Eu­gene Mcguin­ness

Rock & Folk - - Disques Pop Rock - “Ch­ro­ma”

DO­MI­NO Comme semble le sug­gé­rer le titre, le fou­gueux Bri­tan­nique pro­fite de ce qua­trième al­bum (en sept ans...) pour prou­ver qu’il peut di­ver­si­fier sa pa­lette artistique tout en conti­nuant de re­gar­der ré­so­lu­ment dans le ré­tro­vi­seur et, qui sait, prendre quelques parts de mar­ché à son ami Miles Kane au pas­sage. L’éblouis­sante boum six­ties à la­quelle il convie ici, non sans une bonne dose de se­cond de­gré (“I Drink Your Milk­shake”), té­moigne d’une écoute as­si­due des Beatles, d’un art consom­mé de la mé­lo­die (“All In All”, ma­gis­trale bal­lade, l’en­chan­teur “De­cep­tion Of The Crush”, le tube “Black Steng”) et par ailleurs d’un sou­ci cons­tant du dé­tail, de ne pas res­ter dans les clous, ce qui a son im­por­tance quand on se lance dans une en­tre­prise où le risque de tom­ber dans le cli­ché n’est pas né­gli­geable. L’autre ta­lent de McGuin­ness, c’est la dis­tan­cia­tion, sa fa­çon de mon­trer sub­ti­le­ment qu’il n’est pas dupe — on ne peut pas re­faire ce qui a dé­jà été fait — tout en res­tant fi­dèle à l’es­prit ori­gi­nal. Iro­nie sur un coeur bri­sé que l’au­di­teur est qua­si in­vi­té à pié­ti­ner, mé­lan­co­lie per­sis­tante sur le vrom­bis­sant et pé­ta­ra­dant “Heart Of Chrome”. Eh non, le bi­zar­roïde “Fair­light”, qui clôt l’al­bum, n’a pas été écrit sous acide il y a cin­quante ans, il a bel et bien été en­re­gis­tré au 21e siècle, et ce disque nos­tal­gique et très tra­vaillé manque sans doute un peu de naï­ve­té. Et après ? Il n’en est pas moins ma­gni­fique, et le per­fec­tion­nisme n’est pas un trop vi­lain dé­faut, si ? No­tons par ailleurs que ce païen de McGuin­ness a le cou­rage d’em­prun­ter son titre au cé­lèbre hymne ch­ré­tien “Ama­zing Grace” pour une chan­son sur les coups d’un soir. BUS­TY

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.