« Comment ne pas pen­ser à Pol­ter­geist ? »

Première - Hors-série - - EN COUVERTURE - PAR BEN­JA­MIN ROZOVAS

Shawn Levy, l’homme der­rière les Nuit au mu­sée, est la cau­tion block­bus­ter de Stranger Things. Réa­li­sa­teur, pro­duc­teur, et porte-voix des frères Duf­fer : « Mon job est de don­ner aux deux frères ce qu’ils at­tendent. »

PRE­MIÈRE : Stranger Things fixe un mo­ment cultu­rel, un re­tour de fan­tasme qua­si gé­né­ral pour les an­nées 80. Comment choi­sis­sez-vous de filmer ces an­nées-là ? Comme une rê­ve­rie spiel­ber­gienne ? Un ter­ri­toire my­tho­lo­gique ?

SHAWN LEVY : J’y ai beau­coup ré­flé­chi. Pour moi, ça a tou­jours été un dé­cor. Pu­re­ment et sim­ple­ment. On s’est fait quelque peu dé­bor­der par cette vague de nos­tal­gie qui se ré­pand par­tout ; ce n’était pas aus­si pré­gnant quand on a com­men­cé. Je crois que ça vient d’un be­soin exis­ten­tiel de se ras­su­rer. En Amé­rique, cette glo­ri­fi­ca­tion my­tho­lo­gique des an­nées 80 té­moigne d’un cer­tain vague à l’âme pour une forme d’in­no­cence per­due. Non que ces an­nées-là aient été par­ti­cu­liè­re­ment for­mi­dables. Mais vu d’ici, elles brillent comme des ma­nèges de fête fo­raine.

Les en­fants sont-ils la clé de Stranger Things ?

Les Duf­fer étaient très spé­ci­fiques ; ils vou­laient des en­fants qu’on ne voit pas d’ha­bi­tude à la té­lé­vi­sion. Des mis­fits pour jouer des mis­fits. Dès qu’on les a mis en­semble dans la même pièce, on a sen­ti la na­ture faire son tra­vail. Ce n’est qu’après qu’on a com­pris qu’on te­nait des stars en puis­sance... Ils sont de­ve­nus su­per cé­lèbres mais ils ont pré­ser­vé cette au­then­ti­ci­té de groupe. Et ils s’adorent. Ce qui ne nous rend pas la tâche tou­jours fa­cile. (Rire.)

Jus­qu’où pous­ser l’hom­mage ?

You­Tube pense que vous avez vo­lé des plans en­tiers de E.T. et des Goo­nies dans la sai­son 1…

Hon­nê­te­ment, 50 % de ces plans soi-di­sant co­piés-col­lés ne sont pas in­ten­tion­nels. Ces films font par­tie de nous, ils sont im­plan­tés dans notre disque dur. Je vous pro­mets que E.T. ne passe pas en boucle sur mon Ipad quand je tourne. Il y a une scène dans la sai­son 2 où quel­qu’un al­lume une té­lé dans une pièce vide et s’as­soit par terre. Comment vou­lez-vous que je ne pense pas à Pol­ter­geist ? C’est le lan­gage de la sé­rie...

Vous réa­li­sez les épi­sodes 3 et 4, comme pour la sai­son 1. Coïn­ci­dence ? Non. Vous al­lez vous mo­quer, mais les frères Duf­fer et moi-même sommes de­ve­nus su­per­sti­tieux. L’an der­nier, ils ont si­gné les deux pre­miers et m’ont pas­sé le re­lais pour pou­voir écrire le reste de la sai­son. On a donc pro­cé­dé de la même ma­nière.

An­drew Stan­ton (Le Monde de Ne­mo, John Car­ter) prend en charge les épi­sodes 5 et 6 de la sai­son 2. Comment l’avez-vous convain­cu ?

Ce sont eux – réa­li­sa­teurs et ac­teurs cé­lèbres – qui nous ont contac­tés. An­drew m’a ap­pe­lé en août der­nier. Je ne l’avais ja­mais ren­con­tré. Il m’a dit qu’il ado­rait la sé­rie et qu’il se por­tait can­di­dat, si be­soin... Les fran­gins étaient dingues : « C’est un gé­nie du sto­ry­tel­ling ! Su­per idée ! » Stan­ton n’avait ja­mais fait de té­lé. Il n’a réa­li­sé qu’un seul film live, John Car­ter, il y a six ans. Mais il s’ins­crit par­fai­te­ment dans la culture Stranger Things, dans cette haute idée du di­ver­tis­se­ment. La ci­néaste Re­bec­ca Tho­mas (Elek­tric Chil­dren) signe l’épi­sode 7, et les Duf­fer re­viennent pour les deux der­niers.

Le trai­ler de la sai­son 2 est sen­sa­tion­nel : la voix de Vincent Price, la mu­sique de Mi­chael Jack­son... C’est fa­cile d’ob­te­nir les droits de Th­riller ?

Sans doute ce que j’ai fait de plus dur en vingt ans de car­rière! On avait une autre bande-an­nonce, sans Th­riller. On la re­gar­dait en boucle sans grande convic­tion... Je me suis donc mis en « mode pro­duc­teur » et j’ai em­mer­dé le monde en­tier pour trou­ver une so­lu­tion. C’était vrai­ment hor­rible... Et Net­flix a payé! (Rire.)

Shawn Levy (à l’ar­rière-plan) avec les frères Duf­fer sur le tour­nage de Stranger Things.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.