« La DSP2 va ap­por­ter un chan­ge­ment pro­fond »

Jé­rome Trais­nel, pré­sident de l’as­so­cia­tion fran­çaise des éta­blis­se­ments de paie­ment et de mon­naie élec­tro­nique (Afe­pame)

Point Banque - - ENJEUX -

Comment évo­luent les éta­blis­se­ments de paie­ment en France et en Eu­rope ?

Au ni­veau eu­ro­péen, un bon nombre d’éta­blis­se­ments de paie­ment et de mon­naie élec­tro­nique ont été créés. De nou­veaux agré­ments sont en­re­gis­trés ré­gu­liè­re­ment en cours d’an­née. Ils re­flètent la vi­ta­li­té du sec­teur. On ob­serve donc une évo­lu­tion fa­vo­rable. Autre fait mar­quant, ce ne sont plus uni­que­ment des star­tups qui ap­pa­raissent dans le paie­ment, mais des ac­teurs éta­blis. Nous avons des en­tre­prises is­sues du re­tail ou de la dis­tri­bu­tion qui s’ins­tallent. Nous voyons de nou­velles plates-formes ar­ri­ver sur un sec­teur stra­té­gique.

Qu’est-ce que la Di­rec­tive sur les ser­vices de paie­ment 2 change ?

Nous pré­pa­rons ac­ti­ve­ment l’ar­ri­vée de la DSP2. Elle vient cor­ri­ger un nombre de dys­fonc­tion­ne­ments et pré­cise cer­taines dis­po­si­tions. Cel­le­ci élar­git éga­le­ment le champ des ac­teurs as­su­jet­tis à la ré­gu­la­tion. Deux grands chan­ge­ments sont à no­ter, ils concernent l’ac­cès au compte. Les struc­tures qui agrègent les in­for­ma­tions ban­caires, qui étaient jus­qu’alors hors champ, sont dé­sor­mais sou­mises à la DSP. En France, comme en Eu­rope, plu­sieurs ac­teurs opèrent dé­jà. Leur en­trée dans le cadre rè­gle­men­té est une op­por­tu­ni­té pour ren­for­cer la confiance consom­ma­teur. Le deuxième chan­ge­ment est plus fon­da­men­tal. Je le qua­li­fie­rais de dé­ré­gu­la­tion de la boucle lo­cale telle qu’ob­ser­vée dans le sec­teur te­le­com. Pour ins­truire un paie­ment, il ne se­ra plus né­ces­saire de pas­ser par l’in­ter­face de sa banque. L’ini­tia­tion de paie­ment pour­ra être pous­sée via un tiers agréé. Ima­gi­nons qu’on achète chez un mar­chand. Vous vou­lez le payer. Ce­lui- ci pour­ra en votre nom dé­clen­cher un paie­ment sans que vous n’ac­cé­diez à votre in­ter­face ban­caire. Bien sûr, la sé­cu­ri­té et la pro­tec­tion des don­nées sont ren­for­cées dans la DSP2. Ce­la va li­bé­rer un grand nombre de cas d’usages. On va pas­ser d’un par­cours du com­bat­tant pour réa­li­ser un paie­ment simple à un sys­tème fluide grâce à des tiers de confiance qui met­tront en re­la­tion les bé­né­fi­ciaires avec les banques. Les ac­teurs qui fonc­tionnent au­jourd’hui sur ce type de ser­vices en­voient ac­tuel­le­ment un ro­bot sur l’in­ter­face ban­caire à votre place pour gé­né­rer le vi­re­ment. C’est le Web scrap­ping. Cette so­lu­tion est in­suf­fi­sante en termes d’er­go­no­mie et de sé­cu­ri­té. La DSP2 met un terme à l’uti­li­sa­tion de ces ou­tils grâce à la mise en place d’in­ter­faces sé­cu­ri­sés pour ac­cé­der aux ser­vices ban­caires. Nous en­trons dans l’ère de l’open ban­king API et c’est, je crois, l’ave­nir de notre sec­teur que de construire un éco­sys­tème sé­cu­ri­sé pro­po­sant des ser­vices plus ef­fi­caces pour les consom­ma­teurs et les mar­chands. Ce­pen­dant, nombre d’éta­blis­se­ments ont des ef­forts à faire pour se mettre en confor­mi­té, être com­pa­tible et of­frir des pres­ta­tions meilleures.

