Brexit : quels enjeux pour le monde ban­caire ?

Point Banque - - EDITORIAL - AN­DRÉA TOUCINHO, di­rec­trice des ré­dac­tions

Le 23 juin 2016 est sans conteste une date his­to­rique pour l’eu­rope. Le Brexit l’a em­por­té, à 51,9 % des voix contre 48,1 %. L’évo­lu­tion, qui a conduit à un ef­fon­dre­ment du cours de la livre ster­ling dans la jour­née du 24 juin, est em­blé­ma­tique d’un point de vue géo­po­li­tique et donc pri­mor­diale pour les mar­chés de la banque et des paie­ments. Ain­si, rap­pe­lons que Londres, pre­mière Place fi­nan­cière du monde au coude à coude avec New York, est la pre­mière Place fi­nan­cière eu­ro­péenne. Plus de 250 banques étran­gères dis­posent ain­si d’un siège à La Ci­ty se­lon un re­cen­se­ment ef­fec­tué en 2014. La ca­pi­tale bri­tan­nique fi­gure éga­le­ment dans le top des mar­chés de l’as­su­rance et des prêts trans­na­tio­naux, et elle y hé­berge une ins­tance de ré­gu­la­tion eu­ro­péenne – Eu­ro­pean Ban­king Au­tho­ri­ty (EBA), ce qui confirme que la si­tua­tion actuelle re­pré­sente un en­jeu de taille pour le mar­ché fi­nan­cier eu­ro­péen. Mais ce n’est pas tout.

Ajou­tons ain­si que le Brexit ne se­ra pas sans im­pact sur le sec­teur des paie­ments, évo­luant ac­tuel­le­ment dans le sens de l’ou­ver­ture avec une mi­gra­tion SEPA de­vant connaître une nou­velle étape à l’au­tomne 2016, à sa­voir la mi­gra­tion des pays hors zone eu­ro. Dès lors, dans quel sens ira l’eu­rope des paie- ments face à ce nou­veau pa­ra­digme géo­po­li­tique ? La ques­tion reste ou­verte dans un sec­teur qui évo­lue, au­jourd’hui plus que ja­mais, dans le sens de la glo­ba­li­sa­tion. Et elle est es­sen­tielle lorsque l’on me­sure le poids des flux de paie­ment pas­sant par le Royaume-uni.

Autre in­ter­ro­ga­tion qui mé­rite d’être sou­le­vée, les consé­quences de cette dé­ci­sion pour les banques fran­çaises et la Place fi­nan­cière de Pa­ris, au poids géos­tra­té­gique non né­gli­geable. Sur ce su­jet, la Fé­dé­ra­tion ban­caire fran­çaise (FBF) s’est ex­pri­mée, le 24 juin 2016, at­tes­tant que « les banques fran­çaises et la Place de Pa­ris se sont pré­pa­rées, sous le contrôle des au­to­ri­tés de su­per­vi­sion, aux consé­quences du choix bri­tan­nique. Ac­teurs fon­da­men­taux de l’éco­no­mie eu­ro­péenne, elles contri­bue­ront à l’ave­nir d’une Eu­rope gage de sé­cu­ri­té et de pros­pé­ri­té pour ses ci­toyens ». L’or­ga­ni­sa­tion a éga­le­ment ajou­té que « la zone eu­ro dis­pose d’une gou­ver­nance forte por­tée par la Banque cen­trale eu­ro­péenne (BCE) et les ins­ti­tu­tions eu­ro­péennes. Elle se­ra un le­vier es­sen­tiel pour as­seoir une po­li­tique éco­no­mique au ser­vice de la crois­sance et de l’em­ploi, d’au­tant plus ef­fi­cace que la conver­gence des po­li­tiques éco­no­miques se­ra ren­for­cée. Les banques fran­çaises res­te­ront très at­ten­tives à l’in­té­gri­té du mar­ché des ser­vices fi­nan­ciers eu­ro­péens entre Etats membres et à l’éga­li­té des condi­tions de concur­rence ». Le su­jet est donc à suivre dans une ac­tua­li­té qui se veut his­to­rique et dé­ci­sive pour l’évo­lu­tion du mar­ché éco­no­mique eu­ro­péen.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.