Paie­ments : quel pi­lo­tage de la stra­té­gie en France ?

Point Banque - - ÉDITORIAL - AN­DRÉA TOUCINHO, ré­dac­trice en chef

Dans un contexte mar­qué par l’adop­tion de la deuxième di­rec­tive sur les ser­vices de paie­ment (DSP2), le pi­lo­tage de la stra­té­gie sur le marché fran­çais des paie­ments de­meure cen­tral, quelques mois après des As­sises qui ont confir­mé la né­ces­si­té d’in­suf­fler une nou­velle dy­na­mique dans le sec­teur. Ain­si, par­mi les pro­po­si­tions ef­fec­tuées, la créa­tion d’un co­mi­té de pi­lo­tage, suite na­tu­relle du co­mi­té na­tio­nal SEPA réunis­sant les pro­fes­sion­nels du sec­teur, semble être une condi­tion sine qua non de la pour­suite du dé­ve­lop­pe­ment du marché fran­çais des paie­ments.

Et pour cause, rap­pe­lons que le sec­teur se trouve ac­tuel­le­ment dans un tour­nant mar­qué par l’ou­ver­ture. De quoi jus­ti­fier que l’un des en­jeux clés de cette nou­velle étape stra­té­gique pré­vue pour l’au­tomne est la cons­ti­tu­tion de cette or­ga­ni­sa­tion. Concrè­te­ment, quels ac­teurs – di­rec­te­ment ou in­di­rec­te­ment liés au marché des paie­ments – au­ront leur place dans cet es­pace de dia­logue ? Quelles se­ront les prio­ri­tés dans une pé­riode mar­quée par l’évo­lu­tion ré­gle­men­taire et l’ou­ver­ture à des ac­teurs non ban­caires ? Si le marché des paie­ments a pen­dant long­temps été un es­pace ré­ser­vé aux pro­fes­sion­nels des ins­ti­tu­tions fi­nan­cières, il de­vient au­jourd’hui un ter­rain re­liant toute la Place, des consom­ma­teurs aux en­tre­prises en pas­sant par les pou­voirs pu­blics.

D’où la né­ces­si­té de créer un es­pace pu­blic ou­vert et ha­ber­mas­sien, d’au­tant que, comme le sou­lignent plu­sieurs ex­perts, la concur­rence ne s’ef­fec­tue plus, dans ce marché, à l’échelle na- tio­nale mais à un ni­veau eu­ro­péen voire in­ter­na­tio­nal, ren­for­çant l’im­pé­ra­tif de co­opé­ra­tion et d’an­ti­ci­pa­tion. A cette réa­li­té s’ajoutent les exi­gences propres au sec­teur, comme la sé­cu­ri­té, qui doit être dé­fen­due et pro­té­gée de fa­çon concer­tée entre tous les ac­teurs. L’ob­ser­va­toire de la Sé­cu­ri­té des Cartes de Paie­ment (OSCP) - qui de­vrait être pro­chai­ne­ment éten­du à l’en­semble des moyens de paie­ment - a certes re­le­vé, dans son rap­port 2014, une di­mi­nu­tion du taux de fraude sur les opé­ra­tions réa­li­sées en France à 0,043 % contre 0,046 % en 2013, il n’en reste pas moins que pour l’en­semble des cartes émises en France, en in­cluant donc la fraude su­bie à l’étran­ger, le taux de fraude de­meure stable à 0,069 % et re­pré­sente un mon­tant to­tal de 395,6 M€, contre 376,6 M€ en 2013 (lire ru­brique « brie­fing paie­ment »). Ain­si, si le marché des paie­ments doit évo­luer, en France comme à l’étran­ger, dans le sens de l’in­no­va­tion et de l’in­ter­na­tio­nal, la trans­for­ma­tion ne doit pas se faire au dé­tri­ment de la sé­cu­ri­té et des dif­fé­rents uti­li­sa­teurs des moyens de paie­ment que sont les consom­ma­teurs ou en­core les en­tre­prises. De quoi com­plexi­fier la donne et jus­ti­fier l’im­pé­ra­tif de col­la­bo­ra­tion dans un contexte concur­ren­tiel et mou­vant.

Si le marché des paie­ments a pen­dant long­temps été un es­pace ré­ser­vé aux pro­fes­sion­nels des ins­ti­tu­tions fi­nan­cières, il de­vient au­jourd’hui un ter­rain re­liant toute la Place, des consom­ma­teurs aux en­tre­prises en pas­sant par les pou­voirs pu­blics

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.