KI­KI LES BONS TUYAUX

Ride It - - Bons Plans -

LO­GE­MENT

Beau­coup de Fran­çais passent l’hi­ver à Queens­town et les plus chan­ceux d’entre vous ont dé­jà une connais­sance sur place. Pour les autres, pas de pro­blème ! Rap­pro­chez-vous des au­berges les pre­mières nuits et ren­con­trez di­rec­te­ment du monde sur le Sky­line bike-park ou au­tour d’une bière à l’At­las beer cafe. Tous les gars vivent en col­lo­ca­tion et vous gui­de­ront fa­ci­le­ment vers des bons plans. Maxime Bru­neau est un Fran­çais ins­tal­lé à Queens­town de­puis plu­sieurs an­nées. Vous le trou­ve­rez di­rec­te­ment au shop Ver­ti­go­bikes ou en cher­chant des longs che­veux fri­sés à lu­nettes sur les pistes. Fa­bien Cou­si­nié loue lui des chambres à l’an­née et en fonc­tion des dis­po­ni­bi­li­tés, c’est l’en­droit idéal à proxi­mi­té du Wy­nyard bike-park et de sa cé­lèbre Dream­line. Des Fran­çais mais pas seule­ment. Dans tous les cas, le sché­ma reste le même en louant des mai­sons com­plètes en col­lo­ca­tion.

NOUR­RI­TURE

Pour la nour­ri­ture, les prix se valent par rap­port à l’Eu­rope et se rap­prochent des prix en sta­tion. Pri­vi­lé­giez le su­per­mar­ché Fre­sh­choice à la sor­tie de la ville qui reste le meilleur moyen pour ne pas trop dé­pen­ser en nour­ri­ture. A moins d’ache­ter du fro­mage ou tout pro­duit im­por­té, vous de­vriez vous en sor­tir conve­na­ble­ment. Pen­sez à gar­der un peu de bud­get pour faire un tour à l’At­las en soi­rée. Il s’agit du bar le plus po­pu­laire après une bonne journée de ride, am­biance ga­ran­tie. On y mange aus­si de bons mor­ceaux de viande ! Pour chan­ger du su­per­mar­ché, cer­tains vous di­ront de ne pas lou­per le Ferg­bur­ger, mais comp­tez au mi­ni­mum une pe­tite heure d’at­tente avant d’avoir votre bur­ger… Je vous conseille en re­vanche De­vil Bur­ger, tout aus­si bon et qui n’est pas l’at­trac­tion tou­ris­tique du coin. Pour les pauses mi­di équi­li­brées, di­rec­tion Ha­bebes. Un snack sym­pa per­du dans une rue du centre à base de sa­lades biens gar­nies.

COM­MU­NAU­TÉ

Le VTT est de­ve­nu le sport prin­ci­pal à Queens­town. Pour avoir pas­sé une se­maine com­plète sur le bi­ke­park, c’est tou­jours mo­ti­vant de pou­voir rou­ler avec des gars comme Bren­dan Fair­clough ou An­drew Neeth­ling. Le ni­veau est im­pres­sion­nant et tout le monde trouve son compte sur Sky­line. Les lo­caux sont aus­si de la par­tie avec Georges Bra­nin­gham, Con­nor Mc­far­lane ou en­core Ed Mas­ter. Toute cette com­mu­nau­té crée une vraie dy­na­mique. Des “com­pé­ti­tions” sont or­ga­ni­sées chaque se­maine via le ma­ga­sin Ver­ti­go­bikes, des contest ont lieu tous les mer­cre­di sur Wy­nyard et de mul­tiples sor­ties sont pla­ni­fiées à l’avance aux alen­tours de Queens­town. De quoi être oc­cu­pé toute la sai­son ! Bi­kea­ho­lic pro­pose aus­si un ser­vice de na­vettes pour rou­ler sur les spots lo­caux. J’ai tes­té Co­ro­net Peak et au-de­là des mots, je vous convie seule­ment à vous re­mé­mo­rer la cé­lèbre part de Fol­low Me avec Steve Smith et Gee Ather­ton en Nouvelle-Zé­lande.

Co­ro­net Peak est la sor­tie à ne pas lou­per ! Clai­re­ment le coup de coeur du voyage à rou­ler à Mach 12 !

