Marc, 40 ans, char­gé de re­la­tions adhé­rents

Rebondir - - LE GRAND DOSSIER -

“L’ER­REUR PRIN­CI­PALE DES EM­PLOYEURS EST DE SE METTRE À LA PLACE DE LA PER­SONNE HAN­DI­CA­PÉE”

“Je suis non-voyant de nais­sance. En dé­pit de ce han­di­cap, j’ai pu suivre des études et de­ve­nir di­plô­mé en droit pu­blic. J’au­rai un simple con­seil à des­ti­na­tion des re­cru­teurs. L’er­reur prin­ci­pale, c’est de se mettre à la place de la per­sonne han­di­ca­pée. Certes, se po­ser des ques­tions face à un han­di­cap est tout à fait nor­mal mais pour y ré­pondre, il n’existe qu’un seul ex­pert. La per­sonne han­di­ca­pée elle-même ! Dans la vie au tra­vail, il faut prendre le temps de va­lo­ri­ser les col­lègues qui vous aident, ou par exemple dans mon cas, la bien­veillance de rendre un do­cu­ment ac­ces­sible. Il est bon de les re­mer­cier à titre in­di­vi­duel mais éga­le­ment de les mettre en avant lors de réunions entre col­lègues.”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.