In­side Team : ag2r La Mon­diale

Planète Cyclisme - - ÉDITO - SOMMAIRE -

Thi­baut Pi­not for­fait, War­ren Bar­guil en re­tard, les es­poirs d’un po­dium et d’une vic­toire fi­nale à Pa­ris pour les Fran­çais re­po­se­ront cette an­née ex­clu­si­ve­ment sur le Tour sur l’équipe ag2r La Mon­diale et son lea­der, Romain Bar­det. Entre deux stages de pré­pa­ra­tion au sor­tir du Dau­phi­né, son ma­na­ger Vincent La­ve­nu a pré­sen­té son groupe de 8 cou­reurs et ex­pli­qué ses choix : ob­jec­tif, la gagne !

L’équipe ag2r La Mon­diale n’a jamais man­qué un Tour de France de­puis sa créa­tion en 2000. Pour son pa­tron, vincent La­ve­nu, il s’agit même du 25e de­puis ce­lui de 1993 avec Cha­zal avant Ca­si­no. Le Tour, il connaît. Pre­mière dif­fi­cul­té au-de­là du plai­sir de la par­ti­ci­pa­tion, la sé­lec­tion de cou­reurs : « L'équipe 2018 n’a pas été simple à com­po­ser, car il y a eu de gros ren- forts l'hi­ver der­nier. Ag2r La Mon­diale est plus forte au­jourd'hui. » Une liste de 8 (un de moins cette an­née) avec 3 rem­pla­çants (Franck, Gas­tauer, Gau­tier), alors que d’autres au­raient pu pos­tu­ler comme Ven­tu­ri­ni et… Gau­tier qui lor­gnaient le titre de champion de France à Mantes-la-jo­lie ! Une liste of­fi­cia­li­sée le 19 juin, très tôt, et mo­di­fiée au soir des Cham­pion­nats avec le rem­pla­ce­ment de Ge­niez par Ma­thias Frank fi­na­le­ment. « Il faut bien faire des choix. On a une équipe équi­li­brée com­po­sée dans l'op­tique de 8 à 9 jours dif­fi­ciles en pre­mière par­tie. En­suite, on a mis de bons grim­peurs, car il ne faut pas que Romain soit iso­lé comme il a pu l'être par­fois l'an pas­sé. » La com­po est ca­pi­tale chez ag2r La Mon­diale. Lors du stage à l’alpe-d’huez après le Dau­phi­né et avant ce­lui du Cham­bon-sur-li­gnon, Ju­lien Jur­die,

le DS n°1, nous rap­pe­lait quelques prin­cipes : « Il fal­lait mettre des hommes bien choi­sis au­tour de Romain, pour le spor­tif comme l’ex­tra­spor­tif. Pour le spor­tif, on a long­temps hé­si­té entre 3 rou­leurs et 4 grim­peurs ou in­ver­se­ment avec Romain. » Ce se­ra 3 rou­leurs et 4 grim­peurs pour un groupe an­non­cé plus tôt cette an­née. « On vou­lait pro­fi­ter de la se­maine sup­plé­men­taire entre le Gi­ro et le Tour pour tra­vailler et peau­fi­ner des re­con­nais­sances et ré­cu­pé­rer. » Il y a aus­si un confort hu­main. La­ve­nu pré­cise : « On a com­po­sé l'équipe as­sez tôt, car il fal­lait ras­su­rer très tôt le groupe. Un groupe au tra­vail dès le 19 juin pour une se­maine au Cham­bon-sur-li­gnon, un der­nier stage très im­por­tant, un gros bloc de tra­vail. » Place au 105e Tour ! L’équipe, tou­jours plus pro­fes­sion­nelle, se pré­pare avec mi­nu­tie, ne né­glige rien. « Cette an­née, Di­dier Jean­nel, DS n°2 sur le Tour, a re­con­nu 19 des 21 étapes en voi­ture par exemple. » On a rien lais­sé au ha­sard sur une édi­tion terr ible qui peut être belle. Bar­det n’est plus très loin de fran­chir de cette der­nière marche, la plus dure at­ten­tion. « Il a mon­tré toute la sai­son ses ex­tra­or­di­naires pro­grès sur des courses qu’il a dé­cou­vertes » re­prend JeanBap­tiste Qui­clet, di­rec­teur de la per­for­mance. « Nous ne sommes pas sur­pris par son ni­veau. Alors que chaque dé­tail va comp­ter face à des ad­ver­saires proches, il n’est qu’à 2-3% de son top ! »

Un maillot jaune, le blanc, tout le mal qu’on peut leur sou­hai­ter

Les dé­cep­tions de Gau­tier, Gou­geard, ven­tu­ri­ni voire Ge­niez, non re­te­nus, se­ront at­té­nuées si Romain s’im­pose à Pa­ris ou si Pierre La­tour re­joint la ca­pi­tale en blanc, voire si l’équipe est sur la boîte comme lors des Gi­ro et Tour 2014 ! « Ah, je signe tout de suite. C’est tout le mal que l’on peut nous sou­hai­ter. Mais un Tour de France est tel­le­ment aléa­toire. Pre­nons la course jour après jour. » Sage et rai­son­nable, le lea­der du big 8 a la tête sur les épaules et les idées claires. Si elles le sont tou­jours au soir de la jour­née de re­pos à An­ne­cy, on pour­ra ti­rer des plans sur la co­mète pour l’équipe sa­voyarde. Alors que Thi­baut Pi­not ne se­ra pas là, que Grou­pa­ma-fdj s’en re­met­tra à des vic­toires d’étapes pour Ar­naud Dé­mare et à la dé­cou­verte pour Da­vid Gau­du, que War­ren Bar­guil pa­raît en de­çà et qu’il est dif­fi­cile de sa­voir à quoi s’at­tendre avec ce diable de Ju­lian Ala­phi­lippe, les “es­poirs” fran­çais re­po­se­ront sur les 16 épaules des 8 ag2r et de leur staff. Un staff am­bi­tieux. À la ques­tion de sa­voir ce que se­rait un Tour de France réus­si pour son équipe, Vincent La­ve­nu, après avoir pré­sen­té ses cou­reurs, a dit : « Que l’on mette fin à cette at­tente qui dure de­puis plus de 30 ans en France de la part des sup­por­ters, du pu­blic, de la presse, des équipes et des par­te­naires. On a jamais été aus­si près de pou­voir en­vi­sa­ger une vic­toire, même si rien n’est jamais ac­quis. Au­jourd’hui des cou­reurs en France peuvent l’en­vi­sa­ger. Romain est ré­gu­lier sur le po­dium, sa­chant qu’il y a trois places et que lui, comme nous, ne nous in­ter­di­sons rien, de part sa vo­lon­té, son tem­pé­ra­ment, son cha­risme, sa té­na­ci­té, son cou­rage, son in­tel­li­gence. Ces qua­li­tés qui font un grand champion, Romain les a. Je lui sou­haite le meilleur, car il est por­teur de va­leurs dont le sport fran­çais a be­soin. C’est un lea­der du sport fran­çais. J’es­père qu’il y ar­ri­ve­ra. » Nous aus­si, car l’équipe ag2r La Mon­diale, ses cou­reurs et son staff tech­nique mé­ritent un tel sacre !

M L A - n i tt o B . K s, rt o Sp e- ss re P s, o h T F.

Nae­sen guide son lea­der sur les pa­vés de Rou­baix.

Fr a nk a rem­pla­cé Ge­niez au soir des Cham­pion­nats.

Gal­lo­pin et Jur­die proches de Bar­det dans l’alpe.

La­ve­nu r écon­forte et conseille La­tour au Dau­phi­né.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.