Les vrais-faux ju­meaux de L’UHP Dun­lop Sport Maxx RT2

Pneumatique - - LANCEMENT -

Avec son de­mi-frère Goo­dyear Eagle As­sy­me­tric 3, le Dun­lop Sport Maxx RT2 par­tage toutes les nou­velles tech­no­lo­gies in­no­vantes mises au point par l’équipe unique des in­gé­nieurs de Col­mar Berg. Sauf que s’adres­sant à une clien­tèle plus spor­tive, il a su­bi quelques séances de bo­dy-buil­ding. Mu­ta­tion réus­sie, on a pu le consta­ter avec des Mer­cedes CLA 45 AMG sur le grand cir­cuit de vi­tesse de Mi­re­val.

Tout ce qu'on a dit du seg­ment UHP dans ces co­lonnes (voir Pneu­ma­tique n°139) à pro­pos du Goo­dyear As­sy­me­tric 3 vaut évi­dem­ment pour sa ver­sion spor­tive, le Dun­lop Sport Maxx RT2. Sauf que la cible "spor­tive" du Dun­lop se montre plus exi­geante sur cer­tains points que la "gé­né­ra­liste" de Goo­dyear, comme le montre le son­dage réa­li­sé en 2014 par TNS UK. Pas éton­nant, entre le choix de "la sé­cu­ri­té avant tout" du pneu amé­ri­cain et la "spor­ti­vi­té" at­ta­chée au nom de Dun­lop, sur les 5 cri­tères les plus im­por­tants, un seul chiffre est com­mun, la de­mande à 71 % d'un frei­nage per­for­mant sur le sec et le mouillé. En re­vanche pour l'adhé­rence sur routes mouillées et sèches, les clients Dun­lop sont à + 2 % (71%), à + 2 % (70 %) en ki­lo­mé­trage, à + 4 % en frei­nage à haute vi­tesse et à + 4 % (71 %) pour une bonne te­nue de route sur le sec. Au­tre­ment dit, le cur­seur est en­core pla­cé plus haut dans tous les do­maines de la per­for­mance, le confort passe au se­cond plan.

Es­thé­tique pour client dy­na­mique

Se­lon le mar­ke­ting Dun­lop, ses clients UHP placent la qua­li­té en tête de leurs prio­ri­tés. Très ac­tifs, ces qua­dras (ma­jo­ri­taires) sortent et voyagent beau­coup, pra­tiquent des ac­ti­vi­tés spor­tives et roulent plus de 10 000 km par an. Il s'agit la plu­part du temps de cadres CSP+, qui aiment la tech­no­lo­gie et pos­sèdent deux voi­tures, par­ta­geant leurs va­leurs avec leur en­tou­rage. Ces très bons clients aiment aus­si que leur voi­ture soit belle et do­tée d'un équi­pe­ment cor­res­pon­dant à leurs goûts.

À la ma­nière de Pi­rel­li ou Vre­de­stein (avec Giu­gia­ro), Dun­lop soigne par­ti­cu­liè­re­ment le look de sa gamme Sport Maxx, le RT2 se dis­tin­guant dès le pre­mier coup d'oeil par la gra­vure du nom Dun­lop au fond de la prin­ci­pale rai­nure de la bande de rou­le­ment. On re­tombe ici dans la grande contro­verse op­po­sant ceux qui rendent lisse comme un mi­roir le fond des ca­naux d'éva­cua­tion d'eau et ceux af­fir­mant qu'ils n'ont ja­mais trou­vé la moindre amé­lio­ra­tion à ce coû­teux po­lis­sage des moules. Ap­par­te­nant à la se­conde ca­té­go­rie, le RT2 se plait à af­fi­cher le nom de Dun­lop au creux de sa bande de rou­le­ment, agré­men­té de quelques fi­lets lon­gi­tu­di­naux en re­lief pour mieux at­ti­rer l'oeil. Le même soin a été ap­por­té aux flancs, dé­sor­mais gra­vés en creux, a mi­ni­ma, pour di­mi­nuer la trai­née aé­ro­dy­na­mique. Et pour rap­pe­ler

Dans la re­mon­tée si­nueuse du grand cir­cuit de Mi­re­val, le RT2 ex­prime le po­ten­tiel consi­dé­rable et la qua­li­té de son grip, ain­si que ses énormes pos­si­bi­li­tés au frei­nage.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.