PSI/ATIS, la se­mi tou­jours gon­flée

Pneumatique - - L’ÉVÉNEMENT -

A So­lu­trans, on ne pou­vait igno­rer le sys­tème de gon­flage en marche PSI/ ATIS. Un sys­tème qui se dis­tingue no­tam­ment par sa grande sim­pli­ci­té.

On trou­vait le sys­tème de gon­flage en marche PSI/ATIS sur les re­morques Sch­mitz, Spit­zer, Gra­na­lu, Asca, Frue­hauf, Stas, Be­na­lu, Trase, Feld­bin­der, sans comp­ter celles qu’on a man­quées, c’est dire com­bien il est ap­pré­cié. Ce pro­duit amé­ri­cain équipe 80 % des se­mi-re­morques US et pour l’eu­rope, la pompe, fa­bri­quée en Es­pagne, est ins­tal­lée en pre­mière monte à rai­son de 350/ mois. La rai­son de ce suc­cès ? La sim­pli­ci­té, car ce qu’on nomme pompe n’est qu’un sur­pres­seur (il ne sait que gon­fler) ins­tal­lé sous le plan­cher, ré­gu­lant l’air com­pri­mé pro­duit par la se­mi (pres­sion 6,5 bars) pour ses freins et sus­pen­sions pneu­ma­tiques, les es­sieux creux ser­vant de ré­serve. Dans la pra­tique, la valve de chaque roue est connec­tée, via un joint tour­nant, à l’es­sieu. Un cla­pet an­ti-re­tour, ta­ré à la pres­sion sou­hai­tée, s’ouvre dès que la pres­sion d’air dans le pneu diminue. Ce­la en­traine aus­si­tôt une alerte, un pe­tit flash sur le cô­té gauche de la se­mi, vi­sible de­puis la ca­bine par le conduc­teur. Sans at­tendre, le pneu est re­gon­flé à la bonne pres­sion et si le flash per­siste en si­gna­lant une cre­vai­son ra­pide, on peut s’ar­rê­ter au plus vite Le sys­tème de gon­flage PSI vu de l’ex­té­rieur de la re­morque.

avant que le pneu ne soit ne dé­truit. L’en­semble est évi­dem­ment sé­cu­ri­sé, si la pres­sion des­cend à 5,5 bars la sur­veillance des pneus cesse, prio­ri­té est alors don­née à la sé­cu­ri­té et aux freins (ça vaut mieux !). Ce sys­tème ex­trê­me­ment simple n’a pas be­soin d’en­tre­tien et com­bat tout éven­tuel grip­page en fonc­tion­nant ré­gu­liè­re­ment quelques se­condes (fuite pro­vo­quée) toutes les 20 mi­nutes. Le sys­tème vaut en­vi­ron 2 000 eu­ros, on l’achète le plus sou­vent mon­té avec la re­morque mais on peut l’ins­tal­ler soi-même en 20 heures. Le prix peut sem­bler éle­vé pour une sa­voyarde de 20 000 eu­ros (du­rée de vie 4 ans), mais moins pour une ci­terne de 60 000 eu­ros Le sur­pres­seur dé­mon­té, ul­tra simple et sans pièces mo­biles et donc, sans usure.

(12 ans). Reste que de nom­breux témoignages montrent que le PSI est hau­te­ment ren­table : 20 à 25 % de km en plus pour les pneus, une éco­no­mie de 2 % sur le car­bu­rant, et un re­cha­page dé­sor­mais à 100 % vu le bon état des car­casses. Sans comp­ter que l’amé­lio­ra­tion consi­dé­rable de la sé­cu­ri­té du conduc­teur et du ma­té­riel n’a pas de…prix !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.