Si­mian Ghost

Rock & Folk - - Disques Pop Rock - “The Veil”

DIS­CO­GRAPH Lors­qu’on com­mence un troi­sième al­bum par “Float”, avec ces har­mo­nies vo­cales sha­mal­low azu­réennes, on s’ex­pose. Non pas à la cri­tique, mais aux louanges, ce qui peut être per­ni­cieux. Car de­puis “In­fi­nite Traf­fic Eve­ryw­here”, pre­mier opus du projet de Se­bas­tian Arns­tröm, Si­mian Ghost, de­ve­nu un vrai groupe, est la cible de com­pli­ments en grande par­tie jus­ti­fiés, mais dont il doit se mon­trer à la hau­teur. En pu­bliant “Youth” l’an­née sui­vante, Arns­tröm et ses co­pains (à la scène) sué­dois ont en­fon­cé le même clou do­ré, et la presse in­ter­na­tio­nale s’est em­por­tée au contact de cette pop lu­mi­neuse et tor­sa­dée, lé­gère mais ja­mais fu­tile, al­lant jus­qu’à af­fir­mer que la suc­ces­sion d’Abba était as­su­rée. “The Veil” s’ins­crit dans cette dé­li­cieuse lo­gique et, non content de conti­nuer à y mul­ti­plier les ré­fé­rences aux Beach Boys et autres groupes (sou­vent amé­ri­cains) de la pop des an­nées 60 et 70 — “A Mil­lion Shi­ning Colours” et “The Ocean Is A Whis­per” sont brillantes comme du Brian W, “Cut-Off Point” et “Echoes Of A Song” font pen­ser aux Ales­si Bro­thers — Si­mian Ghost dé­ploie éga­le­ment son ta­lent au ser­vice de chan­sons préa­la­ble­ment trem­pées dans l’air du temps (“Ne­ver Real­ly Knew” et “Scat­te­red And Carless”, très Phoe­nix des dé­buts), fol­ki­santes et éthé­rées pour mieux dif­fu­ser l’émo­tion (“Fight Even”, “End­less Chord” la bien nom­mée, “Au­gust Sun”), et quelques autres, tré­pi­dantes comme si les Ru­bi­noos les avaient pro­duites (“I Will Speak Un­til I’m Done”, “Sum­mer Trip­tych”). Au fi­nal, “The Veil” est un al­bum idéal pour pas­ser l’été en rê­vant les yeux ou­verts, les autres sens en alerte maxi­mum, en dan­sant comme des Egyp­tiens et en priant Râ pour que sep­tembre tarde. JE­ROME SO­LI­GNY

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.