Heu­reux, les hy­per­sen­sibles ?

Psychologies - - PSYCHONAUTES -

L’hy­per­sen­si­bi­li­té est-elle un ca­deau ou un far­deau ? Vous en avez lon­gue­ment dis­cu­té dans un dé­bat à fleur de peau. Sté­pha­nie : « Je me suis ap­pri­voi­sée. Mes émo­tions sont le re­flet de ce que je suis à l’in­té­rieur : “hy­per­tout”. De­puis que je le vis bien, je suis en paix avec les autres. » Fran­çoise : « Sans mon hy­per­sen­si­bi­li­té, j’au­rais peur de ne plus être hu­maine, d’être égoïste, de res­sem­bler à ceux qui font souf­frir les autres sans même s’en rendre compte. » Mor­gane : « Han­di­ca­pant. Chaque désac­cord, chaque brou­tille est un vé­ri­table ou­ra­gan. La co­lère est une érup­tion vol­ca­nique ; la peur, une pa­ra­ly­sie ; le stress me pa­nique ; la tris­tesse me sub­merge et l’amour me dé­vore. » Ca­thy : « Dif­fi­cile de gé­rer ses ré­ac­tions, ses émo­tions et l’an­xié­té au jour le jour. Comme si je n’étais pas en adé­qua­tion avec ce monde, les autres et cette so­cié­té. » Fa : « Dur dur à faire com­prendre à l’en­tou­rage, sur­tout lorsque l’on se re­ferme pour lais­ser pas­ser la tem­pête et qu’on nous dit qu’on est sus­cep­tible, fa­ti­gante, dé­ce­vante. » Sé­ve­rine : « Je croyais être un monstre, mais je vois que vous res­sen­tez les mêmes choses, et ça me fait du bien. » Hé­lène : « Une fois que l’on sait do­ser, ce­la de­vient une force. C’est un che­mi­ne­ment. » « Hy­per­sen­sibles… et heu­reux », ru­brique « Moi ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.