Quelles plumes !

Point de Vue - - Sommaire -

Phi­lippe May­nial a gran­di avec le sou­ve­nir de cette tante in­con­nue dont sa mère lui ré­pé­tait sou­vent « Ma­de­leine était ad­mi­rable ». Ma­de­leine Pau­liac est l’une des rares femmes à faire ses études de mé­de­cine dans les an­nées 1930. À peine di­plô­mée, elle exerce à l’hô­pi­tal des En­fants ma­lades quand la guerre sur­vient. Elle de­vient mé­de­cin de la Ré­sis­tance. Elle entre dans Pa­ris li­bé­ré au cô­té des al­liés et du gé­né­ral de Gaulle. Elle re­çoit alors une mis­sion par­ti­cu­lière. Se rendre à Mos­cou, puis à Var­so­vie, pour or­ga­ni­ser le ra­pa­trie­ment des Fran­çais pri­son­niers de guerre que les ar­mées so­vié­tiques ont par­fois du mal à re­lâ­cher. Avec les jeunes femmes de son Es­ca­dron bleu elle va réa­li­ser plus de deux cents in­ter­ven­tions, par­fois ex­trê­me­ment dan­ge­reuses. Elle est confron­tée à une double vague de mi­sère et de vio­lences. Celles qui ont été ac­com­plies du­rant la guerre par les forces d’oc­cu­pa­tion al­le­mandes. Et celles qui ont été per­pé­trées par les troupes de li­bé­ra­tion so­vié­tiques. Le mo­ment le plus fort de ce livre est le ré­cit du sau­ve­tage psy­cho­lo­gique et hu­main des re­li­gieuses d’un couvent si­tué à 30 ki­lo­mètres de Var­so­vie. Elles ont été vio­lées par les Al­le­mands en dé­route, puis par les sol­dats so­vié­tiques. Toutes sont trau­ma­ti­sées. Cer­taines sont en­ceintes, ou ont ac­cou­ché. Nombre d’entre elles, ter­ro­ri­sées par l’im­pres­sion qu’elles ont tra­hi leurs voeux, re­jettent leur bé­bé. Celles qui l’ac­ceptent n’ont au­cune idée des gestes ma­ter­nels. Elles ne peuvent se plaindre car, en cette Po­logne où le règne du com­mu­nisme dé­bute, les sol­dats so­vié­tiques sont in­tou­chables. Nuit après nuit, dans le plus grand se­cret, Ma­de­leine soigne les re­li­gieuses, cherche des so­lu­tions. Elle ima­gine de créer au couvent un or­phe­li­nat. Celles par­mi les re­li­gieuses qui sou­haitent gar­der leur en­fant pour­ront ain­si le faire. Pour les bé­bés re­je­tés, elle met sur pied une fi­lière d’adop­tion vers la France. Ses mis­sions ac­com­plies, Ma­de­leine au­rait pu res­ter en France. Elle re­part en Po­logne. Le 13 fé­vrier 1946, elle meurt dans un ac­ci­dent, sur une route ver­gla­cée. Soixante-dix ans plus tard, Phi­lippe May­nial est par­ti à la re­cherche de cette tante « ad­mi­rable ». Ma­de­leine Pau­liac – L’in­sou­mise, par Phi­lippe May­nial, XO Édi­tions, 286 pages, 19,90 €.

À Var­so­vie, les jeunes femmes de l’Es­ca­dron bleu posent de­vant l’Hô­pi­tal fran­çais. Ma­de­leine Pau­liac est la plus en haut.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.