MES­DAMES, OSEZ DE­MAN­DER DE L’AR­GENT !

Que vous soyez sur le point de créer votre en­tre­prise ou en phase de dé­ve­lop­pe­ment, Re­bon­dir fait le point sur les aides fi­nan­cières dé­diées aux femmes en­tre­pre­neures.

Rebondir - - EN PRATIQUE - Ju­lie FALCOZ

MYANNONA

Créée en jan­vier 2015 par Be­ryl Bès, myannona.com est une pla­te­forme de crowd­fun­ding dé­diée aux femmes créa­trices d’en­tre­prises. Le prin­cipe ? Tout le monde peut in­ves­tir dans le pro­jet, en échange de contre­par­ties (goo­dies, ac­cès pri­vi­lé­giés, ré­duc­tions à ve­nir…). En plus de payer un for­fait ini­tial de 450 eu­ros (qui com­prend un ac­com­pa­gne­ment du­rant toute la cam­pagne), il faut de­man­der un mi­ni­mum de 2 500 eu­ros et rem­plir un ques­tion­naire pour que la fon­da­trice puisse faire un pre­mier diag­nos­tic. “On ac­com­pagne les femmes pour com­prendre les mé­ca­nismes de ce mode de fi­nan­ce­ment”, plaide la fon­da­trice. myannona.com

CAR­TIER WO­MEN’S INI­TIA­TIVE AWARDS

Chaque an­née, les Car­tier Wo­men’s Ini­tia­tive Awards, concours in­ter­na­tio­nal de bu­si­ness plan, ré­com­pensent 18 femmes du monde en­tier pour iden­ti­fier, sou­te­nir et pro­mou­voir les femmes en­tre­pre­neures et leurs pro­jets. Pour pos­tu­ler, les en­tre­prises doivent être à but lu­cra­tif et en phase ini­tiale de dé­ve­lop­pe­ment (entre deux et trois an­nées d’exis­tence). À la clé, 100 000 dol­lars de fi­nan­ce­ment (en­vi­ron 85 000 eu­ros) pour les 6 lau­réates et du coa­ching per­son­na­li­sé. 30 000 dol­lars (en­vi­ron 25 000 eu­ros) sont aus­si des­ti­nés aux douze fi­na­listes. car­tier­wo­men­si­ni­tia­tive.com

GA­RAN­TIE ÉGA­LI­TÉ FEMMES

An­cien­ne­ment FGIF, c’est le seul dis­po­si­tif d’État na­tio­nal consa­cré au sou­tien de l’en­tre­pre­neu­riat fé­mi­nin. Plus pré­ci­sé­ment, c’est une ga­ran­tie d’em­prunt ban­caire, pour fi­nan­cer un be­soin d’in­ves­tis­se­ment et/ou des be­soins en fonds de rou­le­ment, dans le cas d’une en­tre­prise “âgée” de 3 ans ou dans le cadre d’une créa­tion ou d’une re­prise. La ga­ran­tie peut cou­vrir jus­qu’à 80 % du mon­tant em­prun­té dans la li­mite de 50 000 eu­ros. fran­ceac­tive.org

LE PRIX MI­CHELLE MAUGAIN

L’As­so­cia­tion fran­çaise des Femmes Di­plô­mées des Uni­ver­si­tés, AFFDU, dé­cerne chaque an­née une bourse, entre 1 500 et 2 000 eu­ros, pour ai­der à la créa­tion d’en­tre­prise. Les condi­tions ? Être di­plô­mée de ni­veau bac +5 et avoir dé­jà créé son en­tre­prise ou exer­cer une pro­fes­sion li­bé­rale. Sont pris en compte les cri­tères sui­vants : so­li­di­té et in­té­rêt du pro­jet et mo­ti­va­tion de la can­di­date. affdu.fr

LES CLEFE

Un Clefe, Club lo­cal de femmes pour celles qui en­tre­prennent, est un grou­pe­ment de per­sonnes qui épargnent une cer­taine somme pour pou­voir prê­ter et ac­com­pa­gner des femmes créa­trices d’en­tre­prise pen­dant un ou deux ans. La somme va­rie entre 3 000 et 5 000 eu­ros. “Un mon­tant qui per­met de ren­for­cer des avoirs et, sur­tout, qui ras­sure les ban­quiers qui voient le sou­tien d’un ré­seau”, pré­cise Syl­viane Ca­banne, pré­si­dente de l’as­so­cia­tion Ra­cines. Pour ce­la, il faut être gé­rante ma­jo­ri­taire de sa so­cié­té, que la to­ta­li­té des épar­gnants va­lident le dos­sier et qu’il y ait un Clefe à proxi­mi­té (tous les ter­ri­toires ne sont pas cou­verts). ra­cines-clefe.com

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.