La re­cherche du “bon psy”

Psychologies - - SOMMAIRE - Ar­naud de Saint Si­mon, di­rec­teur de la pu­bli­ca­tion

« DIS-MOI, TU NE CONNAÎTRAIS PAS UN “BON” PSY ? »

Cette ques­tion, vous l’avez for­cé­ment dé­jà en­ten­due, peut-être même po­sée. C’est un fait : la thérapie est de moins en moins ta­boue, en at­testent les son­dages, l’abon­dante littérature sur le su­jet ou tout sim­ple­ment nos conver­sa­tions… Et pour­tant, pa­ra­doxa­le­ment, la re­cherche d’un psy est loin d’être évi­dente. Cer­tains d’entre nous ne se sentent pas de po­ser la ques­tion, ju­gée trop in­time, à leurs amis ou à leur mé­de­cin. Il existe aus­si des obs­tacles plus in­té­rieurs, de l’ordre de l’évi­te­ment ou de la « ré­sis­tance » : on va trou­ver toutes les « bonnes » rai­sons (temps, ar­gent, com­plexi­té, etc.) de re­pous­ser une dé­marche qui, notre in­cons­cient le sait, amè­ne­ra for­cé­ment quelques re­mises en ques­tion1. Et puis, il faut le re­con­naître, le foi­son­ne­ment de mé­tiers, for­ma­tions et mé­thodes com­plique la dé­marche. En­core une « bonne » rai­son de ne pas y al­ler ! C’est pour­quoi nous lan­çons l’an­nuaire en ligne MonP­sy. Pour vous pro­po­ser l’ou­til de ré­fé­rence qui vous aide à choi­sir votre thé­ra­peute en ré­pon­dant à vos in­ter­ro­ga­tions. La pre­mière ques­tion : com­ment trou­ver un psy sé­rieux, agréé ou cer­ti­fié ?

Forts d’une an­née de ren­contres et d’ana­lyse de tous les mé­tiers et des fé­dé­ra­tions, nous n’avons re­te­nu que des pro­fes­sion­nels por­tant des titres re­con­nus par l’État et/ou ré­pon­dant à des cri­tères de cer­ti­fi­ca­tion très ri­gou­reux. Seuls peuvent s’ins­crire sur MonP­sy : les per­sonnes ayant le titre ré­gle­men­té de psy­cho­thé­ra­peute, de psy­chiatre ou de psy­cho­logue dit « cli­ni­cien » ; et les psy­cha­na­lystes et psy­cho­pra­ti­ciens ré­pon­dant à des ga­ran­ties de sé­rieux contrô­lées par leurs fé­dé­ra­tions2. Ain­si, ne peuvent pré­tendre à s’ins­crire sur MonP­sy, de ma­nière payante, qu’en­vi­ron un tiers des soixante à quatre-vingt mille psys ré­per­to­riés en France. La ru­brique « Nos cri­tères de sé­lec­tion » de l’an­nuaire vous pré­ci­se­ra en outre les qua­li­tés pour nous fon­da­men­tales : avoir fait une for­ma­tion sé­rieuse et une thérapie per­son­nelle ; être en su­per­vi­sion par un de ses pairs ; avoir fait un stage en ins­ti­tu­tion. La deuxième ques­tion : où trou­ver un spé­cia­liste, une mé­thode en rap­port avec sa pro­blé­ma­tique ? Pour ce­la, MonP­sy ré­sume les fon­de­ments des prin­ci­pales mé­thodes et ap­proches thé­ra­peu­tiques, et vous pro­pose de nom­breux cri­tères (symp­tômes, pro­blé­ma­tiques in­di­vi­duelles, conju­gales…) pour abou­tir à une liste de pro­fes­sion­nels qui vous convient. La troi­sième ques­tion, émi­nem­ment sub­jec­tive : un psy homme ou femme ?

Jeune ou plus âgé ? Ayant pu­blié des études ou des livres ? Les pro­fes­sion­nels ins­crits ré­digent une longue fiche de pré­sen­ta­tion, avec leurs ré­fé­rences et leurs for­ma­tions, et un texte un peu plus per­son­nel qui per­met de mieux connaître leurs spé­cia­li­tés et leurs centres d’in­té­rêt. La qua­trième ques­tion, plus pra­tique : qui consul­ter près de chez moi ? Com­bien ce­la va-t-il coû­ter ? MonP­sy men­tionne une four­chette de prix des consul­ta­tions, la dis­tance géo­gra­phique, le rem­bour­se­ment éven­tuel des séances… Alors, ce nou­vel an­nuaire, unique, va-t-il vous don­ner toutes les as­su­rances et la mo­ti­va­tion pour vous lan­cer ? Ab­so­lu­ment pas ! Le « bon psy » pour moi ne le se­ra pas for­cé­ment pour un autre, ce­la reste une al­chi­mie com­plexe, une re­la­tion sin­gu­lière. Et puis, une fois choi­si un ou plu­sieurs noms, c’est à vous de prendre l’ini­tia­tive du ren­dez-vous. La pre­mière séance est tou­jours source de ques­tions, de cu­rio­si­té, d’en­vie, de trouble aus­si. On est libre, on a le choix, on se sent un peu à nu… C’est un mo­ment dé­jà riche d’en­sei­gne­ments et, même si l’on met du temps à choi­sir, on peut se dire que la thérapie a com­men­cé ! 1. Lire « Consul­ter un psy : 8 rai­sons qui font hé­si­ter », sur Psy­cho­lo­gies.com. 2. Nos trois fé­dé­ra­tions par­te­naires : la FF2P (Fé­dé­ra­tion fran­çaise de psy­cho­thé­ra­pie et psy­cha­na­lyse), l’Af­fop (As­so­cia­tion fé­dé­ra­tive fran­çaise des or­ga­nismes de psy­cho­thé­ra­pie re­la­tion­nelle et de psy­cha­na­lyse) et le SNPP­sy (Syn­di­cat na­tio­nal des pra­ti­ciens en psy­cho­thé­ra­pie re­la­tion­nelle et psy­cha­na­lyse).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.