LES CONSEILS

Pianiste - - LE COIN DES AMATEURS - d’Alexandre So­rel

Wolf­gang Amadeus naît le 27 jan­vier 1756, à Salz­bourg. Il a à peine 4 ans lors­qu’il ap­prend ses notes et, presque tout de suite, il est ca­pable de dé­chif­frer des pe­tits mor­ceaux au cla­ve­cin. À 6 ans, en jan­vier 1762, il com­pose son pre­mier me­nuet, bien­tôt sui­vi de trois autres. Long­temps après la dis­pa­ri­tion de son frère, Ma­ria An­na ra­conte, dans un do­cu­ment adres­sé à l’édi­teur

Breit­kopf, que « Wolf­gang était âgé de trois ans lorsque son père com­men­ça à ap­prendre le cla­ve­cin à sa fille et, tout de suite, l’en­fant ré­vé­la le ta­lent ex­tra­or­di­naire qu’il avait re­çu de Dieu… Dans sa qua­trième an­née, son père com­men­ça à lui en­sei­gner sur le cla­ve­cin, pour ain­si dire par jeu, quelques me­nuets et autre pièces. …tude qui coû­tait si peu de peine, aus­si bien au père qu’à l’en­fant, que ce der­nier ap­pre­nait une pièce en­tière en une heure. Et un me­nuet en une de­mi-heure, de fa­çon à pou­voir les jouer sans aucune faute, avec la me­sure et la net­te­té les plus par­faites. Il fai­sait de tels pro­grès qu’à 5 ans, lui-même com­po­sait de pe­tites pièces qu’il jouait au cla­ve­cin de­vant son père, et que ce­lui-ci trans­cri­vait sur le pa­pier ». Le pe­tit Mo­zart com­mence à com­po­ser ces mor­ceaux, dans un mé­lange de ten­dresse et de gaie­té, ins­pi­ré par le goût mu­si­cal de Salz­bourg, et donc gui­dé par l’édu­ca­tion soi­gnée que lui donne Léo­pold, son père.

« À 5 ans, wolf­gang com­po­sait de pe­tites pièces qu’il jouait au cla­ve­cin. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.