LES RE­VE­NANTS : QUE S’EST-IL PAS­SÉ?

Sai­son 1 triom­phale, sai­son 2 la­mi­née, trois ans d’at­tente entre les deux... Le créa­teur Fa­brice Go­bert et le di­rec­teur de la fic­tion de Ca­nal+, Fa­brice de la Patellière, re­viennent sur la sor­tie de route de l’ex-« plus grande sé­rie fran­çaise de tous les

Première - Hors-série - - ENQUÊTE - F. F.

Lorsque J. J. Abrams et Da­mon Lin­de­lof tra­vaillaient sur les pre­miers épi­sodes de Lost, en 2005, les di­ri­geants de la chaîne ABC n’ar­rê­taient pas de leur ré­pé­ter : « Sur­tout, ne nous faites pas un coup à la Twin Peaks, hein! ». Com­prendre : n’har­pon­nez pas le spec­ta­teur avec un grand mys­tère (Qui a tué Lau­ra Pal­mer ? C’est quoi cette île mys­té­rieuse?) si c’est pour que tout fi­nisse en eau de bou­din. Mais Abrams et Lin­de­lof ont fait beau­coup mieux qu’un sous-Twin Peaks : ils ont fait Lost, de­ve­nu de­puis l’exemple ab­so­lu du show té­lé qui na­vigue à vue. C’est ce qu’a com­pris Fa­brice Go­bert, le créa­teur des Re­ve­nants, fin 2012, quand il a dis­cu­té avec les jour­na­listes qui ve­naient de dé­cou­vrir les pre­miers épi­sodes de sa sé­rie de morts-vi­vants : « Les re­tours étaient très bons, on me com­pli­men­tait sur l’at­mo­sphère, mais dé­jà la ques­tion qui re­ve­nait sans cesse, était : “Est-ce qu’on va sa­voir pour­quoi les morts re­viennent?” Sous-en­ten­du : “Est-ce que vous al­lez nous faire un coup à la Lost ?” Les Re­ve­nants n’était pour­tant pas condam­née dès le dé­but à se perdre dans le dé­dale d’un mys­tère in­so­luble. La sé­rie au­rait pu se conten­ter d’être cette jo­lie chro­nique ob­ser­vant comment une poi­gnée de morts mé­lan­co­liques tentent de re­prendre leur place au­près des vi­vants. « Sauf que j’avais en­vie que la sé­rie soit de plus en plus fan­tas­tique, ex­plique Go­bert. À mon sens, je ne pou­vais pas faire l’éco­no­mie de l’ex­pli­ca­tion du re­tour des morts dans un ré­cit au long cours. » Pour Fa­brice de la Patellière, c’est une er­reur : « On s’est mis dans une si­tua­tion com­pli­quée, et j’as­sume notre part de res­pon­sa­bi­li­tés. On pen­sait que c’était in­évi­table d’al­ler dans cette di­rec­tion. Mais en quit­tant le soap pour le mys­tère, on se condam­nait à ne pas li­vrer d’ex­pli­ca­tions sa­tis­fai­santes. » Car le pro­blème, bien sûr, est que per­sonne ne sait pour­quoi les morts re­viennent! Alors, pen­dant que la sai­son 1 triomphe, les en­nuis com­mencent. Une in­ter­mi­nable par­tie de billard à trois bandes s’en­gage entre l’équipe de scé­na­ristes, Ca­nal+, et la boîte de pro­duc­tion Haut et Court. « Il y a eu beau­coup, beau­coup d’al­lers-re­tours, ra­conte Go­bert. Nous, les au­teurs, n’étions par­fois pas as­sez convain­cants : il y a cer­taines op­tions qu’on a dé­fen­dues très tôt et qui ont fi­na­le­ment été re­te­nues, mais après un an de dis­cus­sion! » Sans mo­dèle in­dus­triel (Le Bu­reau des lé­gendes et ses ca­dences « à l’amé­ri­caine » n’est pas en­core pas­sé par là), la sé­rie s’écrit dans la dou­leur. « Vince Gilli­gan (Brea­king Bad) a dit un jour que les Fran­çais avaient créé un mythe avec la po­li­tique des au­teurs. Moi, je re­proche aux scé­na­ristes amé­ri­cains d’avoir pro­pa­gé une il­lu­sion : qu’il suf­fit de réunir des scé­na­ristes au­tour d’une table pour écrire une sé­rie. D’ailleurs, on n’avait même pas de salle dé­diée : on écri­vait au ca­fé ! »

Quand Les Re­ve­nants re­viennent, en 2015, c’est trop tard. « Le charme était rom­pu, dit de la Patellière, les gens étaient pas­sés à autre chose. » « Cette sai­son re­dé­mar­rait pour­tant de zé­ro, pour­suit Go­bert. Le pro­blème, c’est que le spec­ta­teur pen­sait que chaque nou­veau mys­tère ren­voyait à un mys­tère de la sai­son 1 qu’il avait ou­blié! » Ca­nal+ dé­branche la prise après un der­nier épi­sode écrit comme un fi­nal. Les Re­ve­nants au­ra vé­cu plus in­ten­sé­ment que n’im­porte quelle autre sé­rie. Et reste une borne, à la fois une ten­ta­tive de re­pous­ser les murs de la té­lé d’ici et un exemple de ce qu’il ne faut pas faire. Un jour, c’est sûr, on di­ra aux ap­pren­tis scé­na­ristes fran­çais : « Et sur­tout, ne nous faites pas un coup à la Re­ve­nants, hein ! »

Les Re­ve­nants, sai­son 2.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.