On peut faire un bé­bé après un can­cer du sein

Psychologies - - RESSOURCES -

Il n’y a plus lieu de re­non­cer à être en­ceinte après un can­cer du sein. Une étude me­née sur mille deux cents femmes de moins de 50 ans ayant eu une tu­meur non mé­ta­sta­tique montre que la gros­sesse n’aug­mente pas le risque de ré­ci­dive, y com­pris en cas de lé­sion im­por­tante ou de pro­pa­ga­tion aux gan­glions axil­laires. Lorsque la tu­meur n’était pas hor­mo­no­dé­pen­dante, soit dans un tiers des cas en­vi­ron, l’étude sug­gère même que la gros­sesse pour­rait être pro­tec­trice contre les re­chutes, di­mi­nuant ain­si le risque de dé­cès de 42 %. Pour au­tant, elle ne doit pas être consi­dé­rée comme un moyen de gué­rir le can­cer. Et c’est à l’on­co­logue, après dis­cus­sion avec l’équipe, de don­ner le feu vert pour com­men­cer une gros­sesse au bon mo­ment et d’au­to­ri­ser l’ar­rêt des trai­te­ments hor­mo­naux ha­bi­tuel­le­ment pré­vus pen­dant plu­sieurs an­nées. Source : étude eu­ro­péenne co­or­don­née par l’Ins­ti­tut Jules-Bor­det de Bruxelles.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.