TO­NY GAL­LO­PIN “J’ai tou­jours été im­pres­sion­né par Romain”

Planète Cyclisme - - VU PAR -

• Pla­nète Cy­clisme : Ce Tour est dans l’es­prit de beau­coup de cou­reurs de­puis un mo­ment ? TG : Chez ag2r La Mon­diale, c’est le mo­ment de l’an­née avec Romain. Après Pa­risRou­baix, on est tous re­par­tis avec le Tour en tête de fa­çon à arr iver le plus en for me pos­sible. De bons re­pères ont été pris au Dau­phi­né, c’est im­por­tant.

• De­puis ton ar­ri­vée, tu es très im­por­tant aux cô­tés de Romain. Com­ment quan­ti­fies­tu ton tra­vail au­près de lui ? Psy­cho­lo­gique, spor­tif, ami­cal ? Sur le Dau­phi­né, j’étais dans le rôle du ca­pi­taine, du cou­reur le plus ex­pé­ri­men­té. J’ai rou­lé dans dif­fé­rentes équipes avec plu­sieurs lea­ders. Le Dau­phi­né était ma pre­mière course à étapes avec lui. On a trou­vé des au­to­ma­tismes na­tu­rel­le­ment. C’est bon signe pour la suite. On s’en­tend bien, j’ar r ive à l’ac­com­pa­gner as­sez loin en mon­tagne. Il faut que j’ar r ive à faire en­core mieux sur le Tour. Avec ce col­lec­tif de cou­reurs com­plets, fait de rou­leurs, de cou­reurs de clas­siques et de grim­peurs, on a une équipe so­lide.

• Le Romain que tu as dé­cou­vert en no­vembre au pre­mier stage de pré­sai­son à Vau­ja­ny est-il le même que ce­lui que tu ren­con­trais en Équipe de France ou que tu avais comme ad­ver­saire ? Romain est un peu plus jeune. Je l’ai vu arr iver très ta­len­tueux en pro. Il fait par­tie de cette gé­né­ra­tion qui est arr ivé et a ta­pé tout de suite fort en étant per­for mant à haut ni­veau. J’ai tou­jours été im­pres­sion­né. Et je l’ai connu en équipe de France. Quand on s’est re­trou­vé, il y avait du res­pect par notre pas­sé. Il y a tou­jours eu une bonne re­la­tion. Au fil des courses, les liens s’unissent. On construit quelque chose de bien pour les an­nées fu­tures.

• Il y a un pe­tit groupe au­tour de lui avec Pierre La­tour, Axel Do­mont, toi… L’os­sa­ture du Tour au­tour de Romain était au Dau­phi­né. Il faut un groupe so­lide qui se connaît dans les bons mo­ments comme les mau­vais. Le Tour, ce ne sont pas que des bons mo­ments. Il va y avoir cette pre­mière se­maine très com­pli­quée ner­veu­se­ment. On pas­se­ra des mo­ments dif­fi­ciles. Il fau­dra être fort col­lec­ti­ve­ment et unis sur­tout !

• Com­ment juges-tu ses qua­li­té de lea­der ? Il a un cha­risme. Il montre qu’il est au ni­veau des meilleurs ! Il peut ga­gner le Tour. On ne court pas dans sa carr ière avec beau­coup de cou­reurs comme lui. C’est quelque chose de spé­cial. Il est très pro­fes­sion­nel. Phy­si­que­ment et men­ta­le­ment, il est très fort. Ce­la me fait du bien d’être avec lui, de le cô­toyer ! J’es­saie de lui ap­por­ter mon expérience au­près d’autres lea­ders avec d’autres stra­té­gies, d’autres vi­sions d’équipes. C’est pour ça que nous sommes com­plé­men­taires !

• Romain peut ga­gner le Tour ? Bien sûr qu’il peut ga­gner le Tour. Il a dé­jà fait 2e et 3e et sort d’une 3e place au Dau­phi­né. Il peut ga­gner le Tour. Même si on est tou­jours res­pec­tueux des ad­ver­saires, si on n’est pas les seuls, on en est convain­cu entre nous. On part pour ga­gner le Tour de France !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.