au-de­là de l’Ou­ral…

MES. 1-8

Le but de tout pia­niste doit être de faire chan­ter la mu­sique avec son coeur et avec tout le na­tu­rel pos­sible, comme s’il avait lui-même com­po­sé le mor­ceau qu’il joue. Dans la mu­sique, il y a des mé­lo­dies, des har­mo­nies et des rythmes. Les mé­lo­dies font des phrases. Ap­pre­nez à en des­si­ner la courbe, comme un peintre des­sine avec son pin­ceau celle d’une mon­tagne. Pre­nez les huit pre­mières me­sures. Cher­chez en vous ce qu’elles ra­content de beau, de triste ou de poé­tique. Chan­ton­nez et fer­mez les yeux. Que voyez-vous ? Ten­tez d’ex­pri­mer des images sur le pia­no avec vos doigts. Ne jouez ja­mais deux sons avec une même in­ten­si­té. Nuan­cez. Cher­chez à faire vivre chaque son sous vos doigts et dans votre âme. Syn­chro­ni­sa­tion doubles notes. Jouez vos tierces par­fai­te­ment en­semble. C’est im­por­tant pour la tech­nique : Do-Mi, puis La-Do, Do-Mi, Si-Ré bien en même temps. Ce n’est pas fa­cile ! Pour­quoi ?

Notre oreille est spon­ta­né­ment at­ti­rée par le chant qui lui plaît le plus. C’est pour cette rai­son que nous né­gli­geons sou­vent d’ap­prendre les par­ties du mi­lieu. Grave er­reur ! Pour l’oreille, la tech­nique et la mé­moire, ap­pre­nez bien vos voix in­ter­mé­diaires.

1.

Nos doigts n’ont pas tous la même lon­gueur et c’est ce­la qui nous gêne pour jouer les notes en même temps. Ici, il faut jouer Do-Mi avec les 3e et 5e doigts. Hé­las, notre 3e doigt est plus long que notre pe­tit 5e ! Met­tez-les « à la même taille » : ten­dez votre 5e et rac­cour­cis­sez votre 3e. Sen­tez votre main.

2. MES. 17-18

Plans so­nores. Faites en­tendre deux voix dans la main droite. Le Fa, joué par le pouce, est une note poin­tée. Il faut le te­nir et, sur­tout, votre au­di­teur doit en­tendre ce Fa conti­nuer sous les notes Do-o-Si de la par­tie ai­guë (me­sure n°18). Faites-le son­ner avec votre pouce, pro­je­tez le son comme si vous lan­ciez une balle au loin de­vant vous. En­suite, di­mi­nuez le Si afin qu’il ne « mange » pas le son de votre Fa. Vous dé­cou­vrez les plans so­nores.

MES. 31-38

Voya­ger avec le corps. Jouer un mor­ceau de mu­sique, c’est comme un voyage har­mo­nique, avec des dé­parts et des re­tours, des ques­tions et des ré­ponses. Ce­la ra­conte quelque chose. Exemple: ici, le Ré #, me­sure n°31, ex­prime un ques­tion­ne­ment et il at­tire vers le Mi, me­sure n°33. De plus, ce Mi (avec l’ac­cord Mi-Sol # à la main gauche) ex­prime lui-même aus­si une ques­tion3. Ne l’écra­sez pas ! Sus­pen­dez-vous ! En re­vanche, lorsque le thème du dé­but re­vient, me­sure n°35, sen­tez un ouf de sou­la­ge­ment. Ap­pre­nez à vivre phy­si­que­ment avec votre mor­ceau.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.