Caisse d’epargne pré­sente « Ban­xo », ver­sion en­ri­chie de son ap­pli­ca­tion mo­bile

Dé­ve­lop­pée en « mode agile », la nou­velle ap­pli­ca­tion ban­caire du groupe Caisse d’epargne s’en­ri­chit de nou­velles fonc­tion­na­li­tés : un agré­ga­teur de compte, une fonc­tion­na­li­té bud­get et re­trait SMS et un ac­cès di­rect à l’offre pro­duits d’as­su­rance.

Point Banque - - BRIEFING -

Le 23 no­vembre 2016, les clients Caisse d'epargne dé­ten­teurs d'un ip­hone et de l'ap­pli­ca­tion Caisse d'epargne ont pu voir leur ap­pli­ca­tion ban­caire évo­luer. Une ap­pli­ca­tion en­ri­chie, in­ti­tu­lée Ban­xo qui pro­pose quatre nou­velles fonc­tion­na­li­tés. La vi­sua­li­sa­tion de l'en­semble des comptes au sein d'une même ap­pli­ca­tion, grâce à l'agré­ga­teur de comptes est une prio­ri­té pour le groupe qui, sur ses 24 mil­lions de clients compte 9 mil­lions de clients dits « dis­tan­ciés » et en­tend faire de la conquête client grâce à ce nou­vel ou­til. Deux se­maines après le lan­ce­ment de la nou­velle ap­pli­ca­tion, 10 000 per­sonnes avaient dé­jà agré­gé une autre banque à leur ap­pli­ca­tion Caisse d'epargne. Autre in­no­va­tion Ban­xo, une fonc­tion­na­li­té bud­get des­ti­née à per­mettre aux clients d'ap­pré­hen­der leurs dé­penses cou­rantes en un clin d'oeil. Ban­xo pro­pose éga­le­ment la fonc­tion­na­li­té « re­trait SMS » qui per­met d'ef­fec­tuer des re­traits dans les dis­tri­bu­teurs même sans avoir sa carte ban­caire sur soi. En­fin, sur le vo­let as­su­rance, le groupe qui se donne pour ob­jec­tif de « de­ve­nir un ban­cas­su­reur de plein exer­cice » am­bi­tionne de re­cru­ter un client ban­caire sur trois sur des offres as­su­rances. Au cours de l'an­née 2016, le site In­ter­net en res­pon­sive de­si­gn a per­mis la réa­li­sa­tion de 100 000 de­vis IARD. Des de­vis qui se sont tra­duits par 25 000 ventes dont un tiers ont été fi­na­li­sées via le di­gi­tal. Do­ré­na­vant et via l'ap­pli­ca­tion Ban­xo, le client Caisse d'epargne a la pos­si­bi­li­té de gé­né­rer des de­vis. Dès le mois de fé­vrier 2017, la sous­crip­tion pour­ra se faire ex­clu­si­ve­ment en ligne via l'ap­pli­ca­tion. Le groupe s'est lar­ge­ment ins­pi­ré du fonc­tion­ne­ment des fin­techs pour le dé­ve­lop­pe­ment de la nou­velle ver­sion de son ap­pli­ca­tion : « sans l'exemple des fin­techs, nous au­rions at­ten­du de pou­voir pro­po­ser l'en­semble des éta­blis­se­ments ban­caires exis­tants pour l'agré­ga­teur de comptes et d'avoir une ver­sion An­droid avant de lan­cer Ban­xo. Nous avons choi­si de mettre en ser­vice notre ap­pli­ca­tion dès à pré­sent et de la faire en­suite évo­luer », a dé­taillé Cé­dric Mi­gnon, di­rec­teur du dé­ve­lop­pe­ment Caisse d'epargne. Dès le dé­but 2017, l'ap­pli­ca­tion Ban­xo de­vrait ain­si être dis­po­nible en ver­sion An­droid. Le groupe a éga­le­ment in­di­qué vou­loir étendre le nombre d'éta­blis­se­ments ban­caires pour l'agré­ga­teur de compte qui pour l'heure en pro­pose neuf. De­puis le lan­ce­ment de sa pre­mière ver­sion en 2010, l'ap­pli­ca­tion Caisse d'epargne to­ta­lise 6,5 mil­lions de té­lé­char­ge­ments. Au to­tal, 3 mil­lions de clients Caisse d'epargne se connectent quo­ti­dien­ne­ment à cet ou­til. Le groupe to­ta­lise près d'un mil­lion de contacts an­nuels avec ses clients par­ti­cu­liers dont 600 000 sont réa­li­sés via le di­gi­tal. « Il s'agit là pour nous d'un vé­ri­table chan­ge­ment de pa­ra­digme, les points de contacts di­gi­taux ayant pris le des­sus sur les points de contacts phy­siques », dé­taille Cé­dric Mi­gnon. Caisse d'epargne am­bi­tionne ain­si d'at­teindre six mil­lions de connexion quo­ti­dienne à Ban­xo à ho­ri­zon fin 2019.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.