Mondial 2016 : maxi opé­ra­tion Dri­ve­guard

Brid­ges­tone en­fonce le clou ! C’est la meilleure fa­çon d’évo­quer les gros ef­forts de Brid­ges­tone au Mondial Au­to­mo­bile de Pa­ris pour faire connaitre son pneu an­ti-cre­vai­son Dri­ve­guard. Au­jourd’hui en deux ver­sions, été et hi­ver, ce run­flat sur­classe les v

Pneumatique - - ACTUALITÉS -

Pri­vi­lé­giant l'ori­gine fran­çaise et l'an­cien­ne­té, la lo­gique in­terne du Sa­lon de Pa­ris a ré­duit à deux le nombre de ma­nu­fac­tu­riers sous les voûtes de la porte de Ver­sailles : ça tombe bien, ce sont les n°1 et 2 mon­diaux ! Brid­ges­tone a op­por­tu­né­ment ra­mas­sé le ti­cket de Fi­res­tone, usine à Bé­thune, pour dé­fier Bi­ben­dum, Goo­dyear a per­du la prio­ri­té hé­ri­tée de Dun­lop, usine à Mont­lu­çon. Ce­la ne semble guère le gê­ner, il pré­fère l'an­nuel et plus neutre Sa­lon de Ge­nève, et a trou­vé cette an­née, à peu de frais, un stand ac­cueillant au 2.2 chez…al­lo­pneus.

Où sont les pneus ?

Si les deux stands de Brid­ges­tone et Mi­che­lin ont en com­mun leur vaste sur­face et leur amour de la réa­li­té vir­tuelle ou aug­men­tée, ils dif­fèrent par leur éclai­rage, a gior­no pour Bi­ben­dum, cré­pus­cu­laire pour Brid­ges­tone, am­biance com­pas­sée heu­reu­se­ment ré­veillée par le rouge vif de Fi­res­tone. Reste une der­nière si­mi­li­tude, la qua­si ab­sence de pneus ! C'est Bi­ben­dum qui mène le bal de­puis quelques an­nées et tend pro­gres­si­ve­ment vers le zé­ro, Brid­ges­tone en ex­po­sant un peu plus, mais der­rière des vitres pleines de reflets qui les rendent dif­fi­cile à ap­pré­cier. À Pa­ris, le fu­tur semble tendre vers des stands où le pro­duit ne se­ra plus que vir­tuel, écra­sez-vous dans vos fau­teuils, bran­chez lu­nettes 3D et écrans, mais dans ce cas, on voit poindre une ques­tion : pour­quoi le faire sur un stand, on peut res­ter chez soi, le net suf­fit !

Brid­ges­tone avait heu­reu­se­ment fait une ex­cep­tion pour sa ve­dette du mo­ment, le Dri­ve­guard. En ver­sions été et hi­ver, ils étaient bien là en chair et en os (en gomme et en câ­blés !), avec un éclai­rage ra­sant des pneus pour mettre en va­leur les "co­oling fin", les ai­lettes ac­co­lées aux flancs qui les "ven­tilent" par leur cou­rant d'air et font bais­ser les tem­pé­ra­tures éle­vées dues au rou­lage sans air. Brid­ges­tone re­ven­dique 20° en moins à la fin des 80 km à 80 km/h per­mis par le Dri­ve­guard cre­vé.

Evi­dem­ment, ces ai­lettes pé­na­lisent l'aé­ro­dy­na­mique d'un pneu éga­le­ment un peu plus lourd, qui ne peut mieux faire que C en ré­sis­tance au rou­le­ment à l'éti­que­tage eu­ro­péen. Il se rat­trape avec un A au frei­nage mouillé, et de l'avis una­nime de ses es­sayeurs, il est aus­si plus confor­table et si­len­cieux que ses pré­dé­ces­seurs. Pour le mon­ter, il faut obli­ga­toi­re­ment dis­po­ser d'un vé­hi­cule équi­pé d'un TPMS, mais comme il est de­ve­nu obli­ga­toire de­puis 2014, l'ave­nir est ra­dieux. Les ex­perts es­timent le po­ten­tiel de ce mar­ché à 32 mil­lions de vé­hi­cules. Reste l'énorme "plus" of­fert par le Dri­ve­guard, il n'a pas be­soin de jante ren­for­cée pour être ins­tal­lé, une roue or­di­naire suf­fit. Ce­la ne pa­raît pas être une grande avan­cée tech­nique mais c'en est une, car un des plus gros han­di­caps du run­flat clas­sique dis­pa­raît. Aus­si bien en pre­mière monte qu'en rem­pla­ce­ment res­ter dans le "stan­dard" est source d'éco­no­mies et de pé­né­tra­tion plus ai­sée du mar­ché.

