Bar­clays lance Up­tome, ser­vice de vi­sio­con­fé­rence avec échange de do­cu­ments et si­gna­ture élec­tro­nique

Quand les éta­blis­se­ments ban­caires vantent les mé­rites de la « banque à dis­tance », Bar­clays pré­fère se po­si­tion­ner sur « l’agence à dis­tance ». L’éta­blis­se­ment ban­caire pré­mium qui mise sur le conseil à forte va­leur ajou­tée lance la so­lu­tion Up­tome.

Point Banque - - BRIEFING -

Au­jourd'hui, seul un Fran­çais sur cinq af­firme se rendre de fa­çon ré­gu­lière dans son agence ban­caire. Pour en­trer en re­la­tion avec leurs conseillers ban­caires, les Fran­çais uti­lisent en moyenne 3,6 ca­naux dif­fé­rents (agence ban­caire phy­sique, or­di­na­teur, ta­blette, smart­phone ou té­lé­phone). Dans le même temps, les be­soins en conseil et en ac­com­pa­gne­ment res­tent très im­por­tants. C'est suite à ces dif­fé­rents constats que Bar­clays France a ima­gi­né Up­tome, un ser­vice di­gi­tal « in­édit en France », a in­di­qué Va­lé­rie Sau­te­ret, di­rec­trice de la com­mu­ni­ca­tion pour Bar­clays France. Dans le dé­tail, le nou­veau ser­vice di­gi­tal pro­po­sé par l'éta­blis­se­ment ban­caire est un ser­vice de vi­sio­con­fé­rence à dis­tance per­met­tant l'échange ins­tan­ta­né de do­cu­ments et la si­gna­ture élec­tro­nique. « Trois fonc­tion­na­li­tés pour un geste com­mer­cial com­plet », a in­di­qué Vincent Men­vielle, di­rec­teur mar­ke­ting & pro­duits pour Bar­clays France, avant de dé­tailler : « notre am­bi­tion est de mul­ti­plier les points de contacts avec nos clients ». Un ser­vice agile, des­ti­né à fi­dé­li­ser une clien­tèle de plus en plus mul­ti ban­ca­ri­sée. Pour la mise en place de ce nou­vel ou­til, Bar­clays au­ra dé­bour­sé quelques deux à trois mil­lions d'eu­ros, se­lon les chiffres avan­cés par Vincent Men­vielle, qui pré­cise : « Il s'agit là d'un in­ves­tis­se­ment pour le groupe. Nos an­ti­ci­pa­tions pré­voient en ef­fet que la mise en place de cette nou­velle pla­te­forme nous per­met­tra de ga­gner 10 à 15 % d'ac­ti­vi­té sup­plé­men­taire ». Pour l'heure, Bar­clays en France compte près de 2 % de part de mar­ché sur la clien­tèle ai­sée, c'est à dire dé­te­nant plus de 100 000 eu­ros d'ac- tifs fi­nan­ciers et re­pré­sen­tant en France 5 % du mar­ché to­tal de la banque de dé­tail, pour 48 % du pa­tri­moine. Ce ser­vice se­ra dé­cli­né en 2017, en ver­sion ta­blette. Pour au­tant, au­cune ver­sion smart­phone n'est à ve­nir, le groupe es­ti­mant que « l'in­ter­face du smart­phone ne per­met pas le par­tage de do­cu­ments ». Bar­clays a par ailleurs an­non­cé le lan­ce­ment d'une nou­velle cam­pagne de com­mu­ni­ca­tion avec un plan mé­dia en té­lé­vi­sion, ra­dio et af­fi­chage dès le 5 dé­cembre 2016. Cette cam­pagne a le double ob­jec­tif de faire connaître le ser­vice Up­tome aux clients de l'éta­blis­se­ment ban­caire et de sen­si­bi­li­ser les pros­pects aux ser­vices pro­po­sés par Bar­clays France. Pour cette cam­pagne de com­mu­ni­ca­tion, l'en­ve­loppe bud­gé­taire al­louée se­ra d'un mil­lion d'eu­ros.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.