Le cercle vi­cieux...

La fa­bri­ca­tion d’une jante chez Spank In­dus­tries

Ride It - - Industry - Texte : Buzz - Pho­tos : Lee Trum­pore & Ni­co­las Le Car­ré

Vous connais­sez for­cé­ment Spank. En un peu plus de 15 ans, la marque s’est bâ­tie une belle no­to­rié­té grâce à des pro­duits en alu­mi­nium à la fois beaux, tech­niques, abor­dables... et fun ! On a vou­lu en sa­voir un peu plus : di­rec­tion Taï­wan pour dé­cou­vrir les se­crets de fa­bri­ca­tion des fa­meuses jantes Spank, consi­dé­rées par de nom­breux pi­lotes comme les meilleurs cercles en alu­mi­nium du mar­ché...

Der­rière Spank se cache le cer­veau en ébul­li­tion de Ga­vin Mi­chael Vos. Dans les an­nées 80, ce Sud-afri­cain se pas­sionne pour la planche à voile, dé­cide d’en faire son mé­tier avant que ce sport se tire une balle dans le pied, vic­time de prix de­ve­nus trop éli­tistes et de ma­té­riel vic­time d’une per­pé­tuelle évo­lu­tion pas for­cé­ment né­ces­saire. Ga­vin part alors tra­vailler dans un ma­ga­sin de sport out­door. C’est là où il dé­couvre à la fin des an­nées 80 un cu­rieux vé­lo de route avec des gros pneus et un gui­don large. Fan de BMX lors­qu’il était môme, ça lui tape for­cé­ment dans l’oeil ! De fil en ai­guille, Ga­vin com­mence à im­por­ter les pre­miers VTT en Afrique du Sud et à s’im­pli­quer dans le dé­ve­lop­pe­ment de ce sport dans son pays. Pas­sion­né de de­si­gn et de tech­nique, Ga­vin se penche sé­rieu­se­ment sur la fa­çon dont on pour­rait amé­lio­rer les com­po­sants d’un VTT dès les an­nées 90. Alors dis­tri­bu­teur de marques comme Whee­ler, il se tourne aus­si vers le dé­ve­lop­pe­ment des pro­duits pour Zokes, une division de fourches créée par Mar­zoc­chi. Tout ce­la al­lait for­cé­ment le conduire un jour ou l’autre à Taï­wan, l’épi­centre du VTT où la ma­jo­ri­té des pièces sont fa­bri­quées. Au point de s’y ins­tal­ler dé­fi­ni­ti­ve­ment il y a 20 ans, où il com­mence à dé­ve­lop­per ses propres marques comme Funn ou en­core IXS Sport Division avec In­ter­cycle en Suisse. L’his­toire de Spank com­mence en 2001 avec Sven Mack. Le but est de faire des pro­duits à la fois beaux, tech­niques et abor­dables. Des pro­duits qui pour­raient être aus­si bien uti­li­sés en Coupe du Monde de des­cente qu’en dirt. Et sur­tout, que la même tech­no­lo­gie uti­li­sée en course puisse bé­né­fi­cier à mon­sieur-tout-le-monde, sans avoir le por­te­feuille d’un prince saou­dien. Quinze ans après sa créa­tion, on peut dire que le pa­ri est réus­si, grâce à un sou­ci constant d’at­teindre la per­fec­tion. Un per­fec­tion­nisme qui a conduit Ga­vin à créer en 2011 Fra­tel­li, sa propre usine de fa­bri­ca­tion de jantes. Celle que nous avons jus­te­ment eu la chance de pou­voir vi­si­ter. Pour­quoi Fra­tel­li ? Tout sim­ple­ment pour pou­voir fa­bri­quer le pro­duit qui cor­res­pond to­ta­le­ment aux at­tentes de Spank. Créer sans con­trainte - quitte à dé­ve­lop­per de nou­velles ma­chines pour y ar­ri­ver - et sur­tout contrô­ler chaque étape de la concep­tion d’un pro­duit. Car Spank, c’est tout sauf un nom sur un pro­duit gé­né­rique. Chaque pro­duit est pen­sé, dé­ve­lop­pé, conçu, des­si­né et fa­bri­qué “à la mai­son”. La marque a dé­ve­lop­pé ses propres al­liages et des tech­niques de fa­bri­ca­tion qui lui sont propres. Fra­tel­li est ra­pi­de­ment de­ve­nue une ré­fé­rence dans la jante haut de gamme en alu­mi­nium et fa­brique dé­sor­mais pour beau­coup d’autres marques...

1. Le pro­fil des jantes ar­rive dé­jà ex­tru­dé et dé­jà dé­cou­pé à la bonne lon­gueur. Ce­la per­met d'as­su­rer une qua­li­té constante de chaque pro­fil. Chaque lot est soi­gneu­se­ment contrô­lé, au ni­veau de la “du­re­té” du ma­té­riau ou en­core les to­lé­rances.

3. Des cy­lindres spé­ci­fiques sont uti­li­sés pour chaque pro­fil et dia­mètre de jante.

2. Ce banc de tor­ture per­met de cer­cler le pro­fil de la jante.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.