Da­vid Bo­wie, fi­gure du strange.

À quoi re­con­naît-on une sé­rie strange? À ses cou­leurs psy­chés? Ses cliff­han­gers abs­cons? Ses créa­tures fan­tasques? Oui, tout ça. Mais aus­si à sa ca­pa­ci­té à in­vo­quer l’icône du beau bi­zarre Da­vid Bo­wie. Ju­gez plu­tôt.

Première - Hors-série - - SOMMAIRE - PAR FRÉ­DÉ­RIC FOUBERT

1 Il hante TWIN PEAKS – THE RE­TURN

En 1992, Da­vid Bo­wie pi­ra­tait de l’in­té­rieur le film de Da­vid Lynch, Fire Walk With Me. Dans la peau de l’agent Phil­lip Jef­fries, cos­tume blanc et che­mise ba­rio­lée, il dé­bar­quait au quar­tier gé­né­ral du FBI, le re­gard hal­lu­ci­né, par­lant en énigmes. Le chan­teur avait dé­jà in­ter­pré­té Ele­phant Man au théâtre, son mor­ceau I’m de­ran­ged al­lait bien­tôt de­ve­nir la bande-son de Lost High­way, mais c’est cet ins­tant qui fixe pour l’éter­ni­té la ren­contre entre Lynch et lui, les deux Da­vid amou­reux de l’étrange. Au­jourd’hui, Bo­wie n’est plus là, mais la nou­velle sai­son de Twin Peaks étant peu­plée de fan­tômes (Ca­the­rine E. Coul­son, Mi­guel Fer­rer, War­ren Frost... tous morts dans l’in­ter­valle entre le tour­nage et la dif­fu­sion), on a pas­sé l’été à guet­ter l’ap­pa­ri­tion post-mor­tem du « Thin White Duke ». Ch­ro­no­lo­gi­que­ment, ça col­lait : le tour­nage de The Re­turn avait dé­bu­té en sep­tembre 2015 et Bo­wie, dé­cé­dé le 6 jan­vier 2016, a consa­cré les der­niers mois de son exis­tence à mettre en scène sa dis­pa­ri­tion, via l’al­bum-tes­ta­ment Blacks­tar et le clip spec­tral de La­za­rus. Le sus­pense au­tour de son éven­tuelle ré­sur­rec­tion au dé­tour d’un épi­sode de Twin Peaks n’était donc pas seule­ment un dé­lire de fan mor­bide, mais une hy­po­thèse, une vraie, en­cou­ra­gée par l’in­trigue elle-même, qui convo­quait la my­tho­lo­gie de Phil­lip Jef­fries dans les grandes lar­geurs. Mais alors ? On voit Bo­wie dans Twin Peaks 3 ou pas ? Tut, tut, tut... Ce sont les pages news ici, on ne spoile pas. Il y a un dos­sier spé­cial Twin Peaks à la fin de ce nu­mé­ro rien que pour ça.

2 Gillian An­der­son est Zig­gy Star­dust dans AME­RI­CAN GODS

Pen­dant deux ans, au mo­ment où il bû­chait sur les sai­sons 2 et 3 de Han­ni­bal, le sho­wrun­ner Bryan Ful­ler tam­bou­ri­nait en vain à la porte de Da­vid Bo­wie, lais­sant des mes­sages, es­sayant de né­go­cier avec son agent : gros fan de l’icône glam, il te­nait ab­so­lu­ment à ce que celle-ci joue l’oncle du se­rial-killer can­ni­bale in­ter­pré­té par Mads Mik­kel­sen. Bo­wie a dé­cli­né l’in­vi­ta­tion mais Ful­ler s’est ré­cem­ment rat­tra­pé en pein­tur­lu­rant Gillian An­der­son en Zig­gy Star­dust (l’ava­tar « bo­wiesque » du dé­but des 70s) dans Ame­ri­can Gods, lui écri­vant des dia­logues co­piés-col­lés des chan­sons de son idole (« There’a star­man wai­ting in the sky », « You’ve been put­ting up fire with ga­so­line »). L’ac­trice de X-Files joue Me­dia, une néo­di­vi­ni­té qui prend la forme d’une icône pop dif­fé­rente à cha­cune de ses ap­pa­ri­tions : Lu­cille Ball (l’hé­roïne de la sit­com fif­ties lé­gen­daire I Love Lu­cy), Ma­ri­lyn Mon­roe... Et Da­vid Bo­wie, donc, ce qui est lo­gique vu que lui-même a pas­sé sa vie à chan­ger de look et d’ap­pa­rence. Plus mé­ta, tu meurs.

3 Il est res­sus­ci­té à Broad­way par BOB L’ÉPONGE

Quand les pro­duc­teurs de la co­mé­die mu­si­cale Bob l’éponge (at­ten­due en fin d’an­née) ont dé­voi­lé la bande-son de leur spec­tacle, on n’a pas été sur­pris d’y voir fi­gu­rer un mor­ceau de Bo­wie : ce­lui-ci était un fan re­ven­di­qué du des­sin ani­mé azi­mu­té et avait même prê­té sa voix à l’épi­sode L’Amu­lette d’At­lan­tis en 2007, y in­ter­pré­tant l’aris­to aqua­tique Lord Royal High­ness. Une preuve sup­plé­men­taire du goût im­pec­cable du chan­teur de TVC 15 en ma­tière de té­lé­vi­sion (sur son CV : des ap­pa­ri­tions hi­la­rantes dans Ex­tras et Dream On). Dans ce TV spe­cial de qua­rante-cinq mi­nutes, Da­vid Bo­wie ne chan­tait pas mais dé­li­vrait la mo­rale de l’his­toire à Bob et son co­pain Pa­trick l’étoile de mer : « L’art est ce qui ar­rive quand tu ap­prends à rê­ver. » Un mes­sage re­çu cinq sur cinq par les mômes et les fu­meurs de joints à qui s’adresse le car­toon.

4 Au­brey Pla­za pense à lui dans LE­GION

À l’ori­gine, le rôle de Len­ny, le « vi­lain » de la sé­rie de su­per­hé­ros tim­brés Le­gion, avait été écrit pour un homme de 50 ans. Au­brey Pla­za, son in­ter­prète, est fi­na­le­ment une femme de 30 ans. Elle a fait la syn­thèse grâce à Bo­wie : « J’avais en tête la po­chette de l’al­bum The Man Who Sold the World, ce­lui où il porte une robe. J’ima­gi­nais Len­ny très fun, un peu rock star. Ça me sem­blait être un bon point de dé­part. » À l’ar­ri­vée, on n’au­rait sans doute pas dé­ce­lé l’in­fluence de Bo­wie sans les ex­pli­ca­tions de l’ac­trice. Mais c’est bien la preuve que son es­prit est là, dans l’air.

5 On fre­donne Chi­na Girl de­vant TOP OF THE LAKE

Du coup, on se met à le voir par­tout... Tiens, Chi­na Girl, le sous­titre de la nou­velle sai­son de Top of the Lake : ne se­rait-ce pas un clin d’oeil à son tube de 1983? On re­garde donc les épi­sodes en quête d’un in­dice... Au­cun lien. Mais il n’y a pas à dire : Top of the Lake – Chi­na Girl, ça sonne su­per bien. En at­ten­dant Far­go – Ashes to Ashes et True De­tec­tive – Let’s Dance ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.