De l’autre cô­té du ri­deau

Le ven­dre­di 21 sep­tembre, per­son­na­li­tés et ano­nymes étaient réunis pour rendre un der­nier hom­mage à l’ar­tiste en l’église pa­ri­sienne de Saint-Fran­çois-Xa­vier. Un mo­ment émou­vant ryth­mé par les sou­ve­nirs mé­lan­co­liques de ceux qui l’ont ai­mé.

Point de Vue - - Semaine - Par Jé­rôme Car­ron

Àl’en­trée de l’église Saint-Fran­çois-Xa­vier, trois coups ré­sonnent. Le bri­ga­dier est frap­pé contre le sol pour sa­luer l’ul­time en­trée en scène du co­mé­dien. Ses amis sont là. Jean-Paul Bel­mon­do, Mi­chel Dru­cker, Mi­chel Leeb, Jean-Luc Mo­reau, l’un des hé­ros des Rois mau­dits, Phi­lippe de Villiers qui lui de­man­da d’être la voix du Puy du Fou, Ro­bert Hos­sein et son épouse Can­dice Pa­tou, Fran­cis Hus­ter, My­lène De­mon­geot sa der­nière par­te­naire de scène dans Love Let­ters, Ré­gis Las­pa­lès, élève au Cours Si­mon de son épouse Fran­çoise En­gel. Il y a aus­si, gui­tare en ban­dou­lière, Fran­cis La­lanne qui fut dans la pièce L’Af­fron­te­ment ce jeune sé­mi­na­riste fai­sant face à Jean Piat, prêtre ir­lan­dais cha­ris­ma­tique. Et puis, Ri­chard Taxi, le San­cho Pan­ça de L’Homme de la Man­cha, co­mé­die mu­si­cale adap­tée par Brel dans la­quelle Jean Piat in­car­nait un bou­le­ver­sant Don Qui­chotte. Tous vou­laient

être pré­sents au cô­té de la fa­mille du co­mé­dien. Aux pre­miers rangs, ses filles Do­mi­nique et Mar­tine, ses pe­tits-en­fants, Lu­cie, Gré­goire et Ch­ris­tophe, et Syl­vie, la fille de Fran­çoise Do­rin et Jean Poi­ret, écoutent le père Bru­no Le­fevre Pon­ta­lis lire la ré­sur­rec­tion de La­zare ti­rée de l’Évan­gile se­lon saint Jean. Il évoque la croyance « ins­tinc­tive » dont se ré­cla­mait Jean Piat. Sa cer­ti­tude d’un après, « d’un ren­dez-vous de l’autre cô­té du ri­deau ». Après l’in­ter­pré­ta­tion d’un mor­ceau de Rach­ma­ni­nov par le pia­niste Pas­cal Amoyel et la vio­lon­cel­liste Em­ma­nuelle Ber­trand, le met­teur en scène Sté­phane Hillel se sou­vient des ré­pé­ti­tions épiques, du per­fec­tion­nisme et par-des­sus tout de l’amour du co­mé­dien pour son mé­tier. Sa fille aî­née, Do­mi­nique, re­prend en­suite les mots du prêtre sur « ce père d’ex­cep­tion, tou­jours ou­vert au dia­logue, sans ta­bous », puis se re­mé­more les soixante-neuf rap­pels du pu­blic lors de la pre­mière de Cy­ra­no de Ber­ge­rac à la Co­mé­die-Fran­çaise qui avaient tant ému le co­mé­dien. Après « l’in­ac­ces­sible étoile » chan­tée par Ri­chard Taxis et Ro­bert Aburbe, la cé­ré­mo­nie s’achève par les stances À Ni­non d’Al­fred de Mus­set en­re­gis­trées en 2016. La voix de Jean Piat em­plit l’église : « Si je vous le di­sais, qu’une douce fo­lie / A fait de moi votre ombre, et m’at­tache à vos pas : / Un pe­tit air de doute et de mé­lan­co­lie. »

Sur le par­vis de l’église Saint-Fran­çoisXa­vier, le 21 sep­tembre, les amis et les proches de Jean Piat ap­plau­dissent à la sor­tie du cer­cueil du co­mé­dien. Ci-contre, Mar­tine et Do­mi­nique Piat, les filles de l’ac­teur.

L’ac­teur An­toine Du­lé­ry avec Jean-Paul Bel­mon­do. À droite, My­lène De­mon­geot, qui a joué dans Love Let­ters au cô­té de Jean Piat. Ci-contre, une cou­ronne de fleurs of­ferte par Jeane Man­son. Ci-des­sous, Mi­chel Dru­cker, Ro­bert Hos­sein, Fran­cis Hus­ter et Mi­chel Leeb. Jean-Luc Mo­reau, Guc­cio Ba­glio­ni dans Les Rois mau­dits. À droite, Ni­cole Cal­fan. Ci-des­sous, le des­si­na­teur Piem. Fran­cis La­lanne et Do­mi­nique Piat, la fille aî­née de Jean Piat.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.