en sol KV1e

Wolf­gang écrit ce mor­ceau fin 1762, à l’âge de 6 ans.

Pianiste - - LE COIN DES AMATEURS -

Ap­pre­nez votre chant main droite seule, Si-Sol, Si, Do, Ré, Ré-Do. N’alour­dis­sez pas les deux pre­mières notes, Si-Sol, car elles sont pla­cées sur le 3e temps de la me­sure (temps faible). Elles ne sont qu’un élan pour la mé­lo­die. Pen­sez « une, deux » avant de com­men­cer et jouez en di­sant « trois ». Sen­tez que l’ap­pui n’est pas sur Si-Sol, mais sur le Si d’ar­ri­vée avec le pouce. Soi­gnez l’ap­pog­gia­ture. Dans la me­sure n°2, c’est le Ré qu’il faut ap­puyer. C’est une ap­pog­gia­ture qui ap­porte une ten­sion; la note sui­vante, elle, ap­porte la dé­tente, la « ré­so­lu­tion ». Don­nez du poids à ce Ré avec un mi­nus­cule geste du poi­gnet de haut en bas, en re­des­cen­dant la main. Dans les notes qui pré­cèdent, Si, Do, Ré, pré­pa­rez votre geste en al­lé­geant votre poids dans les touches et en lais­sant re­mon­ter la main, poi­gnet dé­ten­du. En­suite, sur le Do, di­mi­nuez en lais­sant la main se dé­tendre. Le mou­ve­ment pa­ral­lèle. La main gauche va dans le même sens mu­si­cal que la droite (vers l’ai­gu). Toutes deux montent pa­ral­lè­le­ment à un in­ter­valle de dixième. Mais nos mains, elles, sont op­po­sées au-des­sus des touches. Pour aug­men­ter l’in­ten­si­té vers l’ai­gu aux deux mains, il faut al­ler à la main droite vers le pe­tit doigt et à la main gauche vers le pouce. Voi­là pour­quoi le mou­ve­ment pa­ral­lèle est moins na­tu­rel à sentir que le mou­ve­ment contraire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.