JE M’OC­CUPE DE MOI

Lorsque l’on est en re­cherche d’em­ploi, il est né­ces­saire de prendre du temps pour se res­sour­cer et re­ga­gner en ef­fi­ca­ci­té. Mais pour en ti­rer les bé­né­fices, la clé est de ne pas culpa­bi­li­ser !

Rebondir - - AU SOMMAIRE - Ca­mille BOULATE

Voya­ger à l’étran­ger pour cou­per

Ne pas pas­ser son temps der­rière un écran à at­tendre les ré­ponses des re­cru­teurs, est le maître mot d’une re­cherche d’em­ploi ef­fi­cace et réus­sie. Pour ce­la, il est né­ces­saire de vous ac­cor­der des mo­ments de ré­pit pour souf­fler et vous res­sour­cer. Quoi de mieux, donc, que de cou­per to­ta­le­ment et par­tir quelques jours à l’étran­ger ? “Re­cher­cher un em­ploi est un job à part en­tière, af­firme Bérangère Tou­che­mann, coach de car­rière. Et comme dans tous les bou­lots, il faut s’ac­cor­der des pauses pour être plus pro­duc­tif. Sur­tout que quand on est en re­cherche d’em­ploi, il y a des temps de la­tence qui sont in­dé­pen­dants du can­di­dat.”

BIEN S’OR­GA­NI­SER

Donc, si vos fi­nances vous le per­mettent, n’hé­si­tez pas à vous en­vo­ler quelques jours à

l’étran­ger, no­tam­ment pour vi­si­ter les ca­pi­tales eu­ro­péennes. “Au­jourd’hui, avec le low-cost, il est pos­sible de par­tir pas loin et pas cher, confirme Bérangère Tou­che­mann. Voya­ger per­met de cou­per com­plè­te­ment car ce­la dé­payse et on a en­vie de faire

autre chose et de pro­fi­ter.” Pour ce­la, avant de par­tir, or­ga­ni­sez­vous et fixez-vous des ob­jec­tifs pré­cis. Comme en­voyer un cer­tain nombre de can­di­da­tures, ef­fec­tuer des en­tre­tiens ré­seau ou en­core en­trer en contact avec des po­ten­tiels re­cru­teurs sur les ré­seaux so­ciaux. “Vous ré­col­te­rez les fruits de tout ce­la à votre re­tour de week-end et pour­rez ain­si par­tir l’es­prit se­rein”, in­siste Bérangère Tou­che­mann.

NE PAS CULPA­BI­LI­SER

Pour que vos voyages soient vrai­ment une pé­riode de re­pos, il ne faut sur­tout pas culpa­bi­li­ser et

avoir peur de lou­per les po­ten­tielles ré­ponses des re­cru­teurs. Sur­tout que vous ne par­ti­rez

que quelques jours. “Si on vous ap­pelle, vous pou­vez tou­jours ré­pondre et dire que vous n’êtes dis­po­nible que dans deux jours. Dans le cas où un re­cru­teur est pres­sé, pro­po­sez-lui un ren­dez­vous Skype, ce­la mon­tre­ra votre en­ga­ge­ment pour le poste. Mais pri­vi­lé­giez une ren­contre à votre re­tour”, in­siste Bérangère Tou­che­mann. Sur­tout, les voyages peuvent être une vraie plus-va­lue sur votre CV et en en­tre­tien. N’hé­si­tez-donc pas à l’ins­crire dans les ac­ti­vi­tés ex­tra-pro­fes­sion­nelles. “C’est une ma­nière de créer le dia­logue pour le re­cru­teur et d’éva­luer aus­si votre per­son­na­li­té hors contexte, sou­ligne

la coach de car­rière. Puis les voyages sont as­si­mi­lés à l’ou­ver­ture et la cu­rio­si­té, ce qui est tou­jours un plus.”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.