Un match Ber­nal-la­tour-so­ler

Planète Cyclisme - - PREVIEW -

La cour se au maillot b lanc est un mo­ment à par t dans une épr euve comme l e Tour. Clas­se­ment au temps comme le maillot jaune , il concer ne les cour eurs de moins de 25 ans dans l’an­née ci­vile, l a gé­né­ra­tion 93 et au-de­là donc en 2018 ! Comme pour le maillot jaune , l es cou­reurs ne sont pas au même ni veau, n’ont pas la même ex­pér ience et ne cour ent pas dans le même r egistre. Ci­ter des f avor is se­ra for cé­ment f aire un choix mal­gré la qua­li­té des cou­reurs. Met­tons de cô­té les ab­sents pour dif­fé­rentes rai­sons, de ca­len­dr ier ou de choix d’équipe . Né en 1994, Mi­guel Lo­pez Mo­re­no, 3e et meilleur j eune du Gi­ro, s era le can­di­dat en 2019 ! De la pro­mo 93, pour Ri­chard Ca­ra­paz 4e en Ita­lie et 5e meilleur gr im­peur, c’était l’an­née ou jamais. En­fi n, dé­va s t é par sa non-sé­lec­tion, Ca­leb Ewan (né en 1994) vien­dra peut-êtr e en 2019. Mais en tant que spr in­teur, i l lui se­ra im­pos­sib le de vi­ser le maillot. De­puis sa créa­tion en 1975, l e maillot blanc est dé­cer­né à un g r im­peur ou un pun­cheur . Les frères Yates, Quin­ta­na, Pi­not, v an Gar de­ren, Rol­land, Schleck, Con­ta­dor, Cu­ne­go ou Bas­so, pr i nci­paux lau­réats dans les an­nées 2000, prés e nt e nt le même pro­fil de gr i mpeur et hommes de GC ! De plus, car les jeunes sont peu nom­breux au dé­part, sou­vent, on constate des écarts im­por­tants au clas­se­ment entre les cou­reurs.

L’expérience ou la nou­veau­té

En 2018, un match à trois se des­sine. Deux néo­phytes de­vraient être à la ba­garre avec un cou­reur qui monte en puis­sance avec une édi­tion dans une Vuel­ta et un Tour dans les jambes et du gros tra­vail près de son lea­der. Hon­neur au Fran­çais, Pierre La­tour est bien pla­cé pour suc­cé­der à Thi­baut Pi­not, meilleur jeune en 2014. De­puis 2015, Pierre a fait d’énormes pro­grès au point d’être de­ve­nu le der­nier homme avec Romain Bar­det en mon­tagne et de pou­voir jouer sa carte en son ab­sence comme en Ca­ta­logne (3e), en Ro­man­die (8e) ou avec lui au Dau­phi­né (7e). Ses deux prin­ci­paux ad­ver­saires parlent es­pa­gnol. Egan Ber­nal (que vous re­trou­vez en ex­clu­si­vi­té en in­ter­view dans ce numéro) est la ré­vé­la­tion du dé­but de sai­son.vain­queur de la Co­lom­bia Oro y Paz et en Ca­li­for­nie, il a ter­mi­né 6e au Down Un­der, 2e au Ro­man­die et a aban­don­né en Ca­ta­logne. Dans une équipe Sky avec Froome, libre et dans l’ombre, il se­ra plus dan­ge­reux que dans une équipe sans lui, donc ex­po­sé. Dan­ge­reux est aus­si le qua­li­fi­ca­tif à ac­co­ler au nom du vain­queur de Pa­ris-nice. Marc So­ler y avait do­mi­né les Sky et les Mit­chel­ton-scott pour le plus beau suc­cès de sa car­rière. Dans une équipe sur­mé­dia­ti­sée avec son trio de stars, il pour­rait avoir sa carte à jouer. Pierre La­tour, oc­cu­pé avec Romain Bar­det, de­vra se mé­fier de ce duo.

Be­noot ap­prend le Tour

Der­rière eux, on constate des écarts. Chez les cou­reurs ré­pu­tés, Tiesj Be­noot a pour rôle d’ap­prendre le Tour chez Lot­to-sou­dal avant d’y avoir un vrai ob­jec­tif, alors que Li­lian Cal­me­jane vi­se­ra plus les étapes. En­fin, 2-3 noms sont à re­te­nir, bien que peu de chance leur sont ac­cor­dables dans cette course au maillot blanc. Les grim­peurs néo­phytes Gre­gor Mühl­ber­ger et Da­vid Gau­du sont lan­cés de le grand bain, l’un dans une équipe avec les stars Sa­gan et Maj­ka, donc tran­quille, alors que l’autre vient peut-être un an plus tôt que pré­vu en rai­son de l’ab­sence de Pi­not. Sur­veillons les. Comme il fau­dra sur­veiller Ges­bert, Mar­tin ou Cort Niel­sen.voi­ci au glo­bal une jeune gé­né­ra­tion de haut ni­veau qui écri­ra dans quelques an­nées les grandes heures du Tour de France, cer­tains peut-être plus tôt que pré­vu.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.