L'Eu­rope des paie­ments pour­suit sa construc­tion sous le signe de l'in­no­va­tion

Point Banque - - ENJEUX - DOS­SIER RÉA­LI­SÉ PAR AN­DRÉA TOU­CIN­HO ET VÉRONIQUE PIERRON

Ins­tant pay­ment, SEPA pour la carte, paie­ment mo­bile, etc. Ja­mais le mar­ché des paie­ments E n’a connu un tel foi­son­ne­ment d’in­no­va­tions. Et pour­tant, dans un contexte mar­qué par des évo­lu­tions ré­gle­men­taires pri­mor­diales – DSP2, lutte contre le blan­chi­ment de ca­pi­taux, protection des don­nées per­son­nelles, etc. – des in­ter­ro­ga­tions sub­sistent dans une réa­li­té mar­quée par la glo­ba­li­sa­tion et la né­ces­saire har­mo­ni­sa­tion des usages et des stan­dards.

« Mar­ché seg­men­té ». L’ex­pres­sion de Pas­cal Burg, di­rec­teur, ca­bi­net Ed­gar Dunn & Com­pa­ny, s’ap­pli­quant au mar­ché de l’eu­rope de la carte, ré­sume de fa­çon re­la­ti­ve­ment claire la réa­li­té du mar­ché des paie­ments eu­ro­péen. Ain­si, comme le dé­cla­rait Denis Beau lors d’une in­ter­view ac­cor­dée en fé­vrier der­nier pour le ma­ga­zine Point

Banque, l’une des prio­ri­tés re­pose sur « le dé­ve­lop­pe­ment de l’in­no­va­tion en évi­tant une re­frag­men­ta­tion du mar­ché eu­ro­péen ». Et sur ce point, nul ne peut nier les ef­forts sont no­tables. En plus des tra­vaux réa­li­sés par les ins­tances eu­ro­péennes sur l’ins­tant pay­ment ou en­core le paie­ment mo­bile, ca­rac­té­ri­sé par une né­ces­saire in­ter­opé­ra­bi­li­té, la créa­tion d’un Co­mi­té na­tio­nal des paie­ments scrip­tu­raux (CNPS) en avril 2016 fonc­tion­nant en lien di­rect avec l’eu­ro re­tail pay­ments board (ERPB)

de la Banque de France té­moigne de la vo­lon­té des ac­teurs fran­çais et eu­ro­péens d’as­su­rer une har­mo­ni­sa­tion des pra­tiques et des stra­té­gies. Et de fait, rap­pe­lons que la troi­sième ses­sion plé­nière des paie­ments scrip­tu­raux qui s’est dé­rou­lée le 15 no­vembre 2016 a fait état de dif­fé­rents axes prin­ci­paux à sa­voir l’ac­crois­se­ment des pos­si­bi­li­tés de paie­ment par carte ban­caire pour les pe­tits mon­tants, no­tam­ment via le sans contact, l’ac­cé­lé­ra­tion et la fa­ci­li­ta­tion des opé­ra­tions de vi­re­ment avec la créa­tion du vi­re­ment ins­tan­ta­né ou en­core la car­to­gra­phie de l’éco­sys­tème fran­çais de l’in­no­va­tion dans le do­maine des paie­ments, no­tam­ment sur le su­jet du mo­bile. Dans ce contexte de tra­vaux axés sur l’in­no­va­tion et les paie­ments de de­main, une ques­tion sub­siste ce­pen­dant, à sa­voir la place de la carte de paie­ment dans le pa­ra­digme eu­ro­péen.

L’en­jeu de la carte de paie­ment dans le mar­ché eu­ro­péen

DSP2, MIF, au­then­ti­fi­ca­tion forte… Les dé­fis sont no­tables dans le sec­teur de la carte de paie­ment en Eu­rope. « Il existe un gros gi­se­ment de crois­sance sur le mar­ché de l’ac­qui­si­tion eu­ro­péenne », in­dique ain­si Pas­cal Burg. La stan­dar­di­sa­tion reste néan­moins un su­jet pri­mor­dial sur ce mar­ché car, comme le rap­pelle Cé­dric Sa­ra­zin, di­rec­teur Eu­rope et stan­dar­di­sa­tion in­ter­na­tio­nale, GIE CB, l’en­jeu de la ré­gle­men­ta­tion re­pose no­tam­ment sur la consti­tu­tion du même « le­vel playing field ». En somme, un contexte fa­vo­rable à l’une des ba­tailles es­sen­tielles du mar­ché des paie­ments à sa­voir le dé­clin des es­pèces et du chèque. En ce sens, la conver­gence ou l’har­mo­ni­sa­tion des schemes do­mes­tiques eu­ro­péens sur le mar­ché de la carte reste un su­jet ma­jeur dans un contexte où la glo­ba­li­sa­tion est dé­jà une réa­li­té comme le dé­montre l’émer­gence de schemes éma­nant d’autres ré­gions du monde, comme les schemes asia­tiques à l’image de Chi­na Union­pay (CUP) qui s’est al­lié à dif­fé­rentes banques. Dans ce do­maine, dif­fé­rentes or­ga­ni­sa­tions sont à l’oeuvre à l’image de L’ECPA (Eu­ro­pean card pay­ment as­so­cia­tion) qui a pour prio­ri­té la créa­tion d’une conver­gence de l’en­semble des schemes do­mes­tiques pour fé­dé­rer dif­fé­rentes po­si­tions na­tio­nales, no­tam­ment face à Bruxelles, ou en­core L’ECSG (Eu­ro­pean Cards Sta­ke­hol­der Group) – qui pré­sente en

mars 2017 la ver­sion de son vo­lume 8 - mar­qué, se­lon son pré­sident Claude Brun, par une « vo­lon­té de pro­gres­ser en­semble », « d’avoir un poids pour réus­sir à s’im­po­ser » et à cet ef­fet d’être « pi­lo­té par la de­mande », avec des dis­cus­sions avec des schemes do­mes­tiques et mon­diaux. Et pour cause, comme le rap­pelle Na­rin­da You, di­rec­teur de la stra­té­gie et des re­la­tions de Place, Cré­dit Agri­cole Pay­ment Ser­vices et vice-pré­si­dente de l’eu­ro­pean Pay­ments Coun­cil (EPC), « le mo­dèle de la carte de paie­ment a dé­mon­tré son ef­fi­ca­ci­té. Aus­si, pour que cet ou­til soit can­ni­ba­li­sé par de nou­veaux moyens de paie­ment, ces der­niers de­vront dé­mon­trer un in­té­rêt su­pé­rieur à ce­lui de la carte. La carte a donc en­core un bel ave­nir de­vant elle ». De ce fait, ac­com­pa­gner le dé­ve­lop­pe­ment de l’ac­cep­ta­tion de la carte de paie­ment en Eu­rope consti­tue une prio­ri­té d’au­tant que, comme le rap­pelle l’in­té­res­sée, il n’existe au­cun sys­tème carte au ni­veau eu­ro­péen de­puis l’aban­don du pro­jet Mon­net qui avait mo­bi­li­sé cer­tains pro­fes­sion­nels des paie­ments il y a quelques an­nées. Un gros tra­vail reste donc à ac­com­plir par la com­mu­nau­té ban­caire, as­sure-t-elle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.