Son pre­mier jour de grand !

Fi­ni le jar­din d’en­fants. Le pe­tit prince George fait, à 4 ans, sa pre­mière vraie ren­trée sco­laire. À l’école Tho­mas’s Bat­ter­sea, un éta­blis­se­ment pri­vé plus bran­ché que tra­di­tion­nel. En ce jeu­di 7 sep­tembre, c’est le duc de Cam­bridge qui l’a ac­com­pa­gné.

Point de Vue - - Cour - Par Mar­tin Tan­crède

Le pe­tit prince se­ra connu à l’école sous le simple nom de George Cam­bridge.

Un vé­ri­table at­trou­pe­ment s’est for­mé sur Bat­ter­sea High Street, à Londres, juste en face du vaste bâ­ti­ment du XVIIIe siècle où fi­nissent de s’en­gouf­frer des files d’en­fants en uni­formes. Sou­dain, une Range Ro­ver se gare, d’où des­cend le duc de Cam­bridge avant de se di­ri­ger vers la por­tière ar­rière et de li­bé­rer le pe­tit prince George de son siège au­to. De­puis l’em­pla­ce­ment ré­ser­vé à la presse, les flashes cré­pitent. William a don­né la main à son fils, d’évi­dence in­quiet de ce qui l’at­tend. Tous deux se di­rigent vers la porte de cô­té où les at­tend He­len Has­lem, la di­rec­trice des ma­ter­nelles à l’école pri­vée Tho­mas’s Bat­ter­sea. George la sa­lue sans fai­blir tan­dis que le duc de Cam­bridge confie à l’en­sei­gnante com­bien le nou­vel élève « était agi­té en dé­cou­vrant sur le che­min les en­fants qui por­taient le même uni­forme que lui ». Il est 8 h 50, ce ma­tin du 7 sep­tembre 2017, et le troi­sième en ligne de suc­ces­sion au trône fait sa pre­mière vraie ren­trée sco­laire. Un évé­ne­ment dont ses conci­toyens veulent tout sa­voir. Le choix de l’école, dé­jà, fait po­lé­mique. À une heure du pa­lais de Ken­sing­ton avec les em­bou­teillages ma­ti­naux de la ca­pi­tale. Un pro­blème pour des pa­rents qui sou­haitent le plus pos­sible ac­com­pa­gner eux-mêmes leur en­fant. Et puis cha­cun s’at­ten­dait à ce que les Cam­bridge choi­sissent We­ther­by School, à Not­ting Hill, où William et Har­ry avaient dé­bu­té leur sco­la­ri­té, voi­ci juste trente ans. Une ins­ti­tu­tion conforme à la tra­di­tion bri­tan­nique et royale, ré­ser­vée aux gar­çons. Tan­dis que Tho­mas’s Bat­ter­sea est l’ar­ché­type de l’école ten­dance, idéale « pour les pa­rents cos­mo­po­lites qui dé­si­rent pour leur en­fant la meilleure édu­ca­tion bri­tan­nique », se­lon le Good Schools Guide. Uni­forme, mais pas de cra­vate. Et mixi­té, ce qui per­met­tra à la prin­cesse Char­lotte de re­joindre son frère d’ici deux ans. Les ac­ti­vi­tés pé­ri­sco­laires sont lé­gion et vont dès le plus jeune âge du club de dé­bats à l’ini­tia­tion à la phi­lo­so­phie, à l’ap­pren­tis­sage de l’ita­lien, l’écri­ture de chan­sons, le golf ou la po­te­rie. La danse clas­sique est obli­ga­toire pour les deux sexes, jus­qu’à 7 ans. Les de­voirs à la mai­son sont fa­cul­ta­tifs les trois pre­mières an­nées, au cours des­quelles l’en­fant doit ap­prendre à « de­ve­nir lui-même ». Mens sa­na in cor­pore sa­no, l’ac­cent est mis sur le sport et l’es­prit de com­pé­ti­tion. Quant à la can­tine, elle a tout d’un res­tau­rant bio de bonne te­nue. Le pe­tit prince se­ra connu à l’école sous le nom de George Cam­bridge et n’au­ra droit à au­cun trai­te­ment par­ti­cu­lier. Comme pour tous ses condis­ciples, sa pre­mière jour­née dure à peine une ma­ti­née, il s’agit d’ac­cli­ma­ter en dou­ceur ces jeunes têtes blondes à leur nou­vel uni­vers. En pré­sence de son père, George dé­couvre sa classe, ses vingt et un condis­ciples, ses ins­ti­tu­teurs ti­tu­laires et as­sis­tants et des dé­tails aus­si es­sen­tiels que la pa­tère où il de­vra ac­cro­cher son man­teau et le che­min me­nant aux toi­lettes. Le duc de Cam­bridge se re­trouve au mi­lieu de nom­breuses mères de fa­mille pour dé­cou­vrir la pré­sen­ta­tion du pro­gramme de l’an­née, tan­dis que lui a dû ve­nir seul. Kate au­rait don­né n’im­porte quoi pour être là, mais son nou­veau dé­but de gros­sesse se passe de fa­çon aus­si dé­li­cate que les deux pré­cé­dents et ses nau­sées fortes et ré­pé­tées l’af­fai­blissent beau­coup. En at­teste la dé­cla­ra­tion of­fi­cielle faite par un por­te­pa­role du pa­lais de Ken­sing­ton : « Mal­heu­reu­se­ment, la du­chesse de Cam­bridge de­meure in­dis­po­sée et ne peut ac­com­pa­gner le prince George pour son pre­mier jour d’école. » Il est 9 h 30, lorsque le prince William quitte l’école Tho­mas’s Bat­ter­sea au vo­lant de sa voi­ture en sa­luant de la main la foule qui conti­nuait de le guet­ter. D’au­cuns sont ve­nus de loin dans l’es­poir d’aper­ce­voir George. Pour l’heure, le royal élève joue dans la cour avec ses nou­veaux ca­ma­rades. Ce n’est pas si dur l’école. Au moins le pre­mier jour.

D’une gé­né­ra­tion l’autre ! En 1957, le prince Charles fait sa ren­trée à la Hill House School, à Knights­bridge. Trente ans plus tard, William est ac­com­pa­gné par Dia­na à la We­ther­by School de Not­ting Hill.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.