Pol­lu­tion de l’air: les pneu­ma­tiques mis en cause

Pneumatique - - ACTUALITÉS -

Quatre or­ga­ni­sa­tions im­pli­quées dans la pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment ont in­ter­pel­lé la Com­mis­sion Eu­ro­péenne sur l’in­té­rêt de prendre en compte le cri­tère de la lon­gé­vi­té des pneu­ma­tiques, alors qu’un rap­port d’étape sur l’éti­que­tage eu­ro­péen doit être ren­du l’an­née pro­chaine.

Eu­ro­ci­ties, Trans­port & En­vi­ron­ne­ment, AIR Groupe (The Air Quality Ini­tia­tive of Re­gions) et l'eu­ro­pean As­so­cia­tion for the Co-or­di­na­tion of Con­su­mer Re­pre­sen­ta­tion in Stan­dar­di­sa­tion sont les 4 si­gna­taires de ce cour­rier adres­sé aux com­mis­saires eu­ro­péens Paul Hod­son, pre­sident Ener­gy Ef­fi­cien­cy Unit et Juan Moreno Ace­do, Po­li­cy Of­fi­cer, Ener­gy ef­fi­cien­cy & In­tel­li­gent ener­gy unit. Ils sou­haitent que soient pris en compte sé­rieu­se­ment tous les as­pects liés à la lon­gé­vi­té des pneu­ma­tiques dans le cadre de l'ar­ticle 14 du rè­gle­ment 1222/2009/EC, à l'ori­gine de l'éti­que­tage des pneu­ma­tiques. Ils citent un rap­port pu­blié en 2014 du Joint Re­search Cen­ter de l'ins­ti­tut de l'ener­gie et des Trans­ports, un la­bo­ra­toire de la Com­mis­sion Eu­ro­péenne, qui a com­pi­lé les ré­sul­tats de nom­breuses études sur les émis­sions cau­sées par la cir­cu­la­tion, qui ne sont pas liées aux gaz d'échap­pe­ment. Il sou­ligne la part im­por­tante des par­ti­cules fines gé­né­rées par l'usure des sys­tèmes de frei­nage et les pneu­ma­tiques dans la pol­lu­tion de l'air. « Alors que les émis­sions des gaz d’échap­pe­ment sont en­ca­drés par des stan­dards eu­ro­péens, il n’existe pas de po­li­tique de L’UE dans ce do­maine » , dé­clarent les 4 si­gna­taires. Ils in­vitent les com­mis­saires à pous­ser plus loin leurs in­ves­ti­ga­tions dans ce do­maine, afin d'éva­luer leur im­pact sur la qua­li­té de l'air et la san­té. Ils consi­dèrent en­fin que « ré­duire l’abra­sion et ac­croître la lon­gé­vi­té des pneu­ma­tiques pour­raient po­ten­tiel­le­ment ré­duire les coûts des conduc­teurs et des ges­tion­naires de flottes, même si les prix d’achat des pneu­ma­tiques sont plus éle­vés » . Pour rap­pel, la Com­mis­sion eu­ro­péenne va pro­chai­ne­ment dé­mar­rer une pro­cé­dure d'éva­lua­tion de son rè­gle­ment sur l'éti­que­tage des pneu­ma­tiques. Ce­lui-ci, in­tro­duit en 2012, oblige les fa­bri­cants à ap­po­ser des éti­quettes per­met­tant aux consom­ma­teurs de com­pa­rer l'ef­fi­ca­ci­té éner­gé­tique des pneus, leur adhé­rence sur sol mouillé et leur ni­veau so­nore.

Par­ti­cules fines

Se­lon le rap­port de la Com­mis­sion Eu­ro­péenne, les par­ti­cules fines (PM10) gé­né­rées par les sys­tèmes de frei­nage, les pneu­ma­tiques, les em­brayages et l'abra­sion des re­vê­te­ments rou­tiers se­raient presque aus­si nom­breuses que celles émises par les gaz d'échap­pe­ment. Ce­pen­dant, leur part (PM10 et PM2.5) de­vrait croître pro­por­tion­nel­le­ment ces pro­chaines an­nées car les vé­hi­cules mis en cir­cu­la­tion af­fichent des va­leurs d'émis­sions tou­jours plus faibles, pour res­pec­ter les normes Eu­ro. Le rap­port in­dique que sur la masse to­tale des PM10 émises par la cir­cu­la­tion et ne pro­ve­nant pas des gaz d'échap­pe­ment, l'usure des freins contri­bue à hau­teur de 16 à 55% dans un en­vi­ron­ne­ment ur­bain (3% en­vi­ron sur au­to­route), et celle des pneu­ma­tiques à hau­teur de 5 à 30% (28 à 59% pour les pous­sières de la route en sus­pen­sion). Entre 0,1 et 10% de la masse des par­ti­cules d'usure pro­ve­nant des pneu­ma­tiques de­vient des PM10 (50% pour les par­ti­cules d'usure des freins). Le reste se re­dé­pose sur la route, les vé­hi­cules ou aux alen­tours. En ce qui concerne la com­po­si­tion chi­mique des par­ti­cules is­sues de l'abra­sion, le rap­prt in­dique que les PM10 gé­né­rées par les sys­tèmes de frei­nage sont ca­rac­té­ri­sées par la pré­sence de concen­tra­tions éle­vées de cer­tains mé­taux lourds (Fe, Cu, Zn, Sn, Sb), ain­si que du soufre. Tan­dis que les PM10 gé­né­rées par les pneu­ma­tiques contiennent aus­si des concen­tra­tions éle­vées de Zn, Cu et de soufre, ain­si que des PAH (hy­dro­car­bures po­ly-aro­ma­tiques), des ben­zo­thia­zoles, des ré­sines na­tu­relles, ain­si que des n-al­canes (hy­dro­car­bures sa­tu­rés). Se­lon l'or­ga­ni­sa­tion mon­diale de la San­té, l'in­ha­la­tion de par­ti­cules a des ef­fets né­fastes sur la san­té (pro­blèmes res­pi­ra­toires et car­dio­vas­cu­laires, can­cer du pou­mon). Bien que les par­ti­cules gros­sières se dé­posent dans les voies res­pi­ra­toires su­pé­rieures (nez et gorge), les par­ti­cules ul­tra­fines pé­nètrent pro­fon­dé­ment dans les pou­mons.

Entre 0,1 et 10% de la masse des par­ti­cules d’usure pro­ve­nant des pneu­ma­tiques de­vient des PM10.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.