12 mil­lions de cartes de paie­ment émises par des ma­ga­sins dans le por­te­feuille des Fran­çais

Ce­te­lem livre les ré­sul­tats de son étude me­née par l’échan­geur BNP Pa­ri­bas Per­so­nal Fi­nance sur les Fran­çais et leurs cartes. Mal­gré la per­cée du di­gi­tal et le re­pli des cartes phy­siques, celles-ci sé­duisent en­core les consom­ma­teurs, à condi­tion néan­moins

Point Banque - - BRIEFING -

Au to­tal, ce sont 185 mil­lions de cartes, ac­tuel­le­ment conte­nues dans le por­te­feuille des Fran­çais. En moyenne, 94 % des por­teurs de carte dé­tiennent au moins sept cartes dans leur por­te­feuille. Par ailleurs, 85 % des son­dés dé­tiennent au moins une carte fi­nan­cière émise par des banques ou des or­ga­nismes fi­nan­ciers et 77 % dé­tiennent au moins une carte émise par un ma­ga­sin. Les cartes de fi­dé­li­té pour leur part sont dé­te­nues par 70 % des foyers fran­çais. Ce sont elles qui re­pré­sentent le vo­lume ma­jeur des cartes en cir­cu­la­tion, soit 6,5 cartes en moyenne pour les dé­ten­teurs. Les cartes de paie­ment émises par les ma­ga­sins ne sont dé­te­nues, en re­vanche, que par 29 % des foyers fran­çais. Les Fran­çais dé­tiennent ain­si ac­tuel­le­ment 12 mil­lions de cartes de paie­ments émises par des ma­ga­sins. Un pour­cen­tage en re­cul de 7 points par rap­port à 2010. Par­mi les fac­teurs qui ex­pliquent cette éro­sion, BNP Pa­ri­bas Per­so­nal Fi­nance convoque les ef­fets de la Loi Hamon et l'éro­sion de cer­tains ac­teurs de la vente par cor­res­pon­dance. Pour au­tant, ces cartes res­tent for­te­ment plé­bis­ci­tées au sein de la po­pu­la­tion qui les dé­tient : ain­si, 83 % des por­teurs sont prêts à les re­com­man­der, contre 78 % des dé­ten­teurs de carte de fi­dé­li­té pure. Uti­li­sée ou non, la fonc- tion « fa­ci­li­té de paie­ments » de­meure un vé­ri­table atout pour les dé­ten­teurs qui consi­dèrent cette fonc­tion­na­li­té comme « une va­riable d'ajus­te­ment à uti­li­ser avec par­ci­mo­nie mais po­ten­tiel­le­ment utiles ». En­fin, BNP Pa­ri­bas Per­so­nal Fi­nance constate que « plus une carte s'en­ri­chie, plus elle gé­nère de l'at­ta­che­ment ». La moi­tié des por­teurs de cartes ma­ga­sins se dé­clarent ain­si plus in­ci­tés à se rendre dans l'en­seigne émet­trice.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.