Gros dis­po­si­tif

Le grand pu­blic est loin d'avoir en­core as­si­mi­lé toutes les pos­si­bi­li­tés du run­flat, il re­doute tou­jours la cre­vai­son, et le rem­pla­ce­ment des roues de se­cours (nor­male ou ga­lette) par des bombes de la­tex et des gon­fleurs élec­triques ne l'a pas ras­su­ré, bien au contraire. Il ne marche pas non plus à fond dans les 80 km à 80 km/h, "Al­lez trou­ver un ré­pa­ra­teur un week-end de mai ou lors des grands dé­parts", c'est mis­sion im­pos­sible, votre voyage s'ar­rête. En re­vanche, ce qui est ap­pré­cié c'est la fa­cul­té qu'on a grâce au run­flat à se sor­tir de l'ur­gence et des mau­vaises si­tua­tions, de quit­ter le bord de route ou la zone dan­ge­reuse, le run­flat c'est la sé­cu­ri­té. Pour­tant Brid­ges­tone ne se sa­tis­fait pas de cette adhé­sion a mi­ni­ma et a sans doute dé­tec­té un autre blo­cage chez l'au­to­mo­bi­liste, la peur de la conduite à risque avec un pneu cre­vé alors que jus­te­ment le run­flat est fait pour le ras­su­rer.

D'où la seule so­lu­tion pos­sible pour faire tom­ber les pré­ven­tions, mettre les gens au vo­lant. Choi­sir le pu­blic du Mondial, c'est se mettre sous les pro­jec­teurs mais sur­tout la ga­ran­tie d'am­pli­fier la dif­fu­sion du message en tou­chant des "opi­nion ma­kers", ces per­sonnes dont l'en­tou­rage sait qu'elles s'in­té­ressent beau­coup à l'au­to­mo­bile, qu'elles "savent des choses", une ré­fé­rence que l'on

consulte avant toute dé­ci­sion. Le dis­po­si­tif mis au point par Brid­ges­tone a mo­bi­li­sé tout le siège de Mas­sy, car il s'agis­sait d'abord de créer un cir­cuit au­tour du Parc des Ex­po­si­tions, si­gni­fi­ca­tif mais pas trop long pour mul­ti­plier les ro­ta­tions, si pos­sible pas trop en­com­bré à toutes les heures. Sur le stand, il fal­lait re­cru­ter, créer des groupes, les en­ca­drer, les in­for­mer, les in­ter­vie­wer après es­sai, as­su­rer la pré­sence et la main­te­nance des six Toyo­ta Au­ris hy­brides et sur­tout, faire face à tous les im­pon­dé­rables pou­vant sur­ve­nir pen­dant 15 jours.

Flap, flap… Flap flap…

Jour­na­listes et vi­si­teurs mé­lan­gés, les six Toyo­ta Au­ris hy­brides se rem­plissent, cha­cune su­per­vi­sée par un tech­ni­cien Brid­ges­tone. Toutes en 205/55 R16 sont chaus­sées en Dri­ve­guard, été ou hi­ver. En com­pa­gnie d'oli­vier Mon­bet, di­rec­teur tech­nique, le test se fe­ra avec la monte hi­ver, tou­jours C en RR, mais seule­ment B en mouillé. Dès le dé­part, Oli­vier Mon­bet pré­vient : "Les voi­tures n'ont pas rou­lé de la nuit, la gomme est froide, le bruit de la roue avant droite, celle dont on a re­ti­ré l'obus de valve, va faire un peu de bruit au dé­mar­rage". De fait, les pre­miers mètres de rou­lage s'ac­com­pagnent d'un flap flap qui rap­pelle ef­fec­ti­ve­ment le bruit des pneus cre­vés. Sauf que, pho­to à l'ap­pui, le pneu à pres­sion 0 res­semble à un pneu qui au­rait en­core un bar de pres­sion. Au bout de quelques hec­to­mètres, le ni­veau so­nore di­mi­nue, un bruit de rou­le­ment à peine su- pé­rieur à la nor­male ac­com­pagne la marche de l'au­ris, au de­meu­rant si­len­cieuse même lors­qu'elle ac­tive son mo­teur ther­mique.

