QUE FAIRE ?

Psychologies - - L’AUTOPSY -

Chan­gez de scé­na­rio

La psy­cha­na­lyste trans­gé­né­ra­tion­nelle Ju­liette Al­lais conseille d’« ac­cep­ter cette ten­dance au lieu de se battre contre elle. La trans­for­ma­tion n’en se­ra que plus ra­pide ». Elle pro­pose de des­si­ner les si­tua­tions où la per­sonne ac­cep­te­rait de ne pas s’im­pli­quer, afin d’en­vi­sa­ger les scé­na­rios qui pour­raient sur­ve­nir. « Ce­la afin de cer­ner les élé­ments qui la per­turbent et de re­la­ti­vi­ser leur im­por­tance. »

Par­lez et dé­lé­guez

Au lieu de dé­ci­der ce qui est bien pour les autres, Odile Cha­brillac, psy­cho­thé­ra­peute ana­ly­tique, sug­gère de leur de­man­der ce qu’ils sou­haitent. Vient en­suite le temps de ce que Ju­liette Al­lais nomme « les pe­tites dé­lé­ga­tions ». On ap­prend à de­man­der de l’aide pour des tâches qui ne pré­sentent qu’un faible en­jeu. Pour­quoi ne pas pro­fi­ter de l’été pour ten­ter l’ex­pé­rience ?

Re­lâ­chez votre pen­sée

Les grands ma­ni­tous de l’or­ga­ni­sa­tion se plaignent d’une sen­sa­tion de « sur­chauffe » de leur cer­veau. Odile Cha­brillac et Ju­liette Al­lais re­com­mandent d’ex­pé­ri­men­ter le lâ­cher-prise grâce à la mé­di­ta­tion. Un temps né­ces­saire pour en­vi­sa­ger se­rei­ne­ment ce que l’on veut conti­nuer d’or­ga­ni­ser et ce à quoi l’on peut re­non­cer.

À LIRE Ar­rê­ter de tout contrô­ler d’Odile Cha­brillac. Comment trou­ver des es­paces de res­pi­ra­tion dans des vies que nous pla­ni­fions à ou­trance ? En ex­pé­ri­men­tant, no­tam­ment, le lâ­cher­prise (Jou­vence).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.