PUP­PET MAS­TER : THE LIT­TLEST REICH

Première - Hors-série - - SÉ­LEC­TION / POU­PÉES MA­LÉ­FIQUES - SP

Une his­toire de pou­pées ma­lé­fiques scé­na­ri­sée par S. Craig Zah­ler. Mal­sain, mais trop ré­chauf­fé pour faire vrai­ment peur.

Comme le scé­na­riste S. Craig Zah­ler l’ex­plique dans l’in­ter­view de ce nu­mé­ro [lire page 58], son script de ce Pup­pet Mas­ter au­rait été sé­vè­re­ment tron­çon­né au tour­nage. Reste une sé­rie Z dans la­quelle des pou­pées ma­lé­fiques créées par le sa­vant fou na­zi An­dré Tou­lon (in­usable Udo Kier) mas­sacre les clients d’un hô­tel. The Lit­tlest Reich, pro­duc­tion Fan­go­ria qui veut re­lan­cer la fran­chise Pup­pet Mas­ter (pas moins de treize films de­puis 1989 dont un cross-over avec De­mo­nic Toys et ce re­boot qui nous in­té­resse) res­semble à un Scream ti­mi­de­ment ré­chauf­fé avec ses idées mé­ta pa­res­seuses – le hé­ros tra­vaille dans une bou­tique de co­mics et l’hô­tel ac­cueille une con­ven­tion de col­lec­tion­neurs des pou­pées créées par le grand mé­chant. Pas­sé son jo­li gé­né­rique ani­mé en noir, rouge et blanc si­gné de l’au­teur de co­mics un­der­ground Ben­ja­min Mar­ra, le film rou­pille tran­quille­ment à son rythme de sla­sher post­mo­derne ter­ri­ble­ment rou­ti­nier mal­gré un su­jet un peu mal­sain (au son du thème prin­ci­pal bien dark du film de 1989, les pou­pées ma­lé­fiques tuent en prio­ri­té les juifs, les ho­mo­sexuels, les Noirs, les gi­tans...). Il se ré­veille tou­te­fois quand ap­pa­raît Bar­ba­ra Cramp­ton, la muse de Re-Ani­ma­tor de Stuart Gor­don, ou lorsque flashent à l’écran quelques idées de meurtres ter­ri­ble­ment crades (une femme en­ceinte, un homme qui urine sur sa propre tête tran­chée) dans les­quelles trans­pa­raissent les ob­ses­sions rouge sang de l’au­teur de Bone To­ma­hawk et Sec­tion 99.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.