Quelles sont les amé­lio­ra­tions que vous sou­hai­te­riez pour fa­vo­ri­ser le dé­ve­lop­pe­ment des EP ?

Il y a tou­jours des choses per­fec­tibles. Avec la DSP c’est le risque de frag­men­ta­tion du mar­ché eu­ro­péen, le re­pli sur soi et des règles lo­cales qui em­pêchent la concur­rence libre. La frag­men­ta­tion est notre en­ne­mi. Elle li­mite l’am­bi­tion des ac­teurs qui risquent d’être can­ton­nés à un pé­ri­mètre si cette frag­men­ta­tion n’est pas bri­sée et fait le lit des grands ac­teurs amé­ri­cains. Les in­ter­pré­ta­tions lo­cales des ré­gu­la­teurs doivent être ali­gnées. Il y a trop de la­ti­tude se­lon les pays. Ce­la né­ces­site beau­coup de tra­vail entre ré­gu­la­teurs et avec L’EBA d’ici la mise en place du texte en jan­vier 2018. J’ai par ailleurs l’hon­neur de sié­ger, pour l’afe­pame, au Co­mi­té na­tio­nal des paie­ments scrip­tu­raux (CNPS). Ce co­mi­té a en charge la pro­mo­tion des paie­ments en France. L’ins­tant pay­ment (paie­ment ins­tan­ta­né), qui per­met­tra de réa­li­ser des paie­ments en moins de 10 se­condes se met en place en pa­ral­lèle de la DSP2. C’est une ré­vo­lu­tion am­bi­tieuse qui de­vrait ar­ri­ver dès no­vembre 2017. La pla­nète paie­ments est en marche.

Comment voyez-vous évo­luer la re­la­tion banque/ep et le sec­teur de ma­nière gé­né­rale à moyen terme ?

La France a eu un pro­blème avec la trans­po­si­tion la DME2 qui a dé­mar­ré an plus tard que dans les autres pays. Pour que la France reste com­pé­ti­tive et at­trac­tive, il faut qu’elle trans­pose la DSP2 dans les temps. D’au­tant que cer­tains d’éta­blis­se­ments, par­tis s’ins­tal­ler en An­gle­terre, pour­raient, suite au Brexit, re­con­si­dé­rer leur dé­ci­sion, leurs pas­se­ports eu­ro­péens ne pou­vant plus fonc­tion­ner. Chaque pays a ses tra­di­tions et sa culture. Mais comme chaque ré­gu­la­teur na­tio­nal donne ac­cès à une même res­source par­ta­gée, le mar­ché eu­ro­péen, il est cru­cial qu’ils opèrent de fa­çon concer­tée. Nous ne cher­chons pas à nous sous­traire des règles. Les EP et EME sont en gé­né­ral les plus ver­tueux en ce qui concerne la sé­cu­ri­té et la ges­tion des risques. Nous sou­hai­tons juste que tous les ac­teurs opèrent sui­vant les mêmes règles. Concer­nant les re­la­tions banques/éta­blis­se­ments de paie­ment, le ré­cent ra­chat de Pay­plug par BPCE, pour­rait faire pen­ser à une concen­tra­tion du sec­teur. Je pense au contraire que c’est l’ex­cep­tion qui confirme la règle. La DSP2 va ap­por­ter un chan­ge­ment pro­fond avec des op­por­tu­ni­tés in­édites. Je m’at­tends à une éclo­sion d’offres grâce à l’ac­cès au compte, aux tech­no­lo­gies et à l’open ban­king. En­fin, l’usage du mo­bile va pro­ba­ble­ment s’im­po­ser comme la plate-forme au­tour des­quels les consom­ma­teurs, mar­chands et opé­ra­teurs se re­trou­ve­ront. C’est le dé­part de nou­veaux usages.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.