Votre Point de Vue

Point de Vue - - Sommaire -

Dans cet ar­ticle (n° 3 657), vous par­lez de « cou­tumes fu­né­raires ». Ac­tuel­le­ment, c’est une ha­bi­tude de plus en plus cou­rante de rem­pla­cer le mot « fu­nèbre » par « fu­né­raire », par sou­ci pro­ba­ble­ment d’en at­té­nuer la tris­tesse. C’est une er­reur ! (Mme L., Mal­vières)

Votre re­marque est in­té­res­sante, nous avons donc dé­ci­dé de creu­ser cette ques­tion… et de suivre l’Aca­dé­mie fran­çaise. Se­lon les im­mor­tels, fu­né­raire si­gni­fie « qui se rap­porte aux fu­né­railles » et « qui a rap­port à la mort, à la dé­pouille, à la mé­moire d’une per­sonne » (on parle ain­si d’art fu­né­raire). Fu­nèbre, dont le sens est très voi­sin, s’ap­plique à des noms plus abs­traits comme l’orai­son fu­nèbre. Nous pou­vons donc très lé­gi­ti­me­ment em­ployer l’ex­pres­sion « cou­tumes fu­né­raires », ain­si que le fait par exemple Paul Veyne, nor­ma­lien et pro­fes­seur ho­no­raire du Col­lège de France, dans l’un de ses ou­vrages. Nous vous l’ac­cor­dons, la dis­tinc­tion est bien té­nue, mais nous vous re­mer­cions de nous avoir don­né l’oc­ca­sion d’étu­dier ces sub­ti­li­tés qui font les dé­lices de la langue fran­çaise.

1 2 3

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.