Mi­che­lin : deux nou­velles gammes dé­diées aux maxi scoo­ters

Pneumatique - - ACTUALITÉS MARCHÉ -

Mi­che­lin a pro­fi­té de la ré­sur­rec­tion du Sa­lon de la Mo­to pour y re­ve­nir en force avec du ja­mais vu : en pre­mière mon­diale, le lan­ce­ment si­mul­ta­né de deux nou­veaux pneus. Des­ti­nés au flo­ris­sant mar­ché des scoo­ters puis­sants, les Pi­lot Road 4 Scoo­ter et Pi­lot Po­wer 3 Scoo­ter clonent les pneus mo­to de même nom et en re­prennent les tech­no­lo­gies ul­tra so­phis­ti­quées.

Quelle au­baine ! Lan­cé en 2001, le Ya­ma­ha T-MAX a fait école et on a aus­si­tôt vu fleu­rir les «gros scoo­ters» de plus de 400 cm3 type Burg­man ou Sil­ver­wing sur tous les ca­ta­logues. Et alors que les ventes des autres deux-roues jouent aux mon­tagnes russes, ce mi­ni seg­ment af­fiche une in­croyable san­té. De­puis 2007, les maxi scoo­ters pro­gressent de 10 % chaque an­née. Voi­là le constat pré­li­mi­naire de Tom­my Maus­sin, di­rec­teur du mar­ke­ting 2 roues mo­to­ri­sé Eu­rope de Mi­che­lin, qui jus­ti­fie ain­si les ef­forts im­por­tants de Bibendum sur un ter­rain où il vend dé­jà 135000 pneus par an et conti­nue de pro­gres­ser.

Dans le pneu scoo­ter, la fron­tière est clai­re­ment tra­cée, les pe­tits en­gins et les «ré­tros» se contentent de diagonaux, les choses sé­rieuses com­mencent avec les pneus à car­casse ra­diale, seuls ca­pables d’en­cais­ser les puis­sances im­por­tantes et les poids éle­vés des gros scoo­ters. Des pneus «tout temps» pour rou­ler tous les jours en sé­cu­ri­té quelle que soit la mé­téo, les Pi­lot Road 4 très la­mel­li­sés : à gauche L’AR, à droite L’AV.

Ce­la dit, une ana­lyse fine du mar­ché dé­ter­mine deux types d’usage, d’où une double ré­ponse de Mi­che­lin.

Point com­mun de ces deux dé­marches, elles pri­vi­lé­gient au maxi­mum la sé­cu­ri­té par tous les temps mais spé­cia­lisent les pneus en fonc­tion du com­por­te­ment du client. Très axé «maxi sé­cu­ri­té tous temps», très la­mel­li­sé et bour­ré de si­lice, le Pi­lot Road 4 Scoo­ter s’adresse prin­ci­pa­le­ment à ceux qui l’uti­lisent tous les jours, avec des ki­lo­mé­trages an­nuels com­pris entre 10000 et 15000 km. En re­vanche, si le Pi­lot Po­wer 3 Scoo­ter équipe les mêmes en­gins su­pé­rieurs à 400 cm3, sa vo­ca­tion est de sa­tis­faire des pi­lotes af­fi­chant un com­por­te­ment as­sez dif­fé­rent. S’ils roulent moins, entre 5000 et 10000 km/an, ils adoptent un pi­lo­tage plus spor­tif né­ces­si­tant plus de ma­nia­bi­li­té et une ex­cel­lente adhé­rence sur le sec. Le pa­ra­doxe est qu’en dé­pit de looks très dif­fé­rents, les deux pneus dis­posent de la même tech­no­lo­gie bi­gomme de rou­le­ment, d’une car­casse iden­tique et de la même lon­gé­vi­té !

Les points com­muns

Le pre­mier point com­mun de ces deux «faux ju­meaux» est qu’ils re­prennent les dé­no­mi­na­tions de pneus mo­to très connus et ap­pré­ciés. De là à pré­tendre qu’il s’agit d’une re­prise pure et simple de ces best-sel­lers se­rait mé­con­naître la réa­li­té et ou­blier qu’il a fal­lu 3 ans, 120 tests et 200000 km en en­du­rance avant de les lan­cer sur le mar­ché. Ce que confirme l’in­gé­nieur Ni­co­las Cret, res­pon­sable du dé­ve­lop­pe­ment Scoo­ter Ra­dial : «Même si les Scoo­ter Pi­lot Road 4 et Scoo­ter Pi­lot Po­wer 3 res­semblent trait pour trait aux pneus mo­to épo­nymes, pas­ser d’un dia­mètre de 17 pouces à 15, voire 14 ou 13 dans le fu­tur, est tout sauf simple». En ef­fet, le plus pe­tit dia­mètre change dras­ti­que­ment l’em­preinte au sol, évi­dem­ment moins longue. De même, la cir­con­fé­rence in­fé­rieure ra­mène bien plus sou­vent au sol les creux de la bande de rou­le­ment, d’où des ex­ci­ta­tions et des fré­quences fort dif­fé­rentes. Autre dif­fé­rence in­vi­sible, les poids plus éle­vés des gros scoo­ters, cer­tains ap­prochent les 290 ki­los à vide, sont d’au­tant plus pé­na­li­sants que les vi­tesses de pointe tu­toient les 190 km/h (in­dice H obli­ga­toire) et qu’on roule par­fois à deux sur l’en­gin. Pour cor­ser l’af­faire, les construc­teurs re­fusent les aug­men­ta­tions de pres­sion (so­lu­tion ha­bi­tuelle pour contrer la sur­charge), par exemple le Burg­man ne doit pas dé­pas­ser les 2,8 bars ha­bi­tuels.

Conclu­sion, il faut que la car­casse 15’’ «scoo­ter» soit net­te­ment ren­for­cée par rap­port à la 17’’ «mo­to», mais qu’elle reste souple en com­pres­sion pour ab­sor­ber les dé­for­ma­tions sur les bosses ou au frei­nage. Une seule fibre peut sa­tis­faire à un coût rai­son­nable ces per­for­mances en ap­pa­rence an­ta­go­nistes, le po­ly­es­ter HMLS (High Mo­du­lus Low Schrin­kage), à haut mo­dule de ré­sis­tance et faible

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.