« La DSP2 est donc bien une op­por­tu­ni­té pour pro­po­ser de nou­veaux ser­vices no­tam­ment au­près de notre clien­tèle pre­mium ou de pro­fes­sion­nels »

Point Banque - - POINTS MAJEURS -

Quelles sont les ini­tia­tives d’agré­ga­tion que le groupe Cré­dit du Nord a mises en oeuvre ? De­puis le 9 no­vembre, nous pro­po­sons à nos clients par­ti­cu­liers et pro­fes­sion­nels la pos­si­bi­li­té d’ac­cé­der de­puis leur banque en ligne, au solde et au dé­tail des opé­ra­tions réa­li­sées sur l’en­semble de leurs comptes dé­te­nus dans d’autres éta­blis­se­ments ban­caires. Mais aus­si la plu­part des ges­tion­naires d’épargne sa­la­riale, as­su­reurs ou or­ga­nismes de cré­dit. Ce ser­vice ap­pe­lé « Syn­thèse mul­ti­banque » dé­ve­lop­pé en par­te­na­riat avec Bour­so­ra­ma est ac­ces­sible sur le site web et les ap­pli­ca­tions smart­phone et ta­blette (IOS, An­droid et Win­dows) de la banque. Pour­quoi ces ini­tia­tives son­telles stra­té­giques ? Dans nos agences, nous conseillons au quo­ti­dien nos clients sur la base de leurs be­soins glo­baux qu’ils dé­tiennent ou non la to­ta­li­té de leur pa­tri­moine pla­cé chez nous. Dans un contexte de mul­ti-ban­ca­ri­sa­tion crois­sante, leur per­mettre de dis­po­ser d’un coup d’oeil de l’en­semble de leur pa­tri­moine ou du dé­tail de leurs opé­ra­tions sur leur smart­phone ou le site web par­ti­cipe de la même lo­gique de ser­vice glo­bal. Il s’ins­crit tou­te­fois dans une tra­jec­toire plus large de mise à dis­po­si­tion ré­gu­lière de ser­vices mul­ti-ban­caires à nos clients comme la pro­gram­ma­tion d’alertes pour une ges­tion de leurs avoirs ou de leur dé­cou­vert, l’ac­cès aux e-fac­tures as­so­ciées aux dé­penses réa­li­sées puis, à comp­ter de 2018, le dé­tail des por­te­feuilles titres et la réa­li­sa­tion de vi­re­ments de compte à compte dès que le per­met­tra la DSP2.

L’agré­ga­tion créée par la DSP2 consti­tue-t-elle une op­por­tu­ni­té pour vous ? L’ar­ri­vée de nou­veaux ac­teurs non ban­caires, qu’ils soient fin­techs ou is­sus de l’éco­no­mie plus tra­di­tion­nelle comme les dis­tri­bu­teurs ou les as­su­reurs, n’est pas un phé­no­mène nou­veau mais consti­tue une in­ci­ta­tion à in­no­ver, faire évo­luer les ser­vices, sim­pli­fier les par­cours clients et ré­flé­chir à des ser­vices dé­pas­sant le seul cadre de la banque. La DSP2 est donc bien une op­por­tu­ni­té pour pro­po­ser de nou­veaux ser­vices no­tam­ment au­près de notre clien­tèle pre­mium ou de pro­fes­sion­nels.

Quelle stratégie comp­tez-vous mettre en place en ré­ponse aux nou­veaux ac­teurs qu’ils soient fin­techs ou ga­fas ? Le Cré­dit du Nord dis­pose d’une longue tra­di­tion par­te­na­riale au ni­veau de l’as­su­rance vie avec une di­zaine de par­te­naires, au ni­veau de la ges­tion d’ac­tif avec Amundi, de la mo­né­tique avec Tran­sac­tis ou en­core dans le do­maine des in­for­ma­tions bour­sières avec Bour­so­ra­ma. Ces par­te­na­riats à co­té de pro­duits « mai­son », per­mettent de sé­lec­tion­ner les in­ter­ve­nants à même de four­nir les meilleurs ser­vices à nos clients. L’as­so­cia­tion avec Bour­so­ra­ma pour l’agré­ga­tion de comptes s’ins­crit dans cette lo­gique, comme celle conclue avec Slim­pay ou plus ré­cem­ment avec CFC pour l’offre de cash-back, Res­to­po­li­tan pour les ré­duc­tions au res­tau­rant ou le syn­dic en ligne Ge­rer­seul.com. D’autres sont à l’étude.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.