L’hom­mage de William et Har­ry

à Dia­na

Point de Vue - - Sommaire -

À vingt ans de dis­tance, la même scène, ou presque, avec les mêmes ac­teurs. Seule­ment, au­jourd’hui, William et Har­ry portent eux-mêmes des bou­quets des ad­mi­ra­teurs de leur mère de­vant la grille du pa­lais de Ken­sing­ton.

Une simple pro­me­nade dans le Sun­ken Gar­den du pa­lais de Ken­sing­ton, re­plan­té pour la cir­cons­tance de fleurs blanches ou ivoire par­mi les fa­vo­rites de la dé­funte prin­cesse de Galles, roses, myo­so­tis, tu­lipes, ja­cinthes… là même où elle ai­mait à ve­nir se dé­tendre, dans cette par­tie des jar­dins au­jourd’hui ou­verte au pu­blic. Sous les pa­ra­pluies et l’averse fine, le duc et la du­chesse de Cam­bridge et le prince Har­ry se laissent gui­der par Sean Har­kin, l’au­teur de ce White Gar­den éphé­mère, et ba­vardent avec Gra­ham Dilla­more, jar­di­nier à Ken­sing­ton du temps de Dia­na. Les princes évoquent aus­si la mé­moire de leur mère avec les re­pré­sen­tants de huit des or­ga­ni­sa­tions qu’elle par­rai­nait. Des sou­rires s’es­quissent, noyés de nos­tal­gie. L’hom­mage of­fi­ciel des vingt ans de la dis­pa­ri­tion de la prin­cesse des coeurs au­rait dû s’ar­rê­ter là, en ce 30 août 2017, et ses fils re­ga­gner l’ap­par­te­ment des Cam­bridge, comme le fait Kate. Mais l’émo­tion est la plus forte. De­vant les mes­sages et les fleurs dis­po­sés contre les grilles du pa­lais, William et Har­ry se re­voient deux dé­cen­nies plus tôt, exac­te­ment au même en­droit, ac­com­pa­gnés de leur père, broyés par le cha­grin. « Tu te sou­viens, de­mande l’aî­né à son ca­det, à l’époque, les fleurs sub­mer­geaient tout ! » Comme alors, les deux princes s’ap­prochent des grilles, ir­ré­sis­ti­ble­ment ai­man­tés, et lisent cer­tains des mes­sages em­plis d’af­fec­tion et de tris­tesse en­core vive. William montre de l’in­dex à son frère une pho­to où il est au­près de Dia­na, tous deux avec des lu­nettes de so­leil. Tan­tôt ac­crou­pis, tan­tôt sur la pointe des pieds, les deux princes prennent leur temps, re­gardent, lisent, re­gardent en­core. Puis se tournent de l’autre cô­té de l’al­lée où des cen­taines et des cen­taines de per­sonnes sont mas­sées en si­lence, les bras char­gés d’autres fleurs et d’autres mes­sages. William et Har­ry s’ap­prochent, serrent des mains, échangent des confi­dences, ac­ceptent quelques bou­quets comme au­tant de prières qu’ils vont dé­po­ser au pied des grilles. Puis s’éloignent, à re­gret. Dans la foule, une femme lance : « Je suis ve­nue d’Aus­tra­lie. Je vous aime, vous, votre mère et vos en­fants [George et Char­lotte]. » Une der­nière fois, ils se re­tournent. Aux yeux de tous, ils sont les hé­ri­tiers de Dia­na. Ceux dont cha­cun at­tend qu’ils pour­suivent son oeuvre.

Ce 30 août 2017, le duc et la du­chesse de Cam­bridge et le prince Har­ry se di­rigent vers le Sun­ken Gar­den, le jar­din des eaux. William évoque ses sou­ve­nirs d’en­fant avec Gra­ham Dilla­more, jar­di­nier du temps de la dé­funte prin­cesse de Galles.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.