Sen­sa­tions au vo­lant ? La voi­ture tire un tout pe­tit peu à droite, mais on com­pense de fa­çon ré­flexe, na­tu­relle, ça n'est ab­so­lu­ment pas gê­nant. Bé­mol à l'es­sai, la Porte de Ver­sailles le ma­tin pen­dant le Sa­lon, ça n'est pas ter­rible ques­tion vi­tesse. De fait, les rares hec­to­mètres de li­ber­té sont par­cou­rus à 50 km/h en pointe, sans le moindre pro­blème. Frei­nage d'ur­gence ? Pas vrai­ment vu la cir­cu­la­tion, mais la faible dé­rive du train avant est fa­ci­le­ment mai­tri­sée.

Re­tour au ga­rage, sous le pé­riph', avec un pneu gon­flé à peine tiède et le pneu sans pres­sion un peu plus chaud, mais tout juste un peu plus qu'un pneu nor­mal rou­lant à al­lure mo­dé­rée. Test concluant, à moins d'être pa­ra­no force est de re­con­naitre que le Dri­ve­guard est ras­su­rant, digne de confiance et fa­cile à ap­pri­voi­ser. Conclu­sion, une dé­mons­tra­tion bien con­çue pour un pro­duit ef­fi­cace, voi­là 1 200 es­sais (pour plus de 3 000 per­sonnes en comp­tant les pas­sa­gers) qui vont comp­ter pour faire adop­ter le run­flat en gé­né­ral et le Dri­ve­guard en par­ti­cu­lier.

Tous azi­muts

Di­rec­teur com­mer­cial TC4, Joël Mor­bé pense que le mon­tage du Dri­ve­guard sur des jantes nor­males va faire sau­ter un blo­cage psy­cho­lo­gique im­por­tant : "Beau­coup de gens pensent que le run­flat est un élé­ment de pre­mière monte ré­ser­vé à des marques haut de gamme comme BMW ou Au­di. En ren­dant pos­sible le post équi­pe­ment sur tous les vé­hi­cules pour­vus d'un TPMS, Dri­ve­guard est le pre­mier pneu à dé­mo­cra­ti­ser l'ac­cès au run­flat. Cette clien­tèle élar­gie a im­po­sé un maxi­mum de di­men­sions et d'in­dices charge-vi­tesse pour sa­tis­faire la de­mande et cou­vrir tout le mar­ché". Avec des ta­rifs su­pé­rieurs de 5 % à 8 % à di­men­sion iden­tique, l'écart de prix semble tout à fait ac­cep­table com­pa­ré au "plus" of­fert en ma­tière de sé­cu­ri­té Même si L'OE n'est pas en­core à l'ordre du jour, Dri­ve­guard mène pour Brid­ges­tone le com­bat de la sé­cu­ri­té et de la tran­quilli­té. Le Cross Cli­mate Bi­ben­dum est d'ailleurs sur la même lon­gueur d'onde sé­cu­ri­taire, mais avec une autre ré­ponse.

Mais comme on n'est pas n°1 mondial pour rien, Brid­ges­tone mon­trait aus­si quelques axes de pro­grès in­té­res­sants. Dé­jà vu dans plu­sieurs Sa­lons, de­puis l'in­té­rieur du pneu, le CAIS in­forme en temps réel le conduc­teur sur l'état de la route, avec un clas­se­ment en 7 ca­té­go­ries hié­rar­chi­sées en fonc­tion de l'adhé­rence. A cô­té, les trois gammes de pneus Eco­pia Olo­gic montrent une offre basse RR

très élar­gie, à même de ré­pondre à l'en­goue­ment ac­tuel pour les VE. En­fin, un rap­pel spec­ta­cu­laire de l'im­pli­ca­tion gran­dis­sante de Brid­ges­tone en très haut de gamme. En­tré chez Porsche puis Fer­ra­ri, il doit par­ta­ger le pres­tige de ces marques avec de nom­breux autres ma­nu­fac­tu­riers. Il semble avoir plus de réus­site avec As­ton Mar­tin et la nou­velle DB11, lancée au Sa­lon de Ge­nève. Avec 1 700 ki­los, 608 ch et 700 Nm de couple, il lui faut être bien chaus­sée, et c'est l'af­faire des Po­ten­za S007 (nu­mé­ro bien choi­si!) en 225/40 R20 101Y à l'avant et 295/35 R20 105Y à l'ar­rière. On a pu le consta­ter à Pa­ris puisque la DB 11 trô­nait sur le stand Brid­ges­tone, un beau ca­deau à As­ton Mar­tin qui bou­dait ce Mon- dial, mais y était au moins re­pré­sen­té via son four­nis­seur de pneu­ma­tiques.

