INSTAGLAM Michel-Édouard Leclerc Hy­per Bre­ton

Point de Vue - - Sommaire - « Le pe­tit port de Tré­vi­gnon, dans son jus, avec la crê­pe­rie La Ma­ri­nière, est un en­droit for­mi­dable, plus riant que les Côtes-d’Ar­mor de mon en­fance. Le Con­ser­va­toire du lit­to­ral y a ra­che­té 15 km de dunes sau­vages, ab­so­lu­ment su­perbes. »

De Lan­der­neau, où il a créé le dy­na­mique Fonds Hé­lène et Édouard Leclerc, aux côtes du Fi­nis­tère Sud qu’il ar­pente aus­si bien en ran­don­neur qu’à la voile, le pa­tron des hy­per­mar­chés qui portent son nom dé­fend les cou­leurs de sa ré­gion d’ori­gine, ou­verte sur la mer et sur les autres. Par Pau­line Som­me­let

Pho­tos Ch­ris­tel Jeanne

« Le Bois d’amour est cé­lèbre, car c’est là que Gau­guin fit la le­çon à Sé­ru­sier en lui di­sant de peindre les cou­leurs telles qu’il les res­sen­tait. Le ta­bleau Le Ta­lis­man, conser­vé au mu­sée d’Or­say, res­ti­tue à mer­veille l’at­mo­sphère mi­roi­tante de cette fo­rêt au bord de l’Aven. »

« L’ex­po­si­tion Pi­cas­so, qui se tient en ce mo­ment à Lan­der­neau, est une ré­tros­pec­tive ma­gni­fique, la pre­mière de cette am­pleur dans le grand Ouest. »

est « le lorsque Sainte-Ma­rine lieu où l’on l’on re­monte ar­rive l’Odet en ca­noë, une fa­çon ma­gique de s’ap­pro­prier la côte. Au Ca­fé de la Cale, on peut dé­jeu­ner jus­qu’à 18 h, et la vue est splen­dide. »

« À Lan­der­neau, l’un des der­niers ponts ha­bi­tés de France, sou­ve­nir de mes an­nées d’en­fance pen­dant les­quelles j’al­lais à l’école à pied par­mi les mai­sons de gra­nit et d’ar­doise. »

j’aime conseiller le Mou­lin de « Ros­ma­dec, À Pont-Aven, dont les pro­prié­taires sont dy­na­miques et ta­len­tueux, et j’ap­pré­cie la bou­tique Idées, une an­cienne conser­ve­rie où l’on peut ve­nir choi­sir de la dé­co­ra­tion pour sa mai­son de va­cances. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.