L’open in­no­va­tion : en­jeu hau­te­ment stra­té­gique pour So­cié­té Gé­né­rale

« Mettre en place toutes les oc­ca­sions de croi­se­ment de com­pé­tences », tel est l’ob­jec­tif af­fi­ché par le groupe So­cié­té Gé­né­rale. La banque a ain­si ima­gi­né un vaste es­pace de tra­vail col­la­bo­ra­tif au sein de son bâ­ti­ment Les Dunes si­tué à Fon­te­nay-sous-boi

Point Banque - - BRIEFING -

Tables de ping-pong, flip­per et jeux vi­déos, tel est le quo­ti­dien des start-upeurs et col­la­bo­ra­teurs So­cié­té Gé­né­rale qui ont élu do­mi­cile il y a trois mois au sein du bâ­ti­ment Les Dunes, un édi­fice flam­bant neuf, si­tué à Fon­te­nay-sous-bois. Leur mis­sion : plan­cher sur les nou­veaux mo­dèles dis­rup­tifs qui fe­ront l’éco­no­mie de de­main. Pour l’heure, 13 start-up peuplent le rez-de-chaus­sée du bâ­ti­ment, un es­pace nom­mé « Le Pla­tea » et dé­dié à l’open in­no­va­tion. Par­mi elles, huit sont is­sues du groupe. « Il s’agit de pe­tites équipes de col­la­bo­ra­teurs qui viennent ici pour plan­cher sur des pro­jets dis­rup­tifs », ex­plique Flore Ja­chi­mo­wicz, di­rec­trice as­so­ciée à la di­rec­tion de l’in­no­va­tion du groupe So­cié­té Gé­né­rale, en charge du Pla­teau et des par­te­na­riats avec les lieux d’in­no­va­tion, avant de pré­ci­ser « ces équipes sont alors dis­pen­sées des pro­cess com­plexes de va­li­da­tion de pro­jets et peuvent se dé­ve­lop­per ici en mode

agile ». Tous les trois mois, les équipes passent de­vant un co­mi­té d’in­ves­tis­se­ment qui dé­cide alors s’il y a une rai­son de mettre un terme à leurs re­cherches. Dans ce cas, les col­la­bo­ra­teurs re­join­dront leur poste pré­cé­dent. Si­non, elles pour­sui­vront leurs re­cherches. Le Pla­teau ac­cueille éga­le­ment des start-up is­sues de l’ex­té­rieur. Pour l’heure, elles sont au nombre de trois. « Ces start-up ex­ternes sont ac­cueillies gra­tui­te­ment et sans au­cune contre­par­tie, pour une du­rée pou­vant al­ler jus­qu’à six mois », ex­plique Flore Ja­chi­mo­wicz. En­fin, le pla­teau ac­cueille des par­te­naires ex­té­rieurs qui viennent tra­vailler aux cô­tés des start-upeurs. Pour le groupe, il s’agit là de per­mettre l’émer­gence de pro­jets en mode agile : « il faut bien avoir à l’es­prit que le lan­ce­ment d’un nou­veau pro­jet en in­terne est très oné­reux. Ici, notre seul coût est ce­lui des sa­laires des col­la­bo­ra­teurs », dé­taille Flore Ja­chi­mo­wicz. Pour le groupe, le su­jet de l’open in­no­va­tion

est hau­te­ment stra­té­gique. « Nous avons conscience que les start-up sont un creu­set de trans­for­ma­tion très im­por­tant », dé­taille Ay­me­ril Hoang, di­rec­teur de l’in­no­va­tion chez So­cié­té Gé­né­rale qui pré­cise : « Nous sommes en train de dis­sé­mi­ner dans le monde des lieux comme ce­lui-ci. Nous avons ou­vert un Lab trans­ver­sal mul­ti pays afri­cain à Da­kar ». Le groupe dis­pose éga­le­ment d’an­tennes en Inde, en Chine aux EtatsU­nis et dans le nord de l’eu­rope. Son am­bi­tion : ren­for­cer les re­la­tions avec les ac­teurs de l’éco­sys­tème mon­dial. Un dis­po­si­tif com­plé­té par trois fonds de ca­pi­tal risque, l’or­ga­ni­sa­tion ré­gu­lière d’ha­cka­thons et l’iden­ti­fi­ca­tion de 1 000 start-up dont 60 en état de dis­cus­sion avan­cée. Le groupe a par ailleurs crée 13 com­mu­nau­tés trans­ver­sales sur des ten­dances stra­té­giques telles que le big da­ta, la blo­ck­chain ou la ro­bo­ti­sa­tion qui re­groupent plu­sieurs mil­liers de col­la­bo­ra­teurs via un ré­seau so­cial in­terne.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.