Le rouge est mis

Res­tait à la gauche du stand très sombre, un en­droit rouge vif et co­lo­ré et illu­mi­né a gior­no, le coin des cou­sins de Fi­res­tone. Ce stand vi­sible entre tous cor­res­pond par­fai­te­ment à l'ac­tuelle re­mise à ni­veau de la marque en France. Pa­ral­lè­le­ment, Mi­che­lin ne fait pas autre chose avec BF Goo­drich, qui re­vient en Ral­lye et au Da­kar à la place de Mi­che­lin. Chez Brid­ges­tone c'est plus simple, Fi­res­tone est tou­jours res­té im­por­tant dans le coeur des Amé­ri­cains, ne se­rait-ce que parce qu'il chausse tou­jours les bo­lides des In­dy­car Se­ries.

Coup de chance pour Brid­ges­tone- Fi­res­tone France, c'est un fran­çais, Si­mon Pa­ge­naud, qui est le cham­pion 2016 de ce pres­ti­gieux cham­pion- nat ! Le na­tif de Mont­mo­rillon (près de Poitiers) était pré­sent sur le stand le der­nier jour du Mondial, re­trou­vant sa mo­no­place Penske à mo­teur Che­vro­let. Evi­dem­ment, peu de Fran­çais sont au fait du sport au­to­mo­bile amé­ri­cain, mais In­dia­na­po­lis fait tou­jours rê­ver et rares sont les pi­lotes Fran­çais à avoir réus­si là-bas. Si­mon Pa­ge­naud a fait men­tir les au­gures et réa­li­sé car­ton plein au Sa­lon sur le stand "tout rouge" de Fi­res­tone.

En pleine re­lance, la firme re­nou­velle sa gamme tou­risme avec le Roadhawk, di­men­sions de 15'' à 19'', à l'aise sur le mouillé avec son la­bel A. Il ar­ri­ve­ra sur le mar­ché en jan­vier 2017, tout comme le Van­hawk 2, pneu ca­mion­nette dé­sor­mais do­té d'un B mouillé, d'un C en RR et d'un su­per look "re­tro" rap­pe­lant ce­lui des pneus tou­risme des an­nées 50. Le Des­ti­na­tion HP se veut mo­derne et spor­tif, à l'aise sur le mouillé et do­té d'une basse RR, il ne peut re­nier sa pa­ren­té avec Brid­ges­tone, par le look de sa bande de rou­le­ment et les tech­niques haut de gamme Na­no Pro-tech. Celles-ci sont aus­si ap­pli­quées aux pneus hi­ver Des­ti­na­tion Win­ter et All Wea­ther Mul­ti­sea­son, Fi­res­tone af­fute ses ar­gu­ments face au re­tour en force des se­condes lignes Pre­mium comme BFG, Fal­ken ou Lau­fenn, le stand du Mondial ar­rive à point.

Dé­tail du flanc du Po­ten­za S001 RFT. Comme le Dri­ve­guard, il dis­pose main­te­nant d’ai­lettes de re­froi­dis­se­ment sur les flancs.

Un des­sin ty­pi­que­ment Brid­ges­tone pour ce Po­ten­za S001 Run­flat, avec un gros ef­fort d’al­lè­ge­ment via des moules à seg­ments.

Un droit d’en­trée hé­ri­té de Fi­res­tone, un très jo­li stand, vaste, élé­gant et tout en­tier dans la pé­nombre.

À l’abri sous les voies du pé­ri­phé­rique, la base de dé­part des es­sais Dri­ve­guard.

Re­tour au ber­cail, en dé­pit de leur pneu avant droit à pres­sion zé­ro, les Toyo­ta ne posent guère de pro­blèmes aux conduc­teurs.

L’as­pect du Dri­ve­guard à pres­sion zé­ro : les flancs por­teurs lui donnent l’ap­pa­rence d’un pneu qui au­rait en­core à peu près 1 bar de pres­sion. Avec l’obus de valve en­le­vé, la triche n’est pas pos­sible, la pres­sion dans le pneu est celle an­non­cée par la mé­téo du jour.

Les nou­veau­tés tou­risme et ca­mion­nette de Fi­res­tone.

Chez Brid­ges­tone comme chez la plu­part des ex­po­sants, on dé­ve­loppe for­te­ment les ex­pé­riences de réa­li­té vir­tuelle. Au bon­heur des jeunes, mais pas uni­que­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.