“La vio­lence de ma fa­mille s’est ins­crite dans mon corps”

Psychologies - - ANOREXIE : LES QUADRAS AUSSI -

« À 8 ans, j’ai su­bi des at­tou­che­ments de la part de mon grand-père et on ne m’a pas crue. Ef­froi sup­plé­men­taire : il est mort le len­de­main du jour où j’ai tout ra­con­té. Je me suis sen­tie res­pon­sable et j’ai sui­vi un par­cours type : danse clas­sique à ou­trance, des pri­va­tions énormes et une ano­rexie qui do­mine ma vie. J’ai pe­sé trente-cinq ki­los pour un mètre soixante-dix à l’âge de 15 ans et je me trou­vais en­core trop grosse ! Au­jourd’hui, mon cer­veau reste un comp­teur, il peut in­di­quer la te­neur en ca­lo­ries de n’im­porte quel ali­ment, je me pèse jus­qu’à cent fois par jour et je prends un mé­di­ca­ment pour obèse afin d’éli­mi­ner. Au res­tau­rant, pour être sûre de ne pas man­ger, je com­mande de la viande alors que je suis vé­gé­ta­rienne ! J’ai eu deux can­cers et, afin de pou­voir me soi­gner, il m’a fal­lu gros­sir, ce qui a été très dou­lou­reux, plus que la ma­la­die. Tout s’est ins­crit dans mon corps comme au fer rouge. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.