NON

Planète Foot - - DÉBAT - Ro­ger Le­wis

Bon, si on a tout bien com­pris, l'élec­tion FI­FA du onze-type de la sai­son a été la ré­sul­tante du vote de 25 000 foot­bal­leurs re­pré­sen­tant 65 na­tions. Ce qui amène à se po­ser des ques­tions sur les moyens d'in­for­ma­tion des vo­tants. Ils n'au­raient, pour beau­coup d'entre eux, pas in­ter­net, pas la té­lé, ne li­raient pas la presse. Bref, ils se­raient to­ta­le­ment cou­pés du monde. On est en droit de sé­rieu­se­ment s'in­ter­ro­ger quand, avant d'en ve­nir ra­pi­de­ment au cas Griez­mann, on voit que Dani Alves a été nom­mé au poste de la­té­ral droit. On l'aime bien le Bré­si­lien mais on ne peut pas dire qu'il a réa­li­sé, sous son tout nou­veau maillot du PSG, une sai­son à se rou­ler par terre d'émo­tion, en­nuyé aus­si par quelques pé­pins phy­siques qui l'ont pri­vé… de la Coupe du monde!! Et il est dans l'équipe-type de la FI­FA!? Hum… Et De Gea, ti­tu­laire dans les buts. OK, il a ef­fec­tué une grosse an­née dans les cages de Man. Uni­ted mais, cet été en Rus­sie, il a sur­tout été cher­cher les bal­lons au fond de ses fi­lets avec la sé­lec­tion, pas ai­dé, il est vrai, par une dé­fense en car­ton. Mais pas­sons et ve­nons-en à notre Gri­zou.

D'ac­cord, la ligne d'at­taque du onze très of­fen­sif de la FI­FA a fière al­lure avec Mes­si, Mbap­pé, Cris­tia­no et Eden Ha­zard. Seule­ment le­quel d'entre eux peut se pré­va­loir de son pal­ma­rès in­ter­na­tio­nal ver­sion 2017-2018!? Un titre de cham­pion du monde comme son pote Ky­lian, alors que les trois autres sont ren­trés à la mai­son les mains vides avec juste leurs yeux pour pleu­rer, ça ne de­vrait pas pe­ser lourd dans la ba­lance!? Et la Ligue Eu­ro­pa qu'il a ra­flé avec l'At­lé­ti­co au prin­temps, ça ne de­vrait pas comp­ter! ? Seul CR7 a fait mieux en rem­por­tant la Ligue des cham­pions, les trois autres ont dû, au mieux, se conten­ter de tro­phées na­tio­naux. Et on peut, si vous le vou­lez, al­ler plus dans le dé­tail. On se­ra les pre­miers à re­con­naître que le sieur An­toine est en­tré plu­tôt sur la pointe des cram­pons dans le Mon­dial. Seule­ment son ni­veau s'est éle­vé au fur et à me­sure que le tour­noi avan­çait, jus­qu'à de­ve­nir es­sen­tiel dans les der­niers la­cets, là où la route est la plus es­car­pée et la plus pen­tue, là où on touche la haute al­ti­tude et que l'oxy­gène se ra­ré­fie. En quarts, en de­mies et en fi­nale. C'est à ce mo­ment qu'il fal­lait ré­pondre pré­sent, il l'a fait et de quelle ma­nière. Que dire aus­si de ses per­for­mances en Ligue Eu­ro­pa où il au­ra été l'ac­teur ma­jeur du sacre des Col­cho­ne­ros en réus­sis­sant un dou­blé en fi­nale contre l'OM, ins­cri­vant au to­tal 6 buts en 8 ren­contres dans cette C3, dont il a été élu le “Meilleur joueur” de toute la ses­sion. Il ne se­rait pas as­sez dé­ci­sif! ? Entre l'At­lé­ti­co Ma­drid et les Bleus, il a très exac­te­ment plan­té 37 buts, of­fert 17 passes dé­ci­sives en 67 ren­contres pour cet exer­cice 2017-2018. Et en guise de di­ges­tif, dans son ar­moire aux tro­phées, qui com­mence à de­ve­nir exigüe tant il les em­pile, il y a ajou­té en août une Su­per­coupe d'Eu­rope.

Même pas en­vie de conti­nuer la li­ta­nie tel­le­ment l'évi­dence saute aux yeux. Sauf, vi­si­ble­ment, à nos su­per tech­ni­ciens de vo­tants.

Gri­zou ou­blié du onze de la FI­FA, c'est à croire que les vo­tants n'avaient au­cun moyen d’in­for­ma­tion et qu'ils étaient cou­pés du monde !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.