CRANK­WORX RO­TO­RUA - NOU­VELLE-ZÉLANDE C'EST PAR­TI !

Ride It - - Event - Texte : buzz - Photos : voir cré­dits

Quel est l'en­droit du globe qui inau­gure à la fois la sai­son d'en­du­ro, de des­cente et de slo­pe­style ? On passe de l'autre cô­té de l'hé­mi­sphère en Nou­velle-Zélande à Ro­to­rua où le gra­tin du VTT Gra­vi­ty s'est don­né ren­dez-vous pour la pre­mière manche des Crank­worx et de l'En­du­ro World Series.

A L'AUTRE BOUT DU MONDE

Tout a com­men­cé par Whist­ler, au Ca­na­da. Puis il y a eu Les Deux Alpes, un peu plus près de chez nous. Il y a dé­sor­mais Ro­to­rua, la troi­sième (ou plu­tôt pre­mière, dans l'ordre du ca­len­drier !) étape des Crank­worx qui a ou­vert le bal de la sai­son 2015. Après tout, pour­quoi ne pas pro­fi­ter du cli­mat de l'hé­mi­sphère sud pour avan­cer la sai­son ? En tout cas, le gra­tin de chaque dis­ci­pline (en­du­ro, des­cente et slo­pe­style) a bel et bien ré­pon­du pré­sent. Il faut dire qu'il y avait du price mo­ney à la clé et sur­tout des points à ga­gner pour l'En­du­ro World Series ou bien le FMB World Tour, avec un slo­pe­style de ca­té­go­rie Dia­mond. En tout cas, l'évé­ne­ment se mé­ri­tait puisque d'Eu­rope, cer­tains ont mis pas loin de deux jours de voyage pour ar­ri­ver sur place.

DH : BRU­NI SUR­VOLE

Vu que la Nou­velle-Zélande ce n'est tout de même pas la porte à cô­té, pas mal d'Eu­ro­péens ont choi­si d'y éta­blir un camp de base pen­dant un mois ou plus cet hi­ver, juste avant les Crank­worx. Alors que l'hi­ver bat son plein ici, ce­la semble lo­gique de vou­loir pro­fi­ter d'une météo plus clé­mente pour rou­ler, peau­fi­ner les ré­glages et prendre un peu de bon temps avec les team-mates. C'est le cas du team La­pierre Gra­vi­ty Re­pu­blic, en Nou­velle-Zélande, qui a pro­fi­té des Crank­worx pour fi­na­li­ser les der­niers ré­glages avant l'ou­ver­ture de la Coupe du monde à Lourdes. Et ce­la semble avoir plu­tôt réus­si à Loïc Bru­ni, qui rem­porte la DH des Crank­worx sur une piste qui avait ac­cueilli quelques se­maines plus tôt les Cham­pion­nats na­tio­naux. Le fren­chie colle plus de 2 se­condes 30 à Eliot Jack­son, le Ri­cain rem­por­tant la se­conde place de­vant Sam Blen­kin­sop, le lo­cal de la course. En tout cas, c'est de très bon au­gure pour la sai­son car le pla­teau des Crank­worx était digne d'une Coupe du monde, avec des poin­tures comme Gee Ather­ton ou en­core Sam Hill. Les Crank­worx, c'est aus­si le fa­meux Whip-Off, ce con­test qui consiste à en­voyer du gros whip sur une bosse spé­cia­le­ment amé­na­gée pour l'oc­ca­sion. On at­ten­dait tous Finn Iles, le nou­veau co­équi­pier de Loïc Bru­ni, qui du haut de ses 15 ans a dé­jà rem­por­té l'épreuve de Whist­ler. Manque de bol, il a chu­té quelques jours plus tôt et par­ti­cipe à l'épreuve du cô­té des juges. Ces der­niers ont sacré le Ca­li­for­nien Ryan Ho­ward. L'homme que l'on sur­nomme R-Dog a sa­le­ment en­voyé, un peu plus en trav' et propre que le reste de la clique...

En s'ad­ju­geant la vic­toire de la pre­mière

course in­ter­na­tio­nale de l'an­née, Loïc Bru­ni at­taque la sai­son 2015 en confiance.

© DAVE TRUMPORE / LA­PIERRE GRA­VI­TY RE­PU­BLIC

EWS : CLE­MENTZ IS BACK

Avec pas moins de 7 spé­ciales et 1 800 m de dé­ni­ve­lé sans re­mon­tées mé­ca­niques, la manche d'ou­ver­ture des En­du­ro World Series s'an­non­çait plu­tôt en­ga­gée... et car­ré­ment phy­sique. En clair, il fal­lait s'at­tendre à une vraie jour­née de guer­rier, sur­tout que le ter­rain ici n'est pas du genre à par­don­ner les er­reurs. Reste à sa­voir si on peut en­core ap­pe­ler en­du­ro une course où les pi­lotes sont au­to­ri­sés à “li­mer” et re­con­naître les spé­ciales sur leur vé­lo pen­dant trois jours avant le jour J. “L'es­prit” de l'en­du­ro n'était-il pas à la base de cou­rir à l'aveugle, en to­lé­rant par­fois une re­con­nais­sance à pied pour cer­taines courses ? Un sys­tème qui per­met­trait de mettre tout le monde sur un même pied d'éga­li­té. Et la course dans tout ça ? S'il y en a un qui avait à coeur de s'illus­trer, c'est bien Jé­rôme Cle­mentz. Ce­lui qui n'a pas pu dé­fendre son titre en 2014 a les dents longues et a mis toutes les chances de son cô­té cet hi­ver avec un en­traî­ne­ment dra­co­nien. Et Ja­red Graves étant for­fait, Cle­mentz a sor­ti le grand jeu en rem­por­tant trois des sept spé­ciales. Tout s'est joué dans la der­nière spé­ciale, alors que Jey était au coude à coude avec Flo­rian Ni­co­lai. Ce der­nier a vu tous ses es­poirs de po­dium s'en­vo­ler à cause d'une cre­vai­son, lais­sant la place à Fa­bien Ba­rel et Wyn Mas­ter, le des­cen­deur du coin. Chez les femmes, la course a été quelque peu per­tur­bée par des pro­blèmes de ch­ro­no­mé­trage. Alors qu'elle a d'abord été an­non­cée vain­queur, Cé­cile Ra­va­nel a fi­na­le­ment été re­lé­guée à la troi­sième place du po­dium, der­rière le “duo ha­bi­tuel” Tra­cey Mo­se­ley et Anne-Ca­ro­line Chaus­son en tête. A ce ni­veau de course, peut-on se per­mettre un quel­conque flou quant au ch­ro­no­mé­trage ? La ré­ponse est dé­fi­ni­ti­ve­ment non. En tout cas, cette épreuve de Ro­to­rua au­ra mar­qué les corps et les es­prits.

Cle­mentz

a sor­ti le grand

jeu en rem­por­tant

trois des sept spé­ciales !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.