Paie­ment et sé­cu­ri­té : quels en­jeux en 2016 ?

Point Banque - - EDITORIAL - AN­DRÉA TOUCINHO, di­rec­trice des rédactions

A l’heure où ces lignes sont ré­di­gées, le 22 mars 2016, un nou­vel at­ten­tat ter­ro­riste frappe une ca­pi­tale eu­ro­péenne, en l’oc­cur­rence Bruxelles, quelques mois après une at­taque san­glante réa­li­sée en plein coeur de Pa­ris. De quoi confir­mer que la lutte contre le ter­ro­risme se veut dé­sor­mais la prio­ri­té de l’eu­rope. Ce com­bat passe bien évi­dem­ment par une ac­tion sur le nerf de la guerre, à sa­voir les fonds ser­vant à fi­nan­cer ces ac­tions, élé­ment que les pou­voirs pu­blics fran­çais et eu­ro­péens ont bel et bien in­té­gré puisque la ré­gle­men­ta­tion re­la­tive à la lutte contre le fi­nan­ce­ment du ter­ro­risme est ac­tuel­le­ment en cours d’évo­lu­tion.

Pré­ci­sons ain­si que la qua­trième di­rec­tive sur la lutte contre le blan­chi­ment de ca­pi­taux, qui n’est pas en­core trans­po­sée en France, de­vrait pro­chai­ne­ment in­té­grer des mo­di­fi­ca­tions, pa­ral­lè­le­ment à des me­sures na­tio­nales de­vant être ap­pli­cables par dé­cret. En ligne de mire, les es­pèces, dont l’uti­li­sa­tion se veut dé­jà li­mi­tée sous l’ef­fet des ini­tia­tives réa­li­sée par Ber­cy, mais éga­le­ment la mon­naie vir­tuelle ain­si que la mon­naie élec­tro­nique, en l’oc­cur­rence le pré­payé, par­fois éri­gé – à tort ou à rai­son - en sym­bole de la lutte contre le fi­nan­ce­ment du ter­ro­risme (lire notre ru­brique « évé­ne­ment »). Une si­tua­tion sus­cep­tible de rap­pe­ler que si le mar­ché des paie­ments évo­lue dans le sens de l’ou­ver­ture et de l’in­no­va­tion, la sé­cu­ri­té se veut un pré-re­quis in­dé­niable. Sé­cu­ri­té pour le consom­ma­teur fi­nal d’abord, comme l’a rap­pe­lé Geof­froy Gof­fi­net de l’au­to­ri­té ban­caire eu­ro­péenne (EBA) qui s’est ex­pri­mé sur ce su­jet lors de la confé­rence inau­gu­rale du sa­lon Pay­fo­rum 2016, le 16 mars. Et dont l’avis a été par­ta­gé par Ma­rie-anne Bar­bat-laya­ni, di­rec­trice gé­né­rale de la Fé­dé­ra­tion ban­caire fran­çaise (FBF), tou­jours à l’oc­ca­sion de cet évé­ne­ment, consciente que les banques ont, en tant qu’ac­teurs pri­mor­diaux du sec­teur et sur­tout gages de lé­gi­ti­mi­té et de sé­cu­ri­té, un rôle ca­pi­tal à jouer. Mais éga­le­ment sé­cu­ri­té dans un contexte plus glo­bal puisque l’ac­tua­li­té nous dé­montre une fois de plus que l’évo­lu­tion du mar­ché des paie­ments, mar­quée par le trans­fron­tière, la dé­ma­té­ria­li­sa­tion et l’ou­ver­ture, a un im­pact qui dé­passe le stade du mi­cro­cosme. Com­ment vont évo­luer les me­sures liées à la lutte contre le fi­nan­ce­ment du ter­ro­risme en 2016 ? Quelle se­ra la nou­velle donne sé­cu­ri­taire sous l’ef­fet de la DSP2 et des ini­tia­tives du mar­ché qui font évo­luer la sé­cu­ri­té dans le sens de l’in­no­va­tion à l’image de ce qu’on peut ob­ser­ver avec la to­ke­ni­sa­tion ou la bio­mé­trie ? Quels se­ront les en­jeux liés aux ac­teurs de l’in­ter­net à l’image des GA­FA et fin­techs ? Quid du po­si­tion­ne­ment des banques sur ce su­jet ? Tant d’in­ter­ro­ga­tions qui mé­ritent d’être po­sée à date et qui confirment bel et bien que si le mar­ché des paie­ments se trouve ac­tuel­le­ment dans une phase char­nière, le su­jet de la sé­cu­ri­té se veut dé­ci­sif pour as­su­rer la confiance du consom­ma­teur fi­nal et la pé­ren­ni­té du sec­teur dans un contexte 2.0.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.