PEUT-ON FAIRE L’AMOUR DANS UNE VOI­TURE AU­TO­NOME ?

Playboy (France) - - Playmobile - Par Sir Har­ry Fair

Jan­vier 2033, Trump Ci­ty. Me­la­nia Trump, fraî­che­ment élue pré­si­dente des Etats-unis d’Amé­rique et du Mexique après quatre man­dats de son époux, af­firme pé­remp­toi­re­ment en tant que boss de la COP28 : « Ma prio­ri­té des prio­ri­tés est que la voi­ture du fu­tur soit 100% au­to­nome et sexo-com­pa­tible. » Sur­pre­nante au pre­mier abord, cette dé­cla­ra­tion d’une per­son­na­li­té de pre­mier rang ha­bi­tuel­le­ment peu en­cline à se li­vrer sur ces thé­ma­tiques ne se­rait fi­na­le­ment que la suite lo­gique de l’évo­lu­tion de l’au­to­mo­bile, ou, plu­tôt, de sa ré­vo­lu­tion tant at­ten­due – en l’oc­cur­rence, rien à voir avec le be­soin de mo­bi­li­té de son cher et tendre de­ve­nu gra­ba­taire.De­puis ses pre­miers tours de roue, l’au­to­mo­bile n’est en ef­fet pas en­core par­ve­nue à faire sa mue. un mo­teur, un vo­lant, des sièges : la Peu­geot 208, un des mo­dèles les plus ven­dus au­jourd’hui, res­semble en­core bi­gre­ment à son aïeule la 205. Mais ça, c’était avant l’ar­ri­vée de la tech­no­lo­gie au­to­nome. BMw, cé­lé­brant ses cent ans et pré­fi­gu­rant le siècle à ve­nir, nous l’a confir­mé ré­cem­ment via son splen­dide Concept vi­sion Next 100 : les pre­mières voi­tures ca­pables de se dé­pla­cer seules d’un point A à un point B pointent le ca­pot et avec elles, de toutes nou­velles pers­pec­tives. Puis­qu’on n’au­ra plus à les conduire, que pour­ra-t-on bien y faire ?

RÉTROVISEUR AU PLA­FOND

Pour ré­pondre, consi­dé­rons que la voi­ture au­to­nome se rap­proche d’un moyen de lo­co­mo­tion que nous connais­sons dé­jà fort bien :le train. Et qu’est-ce que tout le monde rêve de faire au moins un jour dans le train ? (hor­mis man­ger un ali­ment dont le prix soit in­fé­rieur au PiB du Luxem­bourg ou es­sayer de dor­mir sans de­voir in­sul­ter le Ke­vin et sa console por­table). Faire l’amour, oui ! Mais pas comme au­jourd’hui, mal ins­tal­lé sur la ban­quette ar­rière de votre Fue­go sta­tion­née sur le par­king dé­ser­té du Ma­cum­ba de Mé­ri­gnac après la fer­me­ture, ou à l’ar­rière d’une li­mou­sine uS conduite par Gré­goire, votre chauf­feur pro­fes­sion­nel et dis­cret. Non, en rou­lant. Aus­si vite que vous le sou­hai­tez. Et dans un confort in­ouï puisque le vo­lant au­ra dis­pa­ru, les sièges se­ront conver­tibles en lits, et vous au­rez même tout loi­sir de choi­sir l’op­tion « ri­deaux mo­tif la­pin Play­boy » ou de faire ins­tal­ler par votre conces­sion­naire le must-have « rétroviseur au pla­fond ». Alors, tout ce­la semble bien al­lé­chant, mais nous ne per­met pas en­core de com­prendre pour­quoi Me­la­nia, qui est tout de même du genre à avoir la tête sur les épaules, s’em­pa­re­rait de ce su­jet dans le cadre de la COP, évé­ne­ment peu ré­pu­té pour trai­ter des plai­sirs de la chair. La ré­ponse est somme toute très simple : le co­voi­tu­rage. Si Bla­bla­car a convain­cu la po­pu­la­tion de sa né­ces­si­té éco­lo­gique, ce nou­veau mode de trans­port col­lec­tif pré­sente un dé­faut non né­gli­geable : on s’y em­merde roya­le­ment. Certes, sur un mal­en­ten­du, on peut tom­ber sur quel­qu’un de cool et dé­battre du der­nier Sé­bas­tien Tel­lier mais, gé­né­ra­le­ment, le si­lence semble le meilleur des com­pro­mis (et per­met de ne pas se faire je­ter à la pre­mière aire de re­pos juste parce qu’on a dit qu’on n’en pou­vait plus de Radio vin­ci).

KISS KISS CAR

Dé­mons­tra­tion est faite : la voi­ture par­ta­gée, au­to­nome et sexo-com­pa­tible per­met­tra donc de conci­lier bien­fait éco­lo­gique et épa­nouis­se­ment per­son­nel. Le pro­chain site à la mode s’ap­pel­le­ra-t-il donc Bla­bla­cul ou KissKissCar ? Nul ne le sait en­core, mais une source bien in­for­mée nous in­dique que le nou­veau construc­teur Ci­tro­nault, sin­geant les Au­di A2, A3 et A4 au­rait dé­jà dé­po­sé les noms « Ci­tro­nault à 2 » pour les couples, « à 3 » pour les co­quins et « à 4 » pour les échan­gistes. Alors, on ima­gine dé­jà les in­con­vé­nients en­gen­drés par une telle pers­pec­tive, à com­men­cer par les pho­tos des ra­dars au­to­ma­tiques : «Chef, je ne dis­tingue pas bien le vi­sage sur l’image… » « Bougre d’im­bé­cile, vous voyez bien que ça n’est pas un vi­sage ! » Mais ce­ci semble bien peu de choses quand on pense à la fier­té des fu­turs pa­pas qui pour­ront an­non­cer à leur fis­ton que ce­lui-ci a été conçu à 130 km/h sur l’au­to­route du so­leil.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.