Ré­tro­mo­bile : tous pour un !

Alors que la 43e édi­tion du ren­dez-vous tri­co­lore consa­crée aux an­ciennes se tien­dra du 7 au 11 fé­vrier, au­cun ma­nu­fac­tu­rier dis­po­sant d’une offre dé­diée à ce seg­ment n’y ex­po­se­ra. La plu­part ont fait le choix de dé­lé­guer leur pré­sence à Al­lo­pneus.

Pneumatique - - SOMMAIRE -

De­ve­nu au fil des ans le ren­dez­vous in­con­tour­nable de tous les pas­sion­nés de vé­hi­cules de col­lec­tions, Ré­tro­mo­bile re­prend ses droits du 7 au 11 fé­vrier pour une 43e édi­tion riche en évé­ne­ments (lire ci-contre). Avec l’es­sor des « Young­ti­mers » et la mon­tée en puis­sance du mar­ché des an­ciennes, le sa­lon pro­fite au­jourd’hui d’un dy­na­misme tout au­tant que d’un en­goue­ment en per­pé­tuelle crois­sance. À la Porte de Ver­sailles (Pa­ris), 550 ex­po­sants vont prendre pos­ses­sion des trois halls (70 000 m2) où pas moins de 120 000 vi­si­teurs vont se pres­ser du­rant cinq jours. Des chiffres « qui aug­mentent d'an­née en an

née » , se­lon Fran­çois Mel­cion, di­rec­teur de Ré­tro­mo­bile, et qui prouvent l’im­por­tance prise par ce sa­lon. Entre les clubs et as­so­cia­tions de pas­sion­nés, les dé­par­te­ments spé­cia­li­sés des construc­teurs ou les car­ros­siers et autres ar­ti­sans de l’au­to­mo­bile, il man­que­ra pour­tant à l’ap­pel un grand corps de mé­tier : les ma­nu­fac­tu­riers, qui ont choi­si de ne pas ex­po­ser à Pa­ris. Du moins, pas di­rec­te­ment.

Un sa­lon tour­né vers le client fi­nal

Si Mi­che­lin, avec sa gamme Col­lec­tion, Pi­rel­li (Clas­sic), Dun­lop (Sport Clas­sic) ou en­core Vre­de­stein (Clas­sic) se sont po­si­tion­nés ces der­niers mois sur ce seg­ment en plein boom avec des offres plus ou moins dé­ve­lop­pées, tous fi­gurent aux abon­nés ab­sents. Une stra­té­gie que dé­plore Fran­çois Mel­cion. « Il y a en­core quelques an­nées, Mi­che­lin, par exemple, par­ti­ci­pait à Ré­tro­mo­bile avant de choi­sir de ne plus y ve­nir, ob­serve le di­rec­teur. C'est dom­mage, mais le vrai pré­ju­dice est plus pour eux que pour nous, no­tam­ment sur le plan de l'image et du com­merce. » À en croire les prin­ci­paux in­té­res­sés, les mo­ti­va­tions de cette ab­sence dé­notent en réa­li­té un chan­ge­ment de pa­ra­digme des sa­lons. Ty­pi­que­ment, Mi­che­lin a fait le choix en 2016 de par­ti­ci­per au Mon­dial de l’au­to­mo­bile de Pa­ris « parce que c'est un sa­lon ins­ti­tu­tion­nel, in­con­tour­nable, plus axé sur les

nou­veau­tés et l'in­no­va­tion » alors que Ré­tro­mo­bile est da­van­tage consi­dé­ré comme « un

sa­lon bu­si­ness, tour­né vers le client fi­nal » , se­lon un porte-pa­role du groupe cler­mon­tois. Par­tant de ce constat, ce­lui-ci, comme ses confrères, dé­lè­gue­ra sa pré­sence à Al­lo­pneus. com, le spé­cia­liste du pneu­ma­tique sur In­ter­net. « C'est nous qui sommes à l'ori­gine de cette ini­tia­tive » , in­dique Do­mi­nique Stemp­fel, di­rec­teur com­mu­ni­ca­tion et dé­ve­lop­pe­ment de la pla­te­forme.

Pas une so­lu­tion par dé­faut

Pour la troi­sième an­née consé­cu­tive, Al­lo­pneus par­ti­ci­pe­ra à Ré­tro­mo­bile pour pro­mou­voir une gamme de pro­duits al­lant de 1900 à nos jours. Même si l’offre pour les an­ciennes ne re­pré­sente que « quelques

di­zaines de mil­liers de ventes » sur un to­tal de 3,5 mil­lions par an (don­nées 2016), cel­le­ci re­vêt un as­pect stra­té­gique pour Do­mi­nique Stemp­fel : « Der­rière le col­lec­tion­neur, il y a un au­to­mo­bi­liste mul­ti­mo­to­ri­sé que l'on sou­haite fi­dé­li­ser. D'ailleurs, sur tous les sa­lons

550 ex­po­sants et 120 000 vi­si­teurs sont at­ten­dus sur le sa­lon.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.