SPOTS

En seule­ment dix jours, dif­fi­cile de réa­li­ser un vrai road­trip au­tour de la Nouvelle-Zé­lande. En re­vanche, c’est suf­fi­sant pour rou­ler une bonne par­tie des spots au­tour de Queens­town. Le plus connu et ac­ces­sible reste le Sky­line bike-park, en em­prun­tant di­rec­te­ment les ca­bines. Col­lé à Queens­town, c’est le spot phare de la ville. Avec une di­zaine de pistes va­riées et des lignes dé­jà bien en­ga­gées, le seul frein est le prix des re­mon­tées mé­ca­niques. Op­tez pour un pass 50 re­mon­tées, lar­ge­ment suf­fi­sant, à 400 NZD (250 €). Si vous êtes vrai­ment so­lide, ça re­monte aus­si à la pé­dale par les che­mins 4x4. Mais quitte à pé­da­ler, sor­tez plu­tôt du bike-park. Queens­town Hill, sur le ver­sant op­po­sé, pro­pose quelques runs tech­niques dans la pente. Mais ça monte en­core bien raide avant la des­cente ! Pour les sor­ties plus tran­quilles, di­rec­tion Se­ven Miles, à quelques ki­lo­mètres. Pour ceux qui en veulent en­core, Co­ro­net Peak est la sor­tie à ne pas lou­per. J’ai sui­vi Bi­kea­ho­lic une journée à la dé­cou­verte de ce pa­ra­dis du VTT. Des mon­tagnes vierges, ty­piques de la NZ, et des singles rou­lants sha­pés à la per­fec­tion. C’est clai­re­ment le coup de coeur du voyage à rou­ler à Mach 12 sur les crêtes, en flanc de col­line et jus­qu’en fond de val­lée ! Dès que vous vou­lez pas­ser une journée plus tran­quille, lâ­chez le vé­lo et faites-vous une journée au­tour de Wa­na­ka, à deux heures de route. Le pa­no­ra­ma au Roys Peak est ma­gni­fique ! Pour fi­nir, si vous êtes en manque d’adré­na­line et en­core en un seul mor­ceau à la fin du trip, al­lez rou­ler sur Wy­nyard Bike-Park sur les hau­teurs de Queens­town. Des contest sont or­ga­ni­sés tous les mer­cre­di en sai­son et les lo­caux vous ai­de­ront à tâ­ter la vi­tesse des dif­fé­rents sauts, ça aide !

TRANS­PORT

La Nouvelle-Zé­lande n’est pas la des­ti­na­tion la plus proche… Comp­tez en­vi­ron 48h de voyage avant d’at­ter­rir à Queens­town. Plu­sieurs com­pa­gnies aé­riennes pro­posent des vols vers la Nouvelle-Zé­lande, mais ce n’est pas un choix à prendre à la lé­gère. Je vous conseille de choi­sir Emi­rates, au dé­part d’aé­ro­ports comme Pa­ris ou Lyon. La com­pa­gnie a l’avan­tage d’ac­cep­ter le trans­port des vé­los sans frais sup­plé­men­taires, à condi­tion de res­pec­ter le poids li­mite du ba­gage en soute de 30 kg + ba­gage à main de 8 kg. C’est li­mite, mais ça passe ! Vous trou­ve­rez des bons prix di­rec­te­ment sur In­ter­net, mais n’hé­si­tez pas à vous ren­sei­gner au­près d’agences de voyages, cer­taines pro­posent des prix avan­ta­geux. De­puis l’aé­ro­port, des na­vettes existent jus­qu’à Queens­town. En­vi­ron quinze mi­nutes de route pour 30 dol­lars, mais faire du stop est aus­si une so­lu­tion, il y a du pas­sage jus­qu’au centre avec une seule route prin­ci­pale. Sur place, votre vé­lo fe­ra l’af­faire. Et pour les re­tours de soi­rées dif­fi­ciles, les taxis tournent toute la nuit. Dans tous les cas, vous pour­rez fa­ci­le­ment vous dé­pla­cer à pied, Queens­town n’est pas im­mense. A l’ex­cep­tion du su­per­mar­ché, tout est re­grou­pé dans le centre. A vé­lo, à pied, en taxi ou en em­prun­tant le vé­hi­cule d’un pote ren­con­tré quelques heures avant, vous trou­ve­rez fa­ci­le­ment une so­lu­tion. Les gens sont cool et ce n’est pas un ha­sard si Queens­town est la des­ti­na­tion à ne pas lou­per. Au-de­là des spots et du cadre de vie, les gens par­ti­cipent beau­coup à la ré­pu­ta­tion de la ville et de ses ac­ti­vi­tés. Pour les plus cu­rieux, re­gar­dez la vi­déo de ce trip, un ré­su­mé en 2”30 d’ac­tion, de Co­ro­net Peak jus­qu’à Wy­nyard : https://vi­meo.com/166173516

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.