LE GRAND DOS­SIER

Rebondir - - AU SOMMAIRE - Par Alain ROCHON, pré­sident de l’As­so­cia­tion des pa­ra­ly­sés de France (APF).

Trente ans après la mise en place de l’obli­ga­tion d’em­ploi des tra­vailleurs han­di­ca­pés, ceux-ci res­tent confron­tés à un mur in­vi­sible qui freine leur ac­cès et leur main­tien dans l’em­ploi dou­blé d’un pla­fond de verre qui li­mite leur évo­lu­tion pro­fes­sion­nelle. Leur taux d’em­ploi reste faible et leur taux de chô­mage deux fois su­pé­rieur à ce­lui connu par la po­pu­la­tion gé­né­rale. Le nombre de li­cen­cie­ments pour in­ap­ti­tude trop éle­vé.

Les per­sonnes han­di­ca­pées res­tent sur­ex­po­sées aux risques de dés­in­ser­tion pro­fes­sion­nelle. Le mur au­quel elles se heurtent est cons­truit avec la ré­ti­cence des en­tre­prises, le dé­fi­cit de qua­li­fi­ca­tion des per­sonnes han­di­ca­pées et les ca­rences d’ac­com­pa­gne­ment vers et dans l’em­ploi qu’elles su­bissent. Ce sont au­tant de dé­fis qu’il nous faut re­le­ver col­lec­ti­ve­ment pour qu’en­fin ce mur se brise.

IN­VES­TIR DANS LA COM­PÉ­TENCE

Les en­tre­prises ont in­té­gré l’obli­ga­tion d’em­ploi comme une contrainte, elles n’ont pas en­core sai­si l’op­por­tu­ni­té im­mense que re­pré­sente la prise en compte du han­di­cap en ma­tière de ges­tion des or­ga­ni­sa­tions, de ma­na­ge­ment, de temps et de qua­li­té de vie au tra­vail. Les per­sonnes han­di­ca­pées, même si un quart d’entre elles ont des ni­veaux su­pé­rieurs de for­ma­tion, ont très ma­jo­ri­tai­re­ment un ni­veau de qua­li­fi­ca­tion in­fé­rieur au bac. Nom­breuses sont celles qui doivent en­vi­sa­ger une re­con­ver­sion pro­fes­sion­nelle. Le lan­ce­ment d’un plan d’in­ves­tis­se­ment com­pé­tences par le gou­ver­ne­ment re­pré­sente une oc­ca­sion ex­cep­tion­nelle de faire mas­si­ve­ment chan­ger la donne et de s’en­ga­ger dans une ac­tion of­fen­sive pour la com­pé­tence, la qua­li­fi­ca­tion et l’em­ploi des per­sonnes han­di­ca­pées. Il est de la res­pon­sa­bi­li­té des ac­teurs pu­blics et des en­tre­prises de s’en­ga­ger pour ga­ran­tir l’éga­li­té des chances et sé­cu­ri­ser les par­cours d’ac­cès et de main­tien en em­ploi.

IN­NO­VER DANS LES AC­COM­PA­GNE­MENTS

Nous ne pou­vons nous ré­soudre à ce que le chô­mage de longue du­rée et la pré­ca­ri­té soient une fa­ta­li­té à la­quelle ne peuvent échap­per les per­sonnes han­di­ca­pées. La qua­li­té et l’in­ten­si­té des ac­com­pa­gne­ments vers et dans l’em­ploi doivent être re­vues. Nous de­vons exi­ger que soit ga­ran­tie une haute qua­li­té d’ac­com­pa­gne­ment per­son­na­li­sée, ef­fi­cace et de proxi­mi­té. Les per­sonnes han­di­ca­pées n’ont ja­mais été aus­si nom­breuses en em­ploi (près d’1 mil­lion) et ja­mais aus­si nom­breuses à re­cher­cher un em­ploi (500 000 ins­crits à Pôle em­ploi), sans comp­ter ceux qui y ont re­non­cé. Il est grand temps de re­le­ver tous ces dé­fis et d’agir en­semble pour l’in­clu­sion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